DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

La flèche est dans la dèche


Imbroglio politico-financier autour de la "Flèche d'or", boîte de nuit installée dans l'ancienne gare de Charonne de la Petite Ceinture. Jacques Gauthier, ardent défenseur de la réhabilitation de cette ligne négligée, vous en rappelle tout l'intérêt et fait même une proposition.



La flèche est dans la dèche
Le café-concert du XXème arrondissement la "Flèche d'or" est menacé de fermeture car, malgré son succès auprès du public, il perd de l'argent. Ceci n'est contradictoire qu'en apparence puisque ses gérants ont fait le choix de ne tarifer les entrées que symboliquement, les consommations étant nettement plus chères, ce qui entraîne beaucoup de "free riding" comme disent les méchants économistes anglo-saxons. En clair, une partie non nulle de l'assistance se débrouille pour payer des clopinettes. De plus, la musique y est bruyante et des riverains se plaignent. Rien que de très classique.

Le Paris bobo, symbolisé par l'hôtel "Mama Shelter" récemment ouvert par Serge Trigano juste en face, veut profiter de l'occasion pour mettre les lieux sous sa coupe en s'associant avec deux producteurs de spectacles. Du coup, le Paris plus populo fait circuler une pétition sur Internet.

Vous trouverez une bref résumé des faits en cliquant ici .

Jacques Gauthier, lui, n'oublie pas que ce site a un autre intérêt, tout aussi important. Après avoir fait halte porte de la Chapelle, sous l'entrepôt Ney et Cours de Vincennes, il braque donc sa lanterne sur cet autre morceau de la Petite ceinture qu'est la gare de Charonne. Car peut-on rénover la gare sans ce qui fait sa raison d'être : les voies et les quais et sans s'interroger sur son insertion dans le village de Charonne ? Une gare villageoise n'a besoin ni d'un TGV, ni d'un RER et le protocole Ville de Paris/RFF de mai 2006 concernant la petite ceinture n'évoque ni l'un ni l'autre. Une étude SNCF de mai 1997 intitulée "Réouverture de la Petite Ceinture Est au service voyageurs " retient l'hypothèse d'un tram-train de 30 m de long ce qui conviendrait parfaitement à la mini gare de Charonne dont le quai ouest a été raboté pour édifier une barre de logements.

Une gare c'est une interface entre ville et chemin de fer et la gare de Charonne, à cheval sur les voies de la petite ceinture, offre aux architectes urbanistes l'occasion de s'éclater car il faut concilier la transformation de la gare en café- concert et l'accès aux quais en contrebas. Par où faire passer les voyageurs s'il ne peuvent plus traverser la gare ? Par la rue Florian ? Par la future voie piétonne destinée à relier les rues de Fontarabie et Galleron ? Faut-il limiter l'accès à un seul quai étant donné que les voyageurs peuvent aisément traverser les voies d'un tram-train pour passer d'un quai à l'autre ? Et surtout, la vente éventuelle de la propriété de la gare à Trigano & Co ne doit en aucun cas compromettre le retour du site à sa destination première.

Une présentation de toutes ces hypothèses dans le hall de la future médiathèque qui ouvrira à côté serait la bienvenue et l'organisation de cette exposition pourrait être confiée au comité de pilotage prévu par le protocole VP/RFF. Il ne faut pas que la flèche transperce la ceinture.


Dimanche 26 Avril 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes