DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Gadafi à Paris ... 16


La suite de la politicomédie en vers et contre tout signée Claude Feder.

Résumé des scènes précédentes : Sganeron, majordome de Nicolas Sara-Cosi, coprince d’Andorre et chanoine de Saint-Jean de Latran, est démasqué par Océane, gendarme de faction à l’Elysée : c’est un agent de la DST infiltré pour surveiller le chef de l’Etat. Mais l’appel des sens les unit immédiatement.

Le coprince vit à l’Elysée avec deux femmes : Cécilina et Carlotta. Seule la première est connue à l'extérieur, Carlotta se pliant à la clandestinité pour tromper son monde. De leur côté, affairistes, opposants, ministres et conseillers complotent et déblatèrent, espérant tirer parti de la présence du Lybien. Ce dernier, entouré des Tigresses, ses gardiennes du corps, est en visite à Paris avec comme seul objectif de récupérer Carlotta, si besoin par la force.

Caroline Schpountz, marchande de canons, s'attache les services de Sganeron et Océane pour enlever Cécilina et faire chanter le coprince. Mais, sitôt mis en oeuvre, ce complot vient mystérieusement échouer avec la disparition de Carlotta. Pendant ce temps, le coprince se prépare à la rencontre difficile avec Gadafi. Leur première entrevue tourne mal, d'autant que Cécilina apparaît soudain pour menacer tout le monde de son monumental pistolet.

Moment de détente avec un entracte chanté. Puis l'on retrouve Marjolaine Ducal, leadeuse de l'opposition tentant de rallier les journalistes à un complot qu'elle fomente avec Roland des Bris, président de l'Assemblée sénatoriale. Pendant ce temps, Sganeron et Océane, capturés par les serveurs, en fait des agents spéciaux du coprince, sont mis à la question jusqu'à ce qu'ils acceptent d'attirer Marjolaine Ducal dans un traquenard. C'est le moment que choisissent Cécilina et Carlotta, mises au courant par le coprince de l'enlèvement d'Océane et Sganeron, pour tenter de se débarrasser de Gadafi. On apprend que Carlotta a un grain de beauté sur les fesses que Cécilina n'a pas. La première décide donc de cacher le sien et la seconde de se mettre un faux grain afin d'égarer le Lybien. Mais, dans le même temps, Caroline Schpountz a pu installer un micro sur Carlotta afin de la tracer et elle vend cette information à Gadafi pour une petite fortune.



Gadafi à Paris ...  16
Acte 3 - Scène 5

Océane, Marjolaine Ducal, Roland des Bris, puis Bernard Touchter

Océane

Ô recours des Français à la bourre,
Voiture-balai des gueux et des pauvres largués,
Je suis venue te voir attirée par l’espoir
De te lustrer la poire.

Marjolaine (à Roland des Bris)

Elle dit des choses étranges est-elle à la dérange ?

Roland des Bris (haussant les épaules)

Si l’homme vit d’espoir la femme vit des poires …

Océane (aux deux)

Je travaille ici même à la sécurité et connaît les recoins de ce sombre palais.
J’ai des révélations à vous laisser pantois.

(à Marjolaine)

Une révolution, rien qu’en claquant des doigts,
Sera à ta portée ma reine de beauté.

Marjolaine

Je suis prête à agir pour éviter le pire.
Depuis qu’un imposteur lui impose sa férule,
Notre pays se meurt, lentement, de ridicule.

Roland des Bris (à Océane)

Quel est donc le moyen d’abattre le tyran ?

Océane

Il suffira d’un rien, si vous suivez mon plan.

Roland des Bris

Parle sans plus d’effets ou te taise à jamais !

Océane

Ce funeste coprince crawle dans un Rubicon
Car son crime n’est pas mince, c’est même un vrai plongeon.
Voilà qu’il a filé à l’autre Dulcinée
Le code nucléaire, elle l’a mis au revers
D’un string affriolant qu’elle porte en ce moment.
Elle a donc entrepris ce maudit Gadafi
Et s’apprête à lui vendre ce qu’il faut pour surprendre
La France et ses armées et les pulvériser.

Marjolaine

C’est haute trahison. Il n’y a guère de prison
Suffisamment terrible pour un crime si horrible !

Roland des Bris

Je rédige sur le champ l’acte de destitution !

Marjolaine (à Océane)

Comment prouverons-nous qu’ils sont bons pour le trou ?

Océane

Les prendre sur le fait devant des journalistes.
Recenser leurs méfaits et en dresser la liste.
Mais c’est aujourd’hui même qu’il vous faut les ferrer
Car elle est toute en flemme et demain est férié.

Roland des Bris

Il n'est que temps, je crois, pour nos correspondants
De faire le bon choix et rejoindre nos rangs.
L’enjeu est planétaire, notre cause exemplaire.
Si le sauveur avale goulûment le coprince
Dans son empire romain nous serons une province.

Marjolaine

Déployons nos bannières s’il faut sauver la Terre !

Roland des Bris

C’est pour moi le moment de la révélation.

Marjolaine

De quoi parles-tu donc ?

Roland des Bris

Tu vas comprendre enfin que ces photomontages
Etaient pour les bourrins et d’absurdes trucages.
Pour une raison bien simple,
Les filles étaient pour moi de simples couvertures
Car ma source de joie dans les trente ans qui furent
C’est d’un autre côté que j’ai dû la trouver.

Marjolaine

Comment ! Ta jaquette est flottante ? Tu serais donc une …

Roland des Bris (portant un doigt aux lèvres de Marjolaine)

Politiquement correcte, tu te dois de rester
Cette formule est suspecte et manque de respect.
On dit un coming out.

Marjolaine (haussant les épaules)

Quoi … tu aimes la bir…

Roland des Bris

Oh !

(Il repose son doigt sur la bouche de Marjolaine)

Marjolaine (peinée)

Pour moi c’est une déroute, pire qu’une guerre à Beyrouth,
Car je dois avouer qu’au fond tu me plaisais.

Roland des Bris

Oui mais quand tu sauras qui j’amène avec moi
Tu me pardonneras, c’est un allié de poids.

Marjolaine

Il te faut le montrer ou mes nerfs vont craquer.

Roland des Bris (désignant Océane)

Mais qu’allons nous faire d’elle ?

Marjolaine

Au point où nous en sommes, il y a beaucoup trop d’hommes
Dans la distribution
De cette fumisterie qui se dit comédie.
Et pour la parité nous devrons la garder.

Roland des Bris (se tournant vers le décor)

A ton tour mon amour rapplique sans détour !

(Entre Bernard Touchter)

Marjolaine

Comment ! Il a changé de camp !

Océane

Pour la sixième fois, ça relève de l’exploit.

Bernard Touchter

Nenni, ma douce amie, dans ce genre de fonctions c’est une obligation.
Il y eut un Talleyrand qui pour garder son rang
Trahit sa condition, puis son Napoléon
Et puis ses convictions, puis la restauration
Puis les lois de l’église, puis les choses promises.
Il faut de tous côtés chercher la vérité
Car elle file en traîtresse sans nous laisser d’adresse.

Marjolaine (soupirant)

Ma foi, si je le dois je t’accueille chez moi

Roland des Bris (prenant la main de Touchter)

Dès nos premiers mandats, nous turent nos émois
Et firent en parallèle des carrières cruelles.
Mais ce trop long silence conduit à la démence.

Bernard Touchter

Oui, j’entre en dissidence et aussi dans la danse.
Assemblée, Quai d’Orsay et bientôt forces armées
Ce chanoine félon est perdu pour de bon.

Marjolaine

Allons donc démasquer ce couple de damnés.
Saisissons son caleçon quand elle touche sa rançon.

Océane (à part)

Ces triples cornichons sont bons pour la saumure
Ils sont comme des cochons qui foncent droit sur un mur !

(Elle cligne de l’œil en direction du public, la lumière tombe.)


Dimanche 10 Mai 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes