DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Un tramway nommé Pyrrhus


La seule satisfaction politique de Delanoë fin 2008 lui est donc venue du tramway des Maréchaux, dont le prolongement jusqu’à la porte de la Chapelle a été voté à l’unanimité par le conseil de Paris. Touchante expression de concorde municipale qui masque mal les énormes difficultés non résolues dans ce dossier. Elles sont autant de bombes à retardement pour la mairie. Le Delanopolis en a fait l'inventaire. Parfait pour vos fonds de dossiers !



Un tramway nommé Pyrrhus
Sans doute par crainte de passer pour des ringards et pour éviter de donner l’image d’une opposition systématique, les conseillers de Paris ont uniment voté l’extension du T 3 vers l’Est. C’est bien regrettable : dire non à une absurdité est toujours raisonnable, quels que soient la pression du politiquement correct et l’air du temps.

Car le tramway des Maréchaux, dont le bilan économique et environnemental sur son parcours Sud est négatif, contrairement à ce qu'en dit la mairie (voir ici et ici), reste une fausse bonne idée. Et son parcours d’Ouest en Est sera ponctué de nombreux points noirs. Suivez le guide !

Première station ☝: pont National, où le tramway franchira la Seine. Il faut impérativement l’élargir ainsi que retraiter les bretelles qui permettent au trafic automobile de franchir les quais de Bercy d’un côté et Panhard et Levassor. La ville a prévu une somme dérisoire pour financer ces travaux : 3, 2 millions d’euros. A ce tarif, les questions techniques et de propriété du sol, à côté des voies S.N.C.F., devront être résolues par enchantement.

Seconde station ☟: l’accès à la pelouse de Reuilly et à la foire du Trône, déjà chaotique en période de fêtes. Envisager d’aller au cirque en voiture avec sa marmaille deviendra une folle équipée. L’usage du métro ou du tramway sera donc obligatoire et l’on souhaite bien du plaisir aux familles surchargées et accompagnées de petits enfants dans leur parcours du combattant. Ce sont les forains qui vont être contents.

Troisième station : ☺quelle œuvre d’art Christophe Girard a-t-il prévu d’installer pour rendre hommage à Courteline quand le tram arrivera en face de l’avenue qui porte son nom ? Rien ! C’est un scandale, s’agissant d’un des pères de la dénonciation des absurdités bureaucratiques. Il importe que Sophie Calle soit missionnée sur cette question, si besoin par téléphone.

Quatrième station : ☠ porte de Vincennes. C’est la première grosse difficulté. Pour éviter que les retards d’une rame ne s’accumulent le long de son parcours et n’aboutissent en fin de ligne à des attentes insupportables, il est prévu de scinder le trajet en deux tronçons avec changement à la porte de Vincennes. Les voyageurs qui souhaiteront aller au-delà devront descendre et traverser le cours de Vincennes à pied pour changer de train. C’est la théorie dite des « deux arcs » qui n’a pas été inventée par une flèche ! Elle va engendrer un flux piéton considérable dans la traverse, obliger la préfecture à mettre en place un dispositif de sécurité avec surélévation et barrières, créer un trafic dangereux à proximité des lycées Hélène Boucher et Maurice Ravel, contraindre à détruire des places de stationnement ainsi que les très coûteux aménagements d’ « embellissement » de la porte de Vincennes, tout juste achevés et dont se gobergeait la mairie du 20ème. Les quelques réunions de concertation organisées sur le sujet ont provoqué des broncas chez les riverains. Point n’est besoin d’être grand clerc pour prédire que la résistance s’intensifiera quand la population se rendra compte du chaos provoqué par l’installation de deux lignes de tram, de leurs quatre voies et de leurs quais dans cette zone déjà congestionnée.

Cinquième station : ☂ porte de Bagnolet. C’est à se demander si les concepteurs du T 3 ont jamais mis les pieds sur le rond point où débouchent les boulevards Davout, Mortier, la rue Belgrand et l’avenue de la porte de Bagnolet. L’endroit est constamment saturé de trafic. On y trouve, outre ceux qui fréquentent les Maréchaux, les braves gens qui veulent se rendre à Bagnolet, par exemple vers la gare internationale des autocars ou le centre commercial « Bel Est », un des plus importants aux portes de Paris, ou ceux qui veulent prendre l’autoroute A 3. Les embouteillages y sont constants. Ajoutez-y une ligne de tramway et transformez Paris en forteresse avec des voitures pour rempart …

Sixième station : ✄ près d’un kilomètre en cul-de-sac entre la porte des Lilas et celle de Pantin. Du fait de la configuration pentue du terrain, du tracé des Maréchaux qui contournent l’ancienne butte où fut bâti l’hôpital Robert Debré dans les années 1980 puis passent entre le périphérique et les Buttes-Rouges et de l’absence de connexion avec tout autre mode transport (la station Pré-Saint-Gervais est malcommode et en fin de ligne), ce sera un investissement considérable pour un trafic réduit et qui se satisfaisait amplement de la ligne de bus PC.

Septième station ☃ : flûte et pipeau chez Sérurier. Le tram sera idéal, sur ce boulevard où il ne se passe pas grand-chose, afin de desservir le futur grand auditorium, proclame la mairie. Notons au passage qu’elle n’a pas prévu de consacrer un liard à l’édification de cet équipement et s’en remet à un très hypothétique partenariat avec le privé en guise de participation municipale voir ici son plan d'investissement . Dans l’état actuel et prévisible des finances du ministère de la culture, qui devrait donc en supporter seul la charge, tout cela fait doucement sourire et sonne comme un air de pipeau. Ce qui est beaucoup plus tangible, en revanche, c’est la neutralisation du stade Jules Ladoumègue, de l’autre côté du boulevard, pour un temps indéterminé, afin d’y creuser en sous-sol un atelier de réparation des rames du tramway. Ce stade est pourtant le plus important des équipements sportifs du Nord de Paris et sert à des dizaines de milliers de scolaires et de sportifs amateurs chaque année. Encore des futurs partisans du tram, c’est sûr !

Huitième station ☢ : la baïonnette de la Villette. Pas de chance, le boulevard Mac Donald s’arrête brusquement au niveau de l’avenue Corentin Cariou pour reprendre son cours sur l’avenue de la porte de la Villette, après une interruption en forme de baïonnette. Les aménagements nécessaires pour le franchissement de ce coude sont complexes et impliquent un fort ralentissement du tram et des pollutions sonores importantes. Du côté du Quai de la Gironde, il faudra abattre des platanes centenaires puisque la mairie n’a pas voulu d’un tracé direct sur le pont-rail de la porte de la Villette (en raison de sa volonté de musarder vers Pantin comme indiqué ci-après). Ce gymkhana se fera en partie sur des emprises foncières de R.F.F./S.N.C.F. (rue de la clôture) ou du ministère de la culture (Bd Mac Donald). Une fois encore, les budgets et les délais pour tous ces travaux et ces acquisitions sont sous-évalués (4 millions d’euros pour l’ensemble des terrains dans le dossier d’enquête publique !).

Neuvième et dernière station ✞ : le circuit à travers l’entrepôt Mac Donald et Pantin, une véritable apothéose. Nous avons déjà longuement traité de ce détour incompréhensible, si ce n’est pour des raisons politiques (voir ici). Ses inconvénients sont nombreux et commencent à peine à être entrevus par les habitants et les usagers. Il se traduira notamment par une perte de temps de transport, une interconnexion douteuse avec le RER E, néglige l’utilisation de la petite ceinture pourtant recommandée par le conseil régional et les liens avec le TramY, et frustre, sur une longue portion de son parcours, toux ceux qui utilisaient le bus PC sans leur offrir de compensation.

Ouf ! Vous voilà arrivés enfin porte de la Chapelle, à immédiate proximité de l’énorme « plat de spaghettis » où s’entrecroisent plus de vingt voies de circulation en tous genres et où le T3 est censé tirer sa révérence.

En définitive, le tramway des Maréchaux Est n’est pas que la continuation du tronçon Sud. Il en accentue les travers jusqu’à l’absurde. Son coût n’est pas maîtrisé et son intérêt économique et social, au regard du maintien de l’actuel bus PC qui roule en site propre, est proprement extravagant. On a d’abord parlé de 820 millions d’euros, on évoque désormais 931 et tout cela est-il encore loin du compte.

Mais le pire est la sorte de barrière métallique glissante que le tramway va placer entre Paris et les communes limitrophes. A certaines portes, notamment Dorée, Vincennes, Bagnolet, Lilas, Pantin et la Chapelle, les encombrements seront dantesques, et pas seulement pendant les travaux. Les socialistes parisiens vont faire du Baupin sans Baupin et même du « pire-que-Baupin ». Ils en paieront les pots cassés, c’est bien la seule bonne nouvelle de cette ridicule affaire.





Samedi 3 Janvier 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Maurice le 05/01/2009 14:12
Il me semble qu'il manque le tracé entre la Cinquième station & Sixième station.
Comment ce tram va monter la cote de ménilmontant ?
Comment vont réagir les services de renseignements ?

Mais je m'emporte inutilement, c'est une blague que vous nous avez écrite-là !!
Gamin ! j'y ai crû ! MDR !

NON ?! c'est vrai ?!

Ce n'est pas du Baupin sans Baupin c'est hélas pire, si toutefois cela est faisable.
Allez faire un tour sur le site : http://lesgrands-champs.over-blog.com vous pourrez y lire le compte-rendu du prolongement du tram qui part de St Denis vers Fontenay sous bois. (c'est un peu long mais pas triste)
Là aussi ils font fort.
"ILS" nous prennent aussi pour des neuneus.

2.Posté par andrei le 17/07/2009 11:04
Je crois que le problème essentiel, dans la critique du tramway parisien sur Delanopolis, c'est la compréhension du concept de transports en commun dans la ville moderne. Remettons les choses en place.

Dans les années 50 - début 70, la voiture était reine, et... "Paris doit s'adapter à l'automobile et renoncer à une esthètique dépassée" (Pompidou). La ville idéale, c'était La Défense : tours et voies express, les piétons sur la dalle en béton, le traffic sur la route.

Nous sommes en 2009, et l'ambition est toute autre. La ville agréable à vivre est verdoyante, faite pour l'homme, avec peu de traffic et donc peu de pollution automobile. Des transports en commun efficaces (rapides, fiables, non polluants) transportent les citoyens d'un bout à l'autre de la ville, et au-delà.

Dans cette perspective, critiquer le tram parce qu'il gêne la circulation est absurde. Ce qu'il faut critiquer, c'est le côté étriqué et timoré de la politique de transport (automobile et en commun) de l'équipe Delanoë.

D'un côté, on a Contassot qui aurait dit publiquement vouloir "faire xxxxx les automobilistes jusqu'à ce qu'ils prennent les transports en commun", de l'autre, on a juste un tramway sur les Maréchaux Sud, et la mise en place de l'accéssibilité des bus parisiens aux personnes en fauteuil roulant. Les vraies améliorations (fréquences plus élevées sur certaines lignes de métro et de bus, circulation le dimanche pour certaines lignes de bus, etc) sont surtout l'oeuvre du STIF, autorité organisatrice des transports en commun en Ile de France. Bref, la mairie manie le bâton, et offre un petit morceau de carote...

L'absurdité du tramway des Maréchaux ? La fréquentation est pourtant plus importante que prévu ; seul le report modal pose problème, parce que... le tronçon actuel est trop court. Quand les gens auront le choix entre le tram rapide et confortable entre Pte de Versailles et la Pte Dorée (par exemple), ils seront plus nombreux à laisser leur tuture au parking.

Malheureusement, on est toujours trop nombreux à confondre Naples ou Atlanta et Paris, et donc à s'entêter à prende sa voiture pour le moindre trajet. Regardez du côté des petites villes allemandes : réseau de transports en commun sans commune mesure avec celui des villes françaises de même taille, avec une circulation automobile très réduite (contrairement aux villes françaises plus haut évoquées). C'est un problème de mentalité et de civilisation.

Pour rassurer Maurice, le tram n'a pas de problèmes pour monter les côtes parisiennes : c'est une question de motorisation, comme pour les voitures. Regardez du côté de Lisbonne.

3.Posté par Maurice le 19/07/2009 09:06
NON, NON, NON, Contassot A dit, pas « aurait » !
Relisez-les ses propos, cela est certainement faisable.
Pour le tram, c'est surtout le tracé qui est en cause, Tibéri avait envisagé d'utiliser celui de la petite ceinture avant que n'arrive l'équipe actuelle et précédente.
Quant à prendre les transports en commun, demandez OU mieux essayez de les empreinter avec des paquets, enfants avec leurs vélos, ballons et autres jouets !
Les côtes parisiennes en comparaison de celle de Lisbonne, il me semble qu'il n'y a pas trop d'arbres là-bas, c'est la question qui est posée en banlieue lorsqu'il y a des réunions pour nous le faire accepter.
Mais voilà, le fric passe par là !
Un industriel l'a très bien expliqué dans un reportage mettant le doigt sur les magouilles générées sur la fabrication et pose de certains matériaux. C'en était édifiant, car c'est nos impôts qui sont utilisés pour.


4.Posté par andrei le 23/07/2009 13:20
Le tracé du tram est celui qu'il faut là où il faut. Il fallait une "desserte fine" (à l'identique du bus PC), des correspondances faciles avec le métro et le RER, etc. Pour des volumes de voyageurs par sens et par heure largement supérieurs, il aurait fallu prendre la petite ceinture, avec des stations éloignées les unes des autres, le coût exorbitant des ascenseurs pour handicapés aux stations sur viaduc et en souterrain, les couloirs de correspondence de 500m avec le métro et le RER, etc. J'en ai parlé 1 000 fois sur ce site.

J'ai déjà emprunté les transports en commun avec des bagages, paquets, etc, comme tout le monde. Le même problème se serait posé avec la petite ceinture ( avec en prime les ascenseurs pour les stations en viaduc). Faut prendre sa voiture ou un taxi quand on est trop chargé. Je ne suis pas un intégriste anti-voiture : on en a besoin dans certaines circomstances, et on peut s'en passer dans d'autres circomstances.

Je ne vois pas le problème des arbres. Quitte à secouer le cocotier... Et pour le lobby industriel, que ce soit celui du BTP, de la fabrication de tramways ou des automobiles et des carburants, je ne vois pas non plus.

5.Posté par Maurice le 24/07/2009 06:31
Lorsque l'on veut tuer son chien, on l'accuse de la rage !
Vous devez vous souvenir de cette phrase ?

Les ascenseurs devraient être dans « toutes » stations ou il y a un dénivelé ! Écrire que cela aurait un coût... De plus, il ne faut pas dire et écrire « handicapé », mais « personnes handicapées » !
Prendre un taxi ? Nous n'avons pas les mêmes moyens ! (au fait, circonstance ne prend pas de M)
Le problème d’arbres a été soulevé à de multiples reprises lors des assemblés sur les tracés du tram en banlieue ET « toujours » mis de côté par les représentants de la RATP. Ils ont été jusqu'à dire : nous ferons passer des rams de nettoyage !
Si vous ne voyez pas pour les lobbys industriels..., renseignez-vous, il y a eu de multiples émissions sur le sujet et celui que je donne éclaire très bien les sommes détournés en jeux.

J'arrête là avec vous, discutions inutile et stérile avec un pro travaux à tout va.

6.Posté par andrei le 27/07/2009 13:08
Le jour où Maurice comprendra que la petite ceinture est adéquate pour un volume Y de voyageurs par sens et par heure, et que le tram est adéquat pour un volume X...

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes