DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Michel Pifaut : 'le tramway est une une erreur historique gravissime'



Michel Pifaut : 'le tramway est une une erreur historique gravissime'
Après le refus justifié du Gouvernement d’accorder le moindre financement de l’Etat à l’extension du tramway parisien, le Maire de Paris (à quel titre d’ailleurs, puisque l’AOT des modes ferrés en Ile-de-France est le STIF ?) le sollicite à nouveau au prétexte de prolongement à la Porte d’Asnières, au lieu de la Porte de la Chapelle.

Cette affaire ne change rien au caractère local et idéologique de ce tramway, qui ne s’inscrit aucunement dans la perspective du Développement durable au 21ème siècle.

Bel exemple « d’inaugurable visible » contraire à l’intérêt général, dénoncé par le GART (Groupement des Autorités régulatrices des Transports) :

  • aucune urgence, en l’absence des JO 2012 à Paris,

  • dissimulation en 2006 de l’étude RFF de réactivation de la Petite Ceinture ferroviaire, avec protection adaptée des riverains : moins chère, grande capacité évolutive en fonction des besoins et de la crise de l’énergie, vitesse commerciale élevée (env. 30 km/h au lieu de 18), possibilité de PPP et fret léger, …

  • insuffisances flagrantes des performances réelles du tram T3, que la Ville essaie de maquiller en succès, confirmées par une étude d’éminents économistes (Rémy Prud’homme et Pierre Kopp) parue dans Le Point du 24 janvier 2008 : le tramway n’est pas écologique (un comble !) et les utilisateurs, dont très peu de banlieue, parcourent un trajet moyen de 2,5 km, au lieu des 4,5 prévus, ce qui, conjugué avec la réduction de la vitesse, divise le Taux de rentabilité interne annoncé par 2. A noter que la RATP refuse de publier ses propres enquêtes internes, au prétexte que ces documents à caractère administratif « n’ont pas vocation à être diffusés ». Peut-être pourriez-vous exiger leur publication pour l’Enquête publique en cours, car ils sont très éclairants sur le succès pour le moins mitigé du tram T3…

Quant aux nombreux autres problèmes du prolongement (rupture de charge totalement imprévue à la Porte de Vincennes, vitesse encore abaissée, crochets divers dans le 19ème arrondissement…, nécessité probable d’une nouvelle rupture si on pousse dans le 17ème, destruction d’un stade pour de nouveaux Ateliers, coût minimisé…), nous n’y reviendrons pas.


Ce n’est pas une fatalité d’avoir 30/40 ans de retard. Mais persévérer aujourd’hui, avec tout ce qu’on sait maintenant (T3 bridé en vitesse et capacité, irrégulier et fragile, étude très sérieuse et plus économique (30%) de réactivation de la PCF avec protection adaptée des riverains - risque énergétique grave et probable au cours des prochaines décennies) serait une erreur historique gravissime.

Cet investissement improductif ne se place manifestement pas dans une perspective de Développement durable, mais répond uniquement à un souci d’aménagement local de la Ville de Paris, outre la recherche idéologique d’un effet « muraille » Paris/banlieue très efficace (c.f. la section sud, par exemple Avenue d’Italie-Le Kremlin-Bicêtre), mais fortement préjudiciable à la vie économique.

Nous rappelons nos dernières propositions, susceptibles d’aboutir à un compromis raisonnable vis-à-vis des parties en présence :

  • limiter le projet d’extension à la Porte de Charenton, qui a déjà fait l’objet d’une concertation préalable à part en 2002, avec un financement spécial (50% Région-50% Paris), donnant une importante correspondance avec la ligne 8 et le cœur du Val-de-Marne, et ce sans nécessité d’un nouvel Atelier,

  • demander un moratoire sur le reste de l’extension du tram T3 non urgent, pour bien réfléchir à la meilleure solution technique et économique, de manière sereine, pour la rocade TC de Paris, à l’aide par exemple d’une expertise internationale, pouvant porter également sur Métrophérique. Pour information, Berlin a rouvert sans état d’âme sa PC en 2002 et Moscou a décidé de réactiver la sienne. Tout ceci, dans l’intérêt de la région Capitale qui se doit regagner des places dans le classement des grandes métropoles mondiales qui se livrent à une vive concurrence entre elles.


Michel Pifaut, Président, Membre associé du CESR d’Ile-de-France (Transports)
Porte-parole du Collectif ALTERNATIVE TRAMWAY
Association ROCADE DE PARIS

Mercredi 14 Mai 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes