DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

L'édifiante histoire de la halle Freyssinet



Comment, d'atermoiements en hésitations, la reconversion d'un des plus beaux exemples d'architecture ferroviaire et industrielle de Paris, est paralysée depuis plus de 10 ans. Et pourquoi il faut surveiller attentivement les menées delanoesques contre le patrimoine parisien sur ce site. Si vous n'avez pas de bonnes jumelles, Jacques Gauthier vous prête les siennes.



L'édifiante histoire de la halle Freyssinet
Depuis le transfert du SERNAM - le service national des messageries de la SNCF - sur le site du transport combiné de Valenton 2 ( Val-de-Marne ) en 2007, la halle Freyssinet, implantée en face des quatre équerres anguleuses de la BNF et de son esplanade des courants d'air, était déserte et livrée aux tagueurs.

Chef-d'oeuvre technique et esthétique du patrimoine ferroviaire parisien, la halle avait réussi malgré tout à échapper aux démiurges municipaux et à leurs architectes désireux de la "reconfigurer " pour l'adapter à l'urbanisme bancal de Paris Rive gauche dont les deux pieds ne sont pas au même niveau, l'un perché sur la dorsale désertique des avenues de France et Pierre Mendès-France, l'autre sur le tapis roulant des voies ferrées.

Sur le sujet comme sur beaucoup d'autres, le delanoistes tirent à hue et à dia. Jérôme Coumet, maire du 13ème et président de la SEMAPA, aménageuse de la ZAC, était favorable à la découpe de la halle dans le sens de la largeur en rasant l'une des trois nefs, celle côté voies ferrées, au risque de fragiliser l'ensemble de la structure du bâtiment ce qui lui aurait été fatal (projet de l'architecte Pierre Gangnet).

Les quelques personnes qui s'intéressent au sujet à l'Hôtel-de-ville étaient partisans de l'amputation dans l'autre sens, celui de la longueur, comme il a été décidé pour la halle Pajol ( cliquez ici) sans préciser par quel bout ils trancheraient (côté rue du Chevaleret ou côté bd Vincent Auriol).

En réalité, ni l'un ni l'autre n'avait de projet bien précis sur l'aménagement futur de la halle qui ne pouvait se concevoir sans celui de son environnement, c'est-à-dire une couverture des voies ferrées particulièrement hasardeuse dans ce secteur de Paris-Rive gauche, puisque, sous les voies ferrées qu'il aurait fallu charcuter pour fonder les appuis de la dalle, il y en a d'autres qui passent dans les trois tunnels implantés en sous-sol : les deux du RER C et celui qui permet de faire transiter les trains de part et d'autre des voies grandes lignes.

La complexité du faisceau ferroviaire entre la passerelle Charcot et le bd Vincent Auriol avec ses deux niveaux (aérien et souterrain), ainsi que la présence d'aiguillages interdisant la construction de files d'appuis continus rendaient problématique la mise en oeuvre du parvis d'un TGI dont la réalisation avait été envisagée entre la halle Freyssinet et les voies ferrées. Curieusement, cette difficulté majeure ne fut jamais abordée par les 275 projets que suscita l'initiative du ministère de la justice il y a trois ans ...

Comme les plafonds des trois tunnels ne sont pas en mesure d'une part de supporter le poids de la dalle funéraire de Paris Rive gauche et de ses plantations rabougries et qu'ils ne peuvent d'autre part être traversés par les piliers de soutien de ladite dalle, la "solution" a consisté à laisser les lieux en l'état et la halle Freyssinet lézarder en bordure du chemin de fer d'Austerlitz puisque l'une à été faite pour l'autre.

La SNCF a donc sagement renvoyé les maires de Paris et du 13ème à leurs élucubrations urbanistiques en louant la halle Freyssinet pour 5 ans à une entreprise spécialisée dans l'événementiel ce qui donnera au moins la possibilité aux Parisiennes et aux Parisiens de se réapproprier un élément de leur patrimoine à l'occasion des événements que la halle accueillera (expositions, réunions sportives ou politiques, foires commerciales, etc..)

Une autre halle du SERNAM, celle d'Amiens, conçue également par l'ingénieur Freyssinet, a été sauvée de la démolition. Celle de Paris ne mérite-t-elle pas d'être préservée ? Rendez-vous dans cinq ans pour en débattre, quand, souhaitons-le ardemment pour Paris, la majorité politique béotienne actuelle aura changé.


Dimanche 6 Septembre 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Maurice le 09/09/2009 13:13
Il sont bien capable de dire : puisque celle d'Amiens à été sauvée, pourquoi garder celle-là ?
Rien ne les arrêtent !
Delanoë avait bien dit qu'il ne voudrait "JAMAIS" de tour à Paris. Nous voyons actuellement comment nous devons prendre ses propos.
Du vent fait avec la bouche comme moi je le fais avec mon ...

2.Posté par Thierry Depeyrot le 02/12/2009 14:30
Bonjour,
Bon, il faut arrêter de nous faire pleurer. J'avais prévu une exposition, du 16 au 19 décembre, dans le cadre de l'événement "éco-citoyen - Paris Rive Gauche".
je viens d'apprendre que cette exposition n'aurait pas lieu dans la halle Feyssinet car, seulement 15 jours avant l'événement, les responsables de la Halle exigeaient 90.000 euros pour 2 jours de location.
Cessez de prendre les gens pour des imbéciles avec vos "ce qui donnera au moins la possibilité aux Parisiennes et aux Parisiens de se réapproprier un élément de leur patrimoine ".
quand je pense à toutes les personnes qui ont donné, bénévolement, de leur temps et de leurs argent, pour apporter un peu de bien-être à leurs semblables, de tels comportements sont tout simplement obscènes.
Cordialement

Thierry Depeyrot

3.Posté par claramunt frédéric le 26/08/2010 17:44
en fait, la halle était bien mise gracieusement à disposition pour cette réunion, les montant que vous évoquez sont en fait des prestations annexes (sono, lumières, chauffage, mobilier...)

4.Posté par treton Ginette le 01/03/2011 12:33
Reprenons le combat pour la conservation dans son intégralité de la Halle. Cela fait dix ans qu'un petit groupe se bat. Rejoignez-nous. Le 1er mars 2011. Pourquoi pas sur facebook.

5.Posté par Maurice le 03/03/2011 08:06
@ Thierry Depeyrot

À Romainville, nous avons eu un cas similaire pour organiser à titre privé le 160 ièm anniversaire de l'abolition de l'esclavage, les différents services de la mairie ont refusé de nous prêter ou louer un espace ; c'est dans une usine désaffectée que nous avons pu le faire. Désaffectée pas abandonnée, le proprio était présent.
Une autre fois, ils sont allés - menacé – un café-restaurant qui allait nous prêter une sale pour une petite manifestation, mais la proprio ne s'est pas laissée influencer malgré qu'ils voulaient lui envoyer la sécurité et l'hygiène.
Comme vous le voyez, lorsque cela n'est pas organisé OU suggéré par la municipalité, les services font tout pour empêcher la manifestation (ou autre nom que vous voudrez lui donner).

6.Posté par DANIEL Jean-Pierre le 06/10/2011 23:32
Excellents site et article
Merci
JPD

7.Posté par opak le 29/01/2012 07:17
pas touche a la halle, qui a su devenir un lieux evenementiel reconnu.Cette municipalité perd la tete! il y a bien assez de place pour la zac rive gauche

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis