DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Tir au Mac



Christiane Chavane n'aime pas la bouffe macron-biotique !



Ou crève ?
Ou crève ?
MACRO-HOLLANDE

L’environnement du candidat de la gauche hollandiste, l’improbable poupon gonflable dont la seule conviction s’arrête à « je veux être président », commence à se troubler. Ses frais de bouche extravagants, l’affaire de las Vegas, son étrange patrimoine de pauvre, son passage douteux et fulgurant chez Rothschild… Tout cela sent le soufre au même titre que ses deux alliances, l’une à chaque main. Il a beau temps de reprocher à Fillon d’aimer l’argent. A côté de lui, Fillon est un gagne petit. Si l’on en croit ce qui reste de ses gains de banquier, il aurait réussi à dépenser en 3 ans l’équivalent de 1 smic par jour.

Tandis qu’on reproche à Fillon d’avoir porté un costume hors de prix, sa femme fictive à lui, qui dispose d’une retraite de prof, se fait prêter des vêtements de haute couture… ce qui en général se fait pour des clients occasionnels, pas pour des épouses de candidats à la présidence.
Monsieur Macron serait donc un flambeur ou un escroc. Les deux ne sont pas incompatibles : quand l’argent est trop facilement gagné, pour ne pas dire volé, il est facile à dépenser, moins facile à blanchir ou planquer, mais peut-être pas pour quelqu’un qui connaît les rouages de l’inspection des finances. L’argent des autres ne vaut rien. On voit avec quelle légèreté l’état dépense le fruit de notre travail durement obtenu.

Monsieur Macron aurait eu des réticences dit-on, à participer au débat entre les candidats à la veille du premier tour. Comme il le dit lui-même, le programme ne compte pas, c’est l’homme. Certes, surtout si l’homme lui-même ne compte pas quand il dépense. Autrement dit, il voudrait qu’on le prenne pour le messie (ça on le savait) et nous demande de croire en lui, d’avoir une foi totale et de lui signer un chèque en blanc.

Personnellement, je ne signerai certainement pas de chèque en blanc à un individu aussi douteux. Au vu de sa capacité à dilapider l’oseille qui lui passe entre les mains, ça fait peur. A côté, Hollande, son coiffeur et ses maîtresses, c’est de l’amateurisme. C’est un radin. Si ce freluquet factice répugne à confronter son pseudo-programme à celui des autres c’est qu’il le sait indéfendable et qu’il n’est pas à la hauteur. Il ne lui reste qu’à surfer sur les boules puantes qu’il envoie à Le Pen et Fillon par accointance avec une justice vendue et des journaux complaisants : attention toutefois à ne pas trop « déraper », parce qu’un second tour le Pen-Hamon n’est pas exclu, même si tous les éléphants du PS sont en ordre d’En Marche sans trop le dire ouvertement.

Même Valls, bien qu’il s’en défende. Evidemment, pour un candidat qui se fait croire « hors système », ça fait désordre. D’ailleurs son livre « Révolution » vous dira tout sur ses intentions de changer le système. On peut le lire gratuitement : il suffit de regarder longuement une ramette de papier vierge.



MACRON-ECONOMIE

Regardons-le ce pseudo-programme justement. Le candidat factice a pioché un peu partout chez les autres des idées de droite et de gauche qu’il a malaxées pour faire croire à un fil conducteur. Il a même piqué à Madelin, chantre du libéralisme, un projet de réforme des retraites en passant à un système de points. Sauf qu’il n’en a pas saisi la philosophie et qu’il est donc à côté de la plaque. François Chérèque aussi voulait passer, pour les salariés, à un système de points. Cela nous aurait évité ce stupide compte pénibilité. Cette solution existe déjà pour la retraite des cadres : les charges sociales de retraite donnent lieu à des points valorisés chaque année. L’intéressé sait en temps presque réel ce qu’il a cumulé et quelle retraite il en retirera. Il s’arrête quand il veut. C’est très bien, mais Madelin voulait aussi introduire des fonds de pension à côté de la retraite de base par répartition, comme il l’a fait pour les indépendants. Ça Macron l’a oublié. Macron veut harmoniser les retraites des fonctionnaires, des régimes spéciaux, du privé et des indépendants et tout mélanger dans un melting-pot géré par l’état. Quid du financement, puisque les fonctionnaires partent avec 75 % du dernier salaire alors que leurs retraites n’ont pas été provisionnées, le calcul de taux de conversion se faisant sur les 6 derniers mois au lieu de 25 ans dans le privé, pour un retour bien moindre ? Soit les cotisations explosent, soit les fonctionnaires auront une retraite fortement diminuée. Quid de la Préfonds et des retraites Madelin ? Si les cotisations de base explosent, les fonds de pension vont disparaître !

L’égalité entre public et privé ne passe évidemment pas par là. Ce n’est pas le nivellement par le bas qu’il faut viser. L’objectif n’est pas d’appauvrir les fonctionnaires, mais d’une part d’en diminuer le nombre ahurissant (mais de le faire intelligemment), et d’autre part de cesser de ne pas financer leurs retraites et de piocher de façon indécente dans le budget général pour les servir.

Tout dans son programme est à l’avenant. Rien en revanche sur les réformes structurelles dont l’urgence est criante, rien sur des économies de dépenses publiques sérieuses et chiffrées : 60 milliards sur 5 ans de moindre augmentation de dépenses, ce ne sont pas des économies, ou alors nous n’avons pas la même conception de ce qu’est une dépense. En même temps, 50 milliards d’ « investissement » dans des formations-parking, signifient 50 milliards de dépenses à fonds perdus, ce qui ne fait plus que 10 milliards de « moindre augmentation » : là encore le mot « investissement » n’a pas le même sens pour monsieur Macron que pour le comptable moyen.

On pourrait en dire autant sur chacune de ses pseudo-propositions, des incantations non étayées qui associent allègrement la démagogie au clientélisme. Tout ça c’est du Hollande surmultiplié et sans limites. C’est un programme d’escroc et de flambeur. Ce n’est pas un programme de futur chef d’état responsable.

Là je ne considère que l’aspect économique, mais sur le plan social, ou sociétal pour parler la novlangue, c’est pire. Monsieur Macron n’aime ni la France ni les Français mais traite les immigrés par le mépris en les infantilisant : discrimination positive, contrôles dans les entreprises pour vérifier que l’on n’écarte pas nos chances pour la France, aides massives aux banlieues genre aide aux associations de la famille Théo… J’en passe et des pires. La dictature pour succéder à une inévitable guerre civile se met en Marche. Stoppons-là dans l’œuf ! Mise en examen ou pas (ce qui n’est pas une preuve de culpabilité), Fillon est le seul à avoir un programme solide et c’est d’ailleurs ce qui lui vaut tous ses ennuis. On ne choisit pas un président sur des critères de morale à deux balles (qui n’ont rien à voir avec la légalité), mais sur sa capacité à gérer le pays et la vision qu’il a de l’avenir, sur le long-terme. Et là le choix me paraît simple. Peut-être serons-nous déçus, nous en avons pris l’habitude. Mais je peux garantir qu’avec Macron ce sera la soupe à la grimace, ça c’est au moins une certitude.

CC

Dimanche 19 Mars 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par de Bragard le 20/03/2017 09:19
Exactement ce que je pense depuis la déclaration "en marche". en beaucoup plus clair. bravo pour cet article.
A diffuser de toute urgence

2.Posté par foucault le 20/03/2017 10:11
Le visuel de votre article fait encore de la publicité pour le candidat contre lequel il est rédigé, c'est dommage, car faire suivre votre article implique de multiplier l'image de celui qui se vend comme un paquet de Bonux avec un cadeau dans le paquet. Et quel cadeau !?...

3.Posté par de Bragard le 20/03/2017 12:06
Je ne sais pas comment partager à partir de Delanopolis. j'ai trouvé que l'article méritait qu'on le lise.

4.Posté par DUTHU le 20/03/2017 18:29
MACRON A CHAUSSÉ LES BOTTES DU GAUCHISME CULTUREL

1)"Les élites mondialisées qu'il représente, réduisent la politique à un exercice
d'adaptation à un monde en mutation."
2) Selon lui "L'histoire de France ne raconte plus l'histoire d'une nation mais celle d'une population qu'on ne saurait unifier sans faire violence à sa diversité".
3) Macron s'est aussi permis de "nazifier implicitement l'histoire de la colonisation".
4) Chose certaine, "Emmanuel Macron adhère sans état d'âme au multiculturalisme".
6) Le gauchisme culturel et le libéralisme sociétal, lorsqu'ils s'accouplent, dynamitent toute forme d'appartenance héritée.

5.Posté par Challier le 21/03/2017 00:14
L'imposteur du gros argent, qui s'est enrichi chez Rothschild avec le piston de son épouse (car Sa Nullité Crasseuse n'a rien pu fournir d'intéressant à une grosse banque d'affaires), se prend pour le nouveau cochon Platon de la nouvelle ferme des animaux, en remplaçant Sa Suffisance le Grand Mamamouchi.
Et il pédale maintenant dans la choucroute.
En choucroute le cochon Platon !
Et pour le 1er tour, le slogan TSM est le bon !

6.Posté par Menfin le 21/03/2017 11:31
@bragard : il suffit de faire un copier-coller.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis