DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Paris : à mort les bibliothèques municipales !




Les personnels des biblis sont de plus en plis inquiets de la politique d'Hidalgo ...



Ils ne participeront pas à la lecture
Ils ne participeront pas à la lecture
Les bibliothèques de la Ville de Paris sont-elles dans un état désastreux ? Pour les personnels cela ne fait aucun doute : ils peuvent constater en interne le nombre impressionnant de postes à pourvoir ! Plus de soixante-dix selon les derniers chiffres officiels de l’administration elle-même. Laquelle diffuse la liste des « postes vacants » à l’intention de ceux qui veulent changer d’établissement. Un jeu à somme nulle, toutefois, puisque pour occuper ce nouveau poste il faut rendre vacant le précédent…

Et encore on ne compte pas les postes qui ne sont « officiellement » pas vacants mais qui sont inoccupés pour cause de congé maternité, congé longue maladie ou autres… Si bien que ce n’est pas loin de 10% des effectifs qui manquent actuellement pour faire fonctionner le réseau des bibliothèques de la Capitale. Des carences qui touchent toutes les catégories de personnel (conservateur, bibliothécaire, adjoint spécialisé, agent d’accueil). Et visiblement la Ville de Paris ne compte pas remédier à ces insuffisances avant la fin de l’année. Voire avant le milieu de l’année prochaine ! Pas étonnant que certaines bibliothèques doivent parfois fermer de manière anticipée. Et bientôt, pour nombre d’entre elles, faudra-t-il réduire leurs horaires d’ouverture faute de moyens ?

Cela semble désormais une certitude.

D’autant que cette hémorragie n’est probablement pas terminée : dès qu’ils le peuvent de nombreux agents demandent leur détachement soit dans une bibliothèque d’État comme la BnF, soit en province, ou encore en banlieue parisienne… Mais plus à la Ville de Paris !!! En cause : les mauvaises conditions de travail, les faibles primes accordées par la municipalisé à la filière culturelle ou encore la gestion calamiteuse des ouvertures du dimanche.

L’ouverture du dimanche justement parlons-en ! Car, malgré la crise qui frappe les bibliothèques municipales parisiennes depuis l’annonce du projet, qui semble bien être l’unique enjeu culturel d’Anne Hidalgo et de son premier adjoint en charge de la Culture Bruno Julliard, la mairie de Paris persiste et annonce toujours l’ouverture dominicale prochaine de la médiathèque Edmond Rostand (XVIIe). On attend désormais de la part de l’exécutif parisien de nous faire connaître sa politique en termes de lecture publique… Et en matière de recrutement notamment. A moins qu’il ne se décide à annoncer le nom des établissements qu’il va devoir sacrifier ?

Lire aussi ICI.

Mercredi 6 Septembre 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Un parisien le 06/09/2017 18:06
Voici un exemple concret de l'adaptation aux matraquages de la mairie:
Etant parisien, je m'étais abonné au multimédia de la bibliothèque, service qui est payant alors que l'emprunt de livres est gratuit. Donc au niveau culturel j'avais accès à beaucoup de supports moyennant une somme non négligeable. Dès son arrivée à la mairie, Hidalgo a triplé beaucoup de redevances ( stationnement en particulier et même fait payé la carte de résident qui était gratuite). Donc ni une ni deux, j'ai compensé ces surtaxes par mon désabonnement payant aux bibliothèques car je ne suis pas un riche au sens hidalgrotesque. Manque à gagner pour la ville. C'est une adaptation au contexte et c'est ce qui va arriver avec les surtaxes macronesques. Quand on vous dit que trop d'impôts tue l'impôt!

2.Posté par poulbot le 07/09/2017 19:01
La Culture avec un grand C , n'est pas une notion que la gauche aime que le peuple est ; ce serais plutôt l'inculture qui est agréable a leurs oreilles, de la sorte la population est plus manipulable au même titre que le sont tout les clandestins qui ce regroupent porte de la chapelle en croyant que la ville va leur donner logement travail papiers et argent pour faire venir leur familles nombreuses.
Actuellement la dette est de 12 milliards intérêts compris , Hidalgo en est a racler tout les fonds de caves et autres endroits sombre de la capital pour ce sortir de la M***** .

3.Posté par MIRALB le 30/09/2017 22:21
Utilisatrice "forcenée" des bibliothèques de la ville de Paris, notamment Marguerite Duras, Sorbier et Mortier, je n'ai jamais eu l'impression que les conditions de travail des bibliothécaires étaient à ce point déplorables !
Si je prends l'exemple de Mortier, bibliothèque jeunesse qui peut également servir de dépôt de la bib. centrale,
trois ou quatre bibliothécaires pour une fréquentation assez minimaliste (je suis souvent la seule utilisatrice présente).
Quant à l'ouverture le dimanche (Marguerite Duras), j'ai pu constater l'importante fréquentation de la bibliothèque ce jour-là, dans un quartier populaire (Saint-Blaise).
Dans le 29e arrondissement, il y a 6 bibliothèques, ce qui me semble amplement suffisant.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes