DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Brossat : quand le cauchemar communisant s'abat sur l'immobilier parisien !




Répression, procès, encadrement, appel à la délation : tout l'attirail du parfait bureaucrate communiste, le Léviathan qui a ruiné toujours et partout les villes ou pays qui y recourraient, menace Paris ...



Sur fond rouge
Sur fond rouge

Le méchant petit Brossat, adjoint coco d'Hidalgo qui a besoin de son appui pour faire voter ses délibérations, nous a gratifiés d'un vrai festival de mesures répressives fidèles à la bonne vieille tradition du parti.

Il attribue la flambée des prix et des loyers à l'absence d'encadrement alors que c'est précisément sa politique clientéliste de préemptions d'immeubles qui la stimule, s'en prend à AirBnb alors que le dispositif municipal d'enregistrement sur une plate-forme n'a recueilli que 15.000 inscriptions et ne parle que contraintes, amendes et sanctions.

Brossat a retrouvé son ennemi héréditaire : "cette multinationale américaine, dont je déplore aussi les pratiques douteuses en termes d’optimisation fiscale, doit comprendre que Paris, ce n’est pas le Far West!" déclare-t-il. Il préfère assurément l'appartement collectif et le kolkhoze, toutes formes d'organisation qui ont fait leurs preuves dans le Far East.

Il est plus que temps que ces apprentis sorciers et ennemis des libertés soient renvoyés à leurs théories fumeuses et délétères.


Lundi 4 Décembre 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Kazansky le 04/12/2017 16:09
Le Kamarade BROSSATOV est fidèle a l'esprit de son grand-père, membre éminent du Kommintern. Pour lui la propriété individuelle d'un appartement est une monstruosité
Gageons que bientôt il nous vantera les bienfaits des appartements communautaires où 3 familles se partageaient 4 pièces
A moins qu'avec l'évolution qui s'est produite depuis 1930 les appartements communautaires soient devenus des appartements "communautaristes"

2.Posté par poulbot le 04/12/2017 16:42
Le communisme est le CANCER de la civilisation humaine ; les pays qui y on eu droit ce sont un jour totalement effondré économiquement , socialement , humainement. Cette doctrine est a combattre de toute nos force afin de la faire disparaitre définitivement de la civilisation humaine .

3.Posté par blum le 04/12/2017 17:59
Hélas! Paris, ce n'est pas le Far West.
C'est la gestion platement mafieuse de ce méchant petit stal. aux côtés d'Hidalgo,
à l'imitation des Cosa Nostra et N'drangheta qui, du moins, avaient un code d'honneur.

4.Posté par Walter le 05/12/2017 18:56
Excellente analyse comme toujours M. Federbusch, merci beaucoup.
J'habite Paris depuis 45 ans et je souffre tous les jours des méfaits de la mairesse et de sa clique maudite.

5.Posté par JEJ le 07/12/2017 15:12
Si monsieur Brossat veut se rendre utile et vivre un communisme de terrain (et pas juste bouffer des petits fours dans un bureau doré en pérorant sur le peuple...) ... qu'il prenne un balai et aille nettoyer les rues !!!!

6.Posté par phidias le 08/12/2017 00:18
Le communisme ne change pas, et ses représentants non plus, ni dans leur tragique utopie qui a pourtant fait faillite, ni dans leurs expressions surannées tirées du manuel du parfait militant stalinien. Pourtant on aurait pu croire qu'ils pouvaient apprendre, sinon la vérité, du moins la logique des systèmes et leur entropie, ravageuse d’idéologies. Mais non, le crédo communiste reste intact dans les esprits faibles, ceux qui ont besoin des béquilles de l'Histoire réécrite, en forme d'éthique de la conviction, pour éviter d'affronter un réel qui les terrifie. Car c'est bien de la peur du monde qu'il s'agit, celle qui ne peut être évitée qu'au prix de l’effort d'accepter la condition humaine, qu'ils préfèrent conjurer par les fantasmes d'une grande unification devant servir à masquer l'échec de l'acceptation de l'inévitable, la mort des organismes que nous sommes et de ce qu’ils créent, ainsi que la singularité des humains qui sont la promesse du futur, à condition d'en accepter la fragilité individuelle. Fille bâtarde des Lumières, la théorie communiste s'est nourrie de la révolution inachevée, porteuse d’un pseudo-modernisme en forme de libération auto-proclamée, qui n'aura finalement, conduit qu'à l'émergence d'un consumérisme matériel destructif de la nature humaine, car sans autre avenir que celui de l'errance obtuse et téléguidée, dans les rayons de supermarchés. Au fond, le communisme cher au guignol de la Marie de Paris, n'est qu'une énième promenade dans des linéaires vides d'humanité et de signification. La petite mort des arrogants inconscients en quelque sorte, et la violence ainsi faite au monde est bien le dernier refuge de l'incompétence.

7.Posté par Belenos le 08/12/2017 20:21
la longévité de ce parti communiste en France est étonnante alors que les crimes communistes sont aujourd’hui parfaitement connus, 80 millions de morts a minima, les sabotages contre l’armée française et l’accueil enthousiaste de l'armée allemande en 1940, leur soutien du Viet-Min et du FLN, etc etc.. on dirait que les français n’ont pas de mémoire historique, c’est quand même curieux

8.Posté par phidias le 09/12/2017 15:50
Comme disait François Michelin à propos du communisme en France "Le cadavre bouge encore".

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Catch à 4 ! - 23/11/2017

1 2 3 4 5 » ... 32

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes