DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Noir c'est noir : le Wepler


IdeM poursuit sa quête mystique du meilleur café parisien. Elle s'arrête aujourd'hui au Wepler, sur la place de Clichy, où le charme désuet de la décoration l'emporte sur toute autre considération.



Noir c'est noir : le Wepler
Il y a 40 ans, le Wepler était l’ « institution » de la place de Clichy, la brasserie chic du quartier, tout à côté du fabuleux cinéma Gaumont ( voir ici), le plus grand de France, scandaleusement rasé pour laisser place à une des plus ignobles constructions de Paris. Comme ailleurs, des cafés ont poussé, plus modernes, éclairages indirects, service jeune et décontracté, en attendant l’invasion des « lounges » et des décors imposés par les frères Coste et leurs suiveurs. Le Wepler est donc tranquillement et sûrement tombé dans la désuétude et c’est tout son charme aujourd’hui. Hasard et nécessité m’y ont conduite : devant donner un rendez-vous place de Clichy, je ne parvins pas à trouver un autre lieu d’évidence que le Wepler. Je le fis donc avec résignation.

Quelle ne fut ma surprise en redécouvrant les banquettes en moleskine rouge, par endroits rapiécées d’une espèce de sparadrap carmin. La hauteur de plafond, les grands lustres des années 70, offrent un espace spacieux et clair. La salle, de vastes dimensions, a de nombreux recoins, très agréables pour qui veut s’isoler du bruit ambiant. La partie « terrasse » est bien séparée de la salle, et à l’intérieur règne une étonnante quiétude. Elle jouit de grandes baies vitrées, garnies à mi-hauteur de voilages protecteurs permettant aux clients de ne rien perdre de l’agitation extérieure sans en éprouver aucune gêne.

Les garçons de salle sont vêtus de l’ensemble noir trois pièces, gilet sur chemise blanche, qui devrait être classé au patrimoine de l’Unesco, puisque l’art culinaire va bientôt y faire son apparition, si j’en crois la rumeur. A la façon dont ils vous jettent un « madame, bonjour, que puis-je pour vous ? », on apprécie le métier, celui qui fait défaut en maints endroits, enfin pour les réactionnaires comme moi tout au moins. Ils s’expriment d’un air affairé, avec la supériorité légèrement insolente de celui qui connait son affaire et qui néanmoins consent à se mettre à votre service, vivantes incarnations des théories sartriennes sur l’Etre et le Néant.

Quelques fresques peintes sur le thème de la belle époque, des jeux de miroirs apportés par de grandes glaces sur les murs, la couleur noire des portes contrastant avec l’or des immenses poignées en laiton astiqué, obéissent en tout point au genre art déco. On oubliera donc les tables en formica à l’imitation de l’acajou.

Le café de la maison Richard est plus que correct, servi en tasses et soucoupes de porcelaine blanche. Nous avons même eu droit à un mini financier offert par notre diligent serveur qui ignorait tout des visées secondaires de ma visite. Autre avantage de l’endroit : le lieu est exposé Sud-Est ; tant et si bien que, lorsque le soleil brille, ses rayons frappent la peinture jaune des murs, et inondent les recoins et la terrasse d’une lumière chaude. Les oisifs – Dieu les préserve ! - pourront ainsi passer la matinée à se réchauffer derrière les vitres du Wepler, au calme. En plein hiver, à Paris, ce genre d’ambiance n’a pas de prix.

Si justement ! Le café servi en salle est à 2,50 € avec son verre d’eau. C’est encore correct.

Attention : pas de bar et, surtout, surtout, fuir dès midi sonné, car la brasserie devient restaurant et la cuisine de cet établissement repris par les Frères Blanc n’a aucun intérêt.

Résumons nous. Ambiance, emplacement : 4/5 - Café : 3/5 - Service : 4/5 - Toilettes : 2,5/5
Total : 13,5 / 20


Dimanche 1 Février 2009


Serge Federbusch


1.Posté par Demesmaeker le 30/10/2009 16:32
La cuisine de Tricatel inscrite au patrimoine mondial de l’humanité ?

Un savoir faire sacrifié

Quand il s’agit de faire diversion, Sarkozy n’est jamais en panne d’idées. Lors du dernier salon de l’agriculture, il a ainsi annoncé sa volonté de faire inscrire la gastronomie française comme "patrimoine mondial de l’humanité" par l'UNESCO.

Enfin une mesure qui ne coûte rien à personne et qui fait plaisir à tout le monde !

Le hic, c’est que depuis le ministre De Robien, le contenu des formations du CAP cuisine a été considérablement tiré vers le bas, suivant les injonctions des grands « marchands de soupe » -c’est le cas de le dire- tels que Sodexho et autres dignes successeurs de Jacques Borel.

La maîtrise de techniques de cuisine élémentaires telles que le détaillage des poissons, l’ouverture des huîtres, le débarbage des moules, le désossage, le pochage des quenelles, etc. ne sont plus requises à l’examen. Par contre, sont évaluées les techniques de réchauffage des produits surgelés, l’utilisation de produits semi-élaborés, la remise en température de légumes, viandes et poissons surgelés… On en passe et des pires !

La gastronomie est un patrimoine vivant. Une formation exigeante pour les professionnels de la restauration est indispensable pour assurer la préservation et le développement de cette richesse culturelle majeure pour notre pays. Avec ou sans « label UNESCO », les millions de touristes (et les autochtones! ) n’affluent pas chaque année dans les restaurants français pour se voir servir des cordons bleus Findus agrémentés de fond de sauce Vivagel !
Pour revaloriser les métiers manuels, mieux vaut compter sur les enseignants et les élèves des lycées professionnels en lutte contre le démantèlement du Bac Pro que sur la politique de Sarkozy qui s'applique à casser les diplômes et les savoir faire.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis