DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Baisse de la population parisienne : Stupidalgo ne manque pas d'Airbnb !


Rappelons-nous, c'était début 2012, une éternité ...

A l'occasion de voeux prononcés par Delanoë à l'Hôtel-de-ville, le maire d'alors avait qualifié de «potentiel extraordinaire» l'augmentation de la population parisienne (+110.000 habitants en dix ans), jugeant que «cela donne confiance pour aborder l'année 2012». «La principale richesse de Paris, c'est sa population et l'évolution de cette population», avait-il dit avec l'emphase communicationnelle qui le caractérisait.

Patatras !

Hidalgo est beaucoup moins disserte sur la forte baisse observée ces cinq dernières années : le nombre de Parisiens est tombé à 2 220 445. Soit 13 660 habitants en moins.

Comme de coutume, il faut trouver un bouc-émissaire.



Baisse de la population parisienne : Stupidalgo ne manque pas d'Airbnb !
Ce ne peut être la hausse artificielle du prix de l'immobilier provoquée par la politique de préemption clientéliste.

Ce ne peut être les difficultés à circuler et stationner, aggravées de manière démente par des idéologues.

Ce ne peut être la course toujours plus dure aux places de crèches.

Ce ne peut être la saleté de la ville.

Ni la hausse des impôts locaux.

Non ... c'est Airbnb !

Pourtant, depuis mai 2016, la mairie livre une guerre bureaucratique sans merci à ce site de location.

Si un particulier peut louer sa résidence principale sans en demander l'autorisation, la durée de location ne peut dépasser 4 mois par an sous peine d'une amende de 25 000 euros. Les propriétaires d'une résidence secondaire ont l’obligation de demander à la Mairie une autorisation. En cas de dépassement de la durée légale de 4 mois, l'appartement doit être reconverti en "meublé touristique", sous peine de se voir appliquer une amende de 80 000 euros, qui pourrait bientôt être portée à 100 000 euros.

Depuis la loi de Finance 2015, la Mairie de Paris contraint Airbnb à collecter la taxe municipale et départementale de séjour pour le compte de ses clients, au titre de "meublé touristique non classé". Cette dernière s'élève à 0,83 euro par voyageur et par nuit.

La Mairie a également créé une brigade chargée de vérifier la légalité des locations mises en ligne sur la plateforme. Des équipes composées d'une vingtaine de contrôleurs effectuent des visites aléatoires, notamment dans les quartiers particulièrement concernés par ce phénomène tels que le Marais, Saint-Germain-des-Prés ou encore Montmartre.

La délation par les voisins est même encouragée ..!

En réalité, la baisse de la population parisienne traduit le départ croissant des célibataires et surtout des jeunes familles qui n'en peuvent plus des nuisances et des coûts de la vie parisiens et s'en vont vivre en périphérie.

Ne resteront à ce train là, dans quelques années, que les privilégiés du logement clientéliste et les bienheureux propriétaires de leur logement de longue date, roulant à scooter, disposant d'un parking pour leur voiture le week-end et de revenus conséquents. Un monde dual qui convient si bien aux écocosocialistes parisiens ...




Mercredi 4 Janvier 2017
Serge Federbusch






1.Posté par parisien le 04/01/2017 15:03
Hidalgo nous ressers le coup de la Gestapo, de la délation.... bientôt ce sera les camps de rééducations vietnamien de ressusciter.

2.Posté par Parisien le 04/01/2017 15:20
Si vous voulez vivre en famille à Paris, il vous faut un appart assez grand. 70-80m², ce n’est pas si courant que cela car il y a eu peu de constructions modernes depuis la dernière guerre. Et il vous faut le louer ou l'acheter (8000 à 10000€ le m² mini). Ensuite, il vous faut une voiture pour le WE et les sorties. Comme la mairie impose des restrictions, il vous faut une familiale récente, encore 30000€ à trouver. Et la garer, dans la rue le stationnement résidentiel a été x 3. Ou un parking, il y en a mais ce n'est pas légion. Pour circuler, çà sera quand la mairie vous y autorisera. Bien sûr, il y a les vélib, les autolib, les bus et le métro. Mais la poussette, les bagages, les mômes, vous les mettez où? Sur le porte-bagage?
Donc à force de faire suer le monde, les familles vont vers des banlieues plus accueillantes ou en province ou à la campagne.
Airbnb loue essentiellement des studios et 2 pièces, donc ne nuit pas au logement des familles, ce n'est pas sa cible. Ceux qui ont un pied à terre trouvent plus intelligent de le louer quand ils ne l'utilisent pas, peut-on leur reprocher?
Il faut considérer l'humain comme un être intelligent qui sait s'adapter. Pourquoi la maire ne s'adapte pas et reste dogmatique? Elle n'a pas encore compris qu'à faire suer les gens et désinformer, elle finira par perdre ses électeurs?

3.Posté par Sophie le 04/01/2017 23:11 (depuis mobile)
Bravo ! Excellent article !!!

4.Posté par Corail 77 le 05/01/2017 09:14
@Parisien : Effectivement, il y a 2 sources à la bêtise : l'ignorance et le dogmatisme. Nul n'est besoin de prouver que par ses actions, Mme Hidlago cumule régulièrement les 2 !

5.Posté par Hauben Meise le 05/01/2017 11:51
Les vieux s'en vont aussi.
Paris est trop cher pour leurs pensions, trop bruyant pour leurs fragiles oreilles, trop fatiguant pour articulations (merci Huchon et Delanoë © pour les inexistant escaliers dans le métro), trop sale, trop puant.
Et puis les vieux ont décidément du mal à avoir des tropies positives sur certains sujets à propos desquels il est interdit d'émettre une opinion.

6.Posté par Alablanche le 05/01/2017 13:09
Quant aux jeunes ceux qui restent sont soit ceux qui n'ont pas grandis à Paris et ne cherchent pas à voir (socialistes ? ...), soit ceux dont la famille a toujours bénéficié d'aide et qui pensent de manière plus que simpliste que tout est gratuit et donc font fi des "désagréments" de la ville (pour ces derniers cela semble énorme de penser ainsi mais si je vous assure c'est malheureusement plus courant qu'on ne le pense) et enfin les parisiens de toujours qui ne peuvent faire autrement que de vivre chez leurs parents.

7.Posté par Phil75 le 05/01/2017 18:34
Je viens d'en apprendre encore une belle.

En 2017, les organisateurs de courses à pied à Paris devront payer... une taxe de 2 € par dossard.

Autrement dit, pour une course de 1 000 participants (ce qui n'est qu'une petite course) les organisateurs devront verser 2 000 € dans les poches trouées de Stupidalgo.

Et pour le marathon de Paris, la douloureuse sera de 100 000 €.

Pour le sport-business (JO 2024) de l'argent public coule à flots.

Pour le sport populaire... de nouvelles taxes !

8.Posté par de Bragard le 06/01/2017 11:25
Sans oublier la transformation d'appartements en bureaux dans les arrondissements qui votent à droite.A laquelle la Mairie devait mettre un frein mais qui n'a rien fait.

9.Posté par K*rol le 06/01/2017 11:45
Et malgré la fuite de la population, la Mairie de Paris n'a de cesse de prendre les espaces sportifs pour des terrains à bâtir à moindre coût. Dans plusieurs quartiers de la capitale, les stades sont visés par des projets de démantèlement - et de voir leur surface très sensiblement amputee - au profit de constructions diverses et très inopportunes en ces endroits encore préservés !
Par exemple, signez la petition sur change.org : Léo Lagrange (où l'on essaie de sauver un magnifique espace qui compte près de 300 arbres magnifiques, don't 275 directement menacés d'abattage !)

10.Posté par Poulbot le 08/01/2017 08:57
@Phil75 : cette taxe est l'oeuvre de la FFA qui veux sa part du gâteau et date de 2015 , il est donc normale que la "Bonimenteuse" veuille sa part elle aussi.
@Bragard : le code des impôts autorise de déduire certains frais , comme l'entretient, l'amélioration , le gardiennage de locaux vide pour raison de sécurité , les propriétaires des immeubles de bureau (banques, multinational, assurances, fond de pensions) utilise ces dispositifs a outrance pour payer moins d’impôts , de ce faite plus ils ont de locaux vide qui leur permettent de faire du bénéfices avec ceux réellement utiliser, plus ils feront construire ou changer de type d'occupation d'anciens locaux , jusqu’à trouver une balance idéal entre vide et occupés.l'état ainsi que la ville laisse faire par intérêt financier et politique.

11.Posté par joggerestropie le 13/01/2017 19:19
@Phil75
pas cher payé, rapporté aux
- tonnes de déchets immondes laissés par un marathon pédestre sur la voirie, et l'armée de bennes, de balayeurs et de forces de l'ordre pour réguler tout ça, outre la pollution visuelle des bannières de pub outrancières, l'inaccessibilité et la confiscation de l'espace public
- bénef que se met en poche l'organisateur, non négligeable vu le prix élitiste du dossard d'accès

12.Posté par Parisien le 14/01/2017 09:05
Enfin, on semble s'intéresser aux voitures pollutantes de la commission Royal comme les Renault. Mais à lire un article paru ce jour dans Libé :"Diesel : Renault soupçonné d’enfumage à grande échelle", on apprend que «Il faut en moyenne deux ans d’instruction pour un dossier de ce type, dans lequel on a recours à des expertises techniques. Tout le problème est de démontrer le lien de causalité entre la pollution et l’atteinte à la santé publique»
Donc le lien de causalité n'est pas acquis et on va attendre plus de 2 ans qu'une solution soit trouvée.
On aimerait que Mme Hidalgo enfourche ce cheval de bataille.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes