DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Chaos sur berge : l'interview de Serge Federbusch pour Boulevard Voltaire !






Une vidéo de Boulevard Voltaire sur le chaos des quais hauts et les mensonges d'Hidalgo.

Seule petite correction au propos introductif : sans doute nostalgique la journaliste a oublié que Serge n'est plus conseiller du 10ème.




Mercredi 14 Septembre 2016
Serge Federbusch






1.Posté par Challier le 16/09/2016 03:00
La congestion révèle une gestion con, n'est-ce-pas ?
Rappelez-vous L'AUTO-CIRCULATION DE HENRI TISOT.
Ou bien le retrait de toutes les voitures de Paris : la voie publique deviendrait un affreux chaos, un tohu-bohu épouvantable, un piétinement de piétons, l'engorgement généralisé des bouches de métro, qui dès lors seraient prises d’assaut ...
Et hélas, hélas, hélas, les piétons tomberaient à coup sûr, sous la dictature belliqueuse d'un quarteron de marchand de chaussures, qui ne manqueraient pas d'abuser de la situation.
Ou bien la motorisation complète et obligatoire : Les Parisiens de Paris de tous âges de toutes origines, de toutes professions et de toutes confessions apprendraient alors à conduire, soit dans des auto-écoles laïques, soit dans des auto-écoles libres, bref tous automobilistes à part entière, qui circuleraient et stationneraient où bon leur semble, sur toutes les rues du territoire de la République.
Et quant à ceux des piétons, qui voudraient rester piétons, la France organiserait leur redressement et leur regroupement, au sein d'une communauté de piétons sous-développés, qui ne pouvant prétendre à l'achat d'une voiture, seraient munis d'un passage clouté individuel et portatif.
Que préférez-vous ? Avez-vous bien ri ?
Je n’ai pas de site mais seulement un courriel : vanni.challier@orange.fr

2.Posté par Challier le 16/09/2016 09:56
La congestion révèle une gestion con, n'est-ce-pas ?
Rappelez-vous L'AUTO-CIRCULATION DE HENRI TISOT.
La mémoire m’est revenue cette nuit sur presque tous les détails. Il y avait aussi, à l’époque, la dépigeonnisation (affaire aérienne) et la confession de presse.
Le Mandataire et le Guide déclama :
« Compte tenu de toutes les données, parisiennes, nationales, internationales du problème, je considère comme nécessaire, que ce recours à l’auto-circulation, soit proclamé aujourd’hui. Au nom de la France et de la République, en vertu des pouvoirs que m’attribue le code de la route, de consulter les citoyens, je m’engage, pourvu que Dieu me prête vie et que le peuple m’écoute, à consulter les automobilistes parisiens au sujet du destin qu’ils veulent adopter.
Naturellement, je ferai en sorte aussi, que tous les piétons aient à entériner ce choix. Nous regardons les choses comme elles sont. Et dans le monde où nous allons, tel qu’il est et que nous le savons, comme il est de l‘intérêt de tout le monde et comme il est de l’intérêt de la France, que la question soit tranchée sans aucune ambiguïté.
Ou bien, le retrait de toutes les voitures de Paris, dans lequel certains croient voir la fin des embouteillages. Les voitures quitteraient alors les automobilistes qui auraient manifesté la volonté de se séparer d’elles. Pour ma part je considère un pareil aboutissement, comme invraisemblable et désastreux. La voie publique deviendrait un affreux chaos, un tohu-bohu épouvantable, un piétinement de piétons, l'engorgement généralisé des bouches de métro, qui dès lors seraient prises d’assaut. Et les parisiens qui ne pourraient plus se déplacer qu’à pied tomberaient à coup sûr, sous la dictature belliqueuse de qui ? Hélas ! Hélas ! Hélas ! D'un quarteron de marchands de chaussures, qui ne manqueraient pas d'abuser de la situation.
Mais il faut que le démon soit exorcisé et qu’il le soit par les automobilistes eux-mêmes. Et si par un extraordinaire malheur, il devait advenir que ce fût leur volonté, il va de soi que tout serait mis en œuvre, pour que l’exploitation, la diffusion et la propagation de la vignette qui est l’œuvre de la France soit assurée, quoiqu’il arrive.
Ou bien la motorisation complète et obligatoire. Les Parisiennes et les Parisiens de Paris, de tous âges, de toutes origines, de toutes professions et de toutes confessions, apprendraient alors à conduire, soit dans des auto-écoles laïques, soit dans des auto-écoles libres, bref tous automobilistes à part entière, qui circuleraient et stationneraient dès lors effectivement, partout où bon leur semble, sur toutes les rues du territoire de la République, depuis Dunkerque jusqu’à Tamanrasset.
Dans une telle hypothèse, il va de soi que ceux des piétons, qui voudraient rester piétons, le resteraient. La France organiserait leur redressement et leur regroupement, au sein d'une communauté de piétons sous-développés, qui ne pouvant prétendre à l'achat d'une voiture, se déplaceraient sur le macadam parisien, munis d'un passage clouté individuel et portatif.
Ou bien alors aussi, on dit que la police d’union soviétique ou la police américaine, voudraient se mêler de la circulation parisienne. A toutes deux, je souhaite, d’avance bien du plaisir. »

Qu’en pensez-vous ?

3.Posté par Ichbiah le 29/09/2016 17:05
Avenue du président Kennedy Paris 16éme.
avant: Une voie bus sens inverse 3 metres et trois voies de circulation sens sortie de Paris
29 septembre la voie inverse a grignote 1 metres de large
Une nouvelle voie de bus très, très, large plus de 4m50 a pris les 2/3 de ce qui reste.
Soit une seule voie de circulation automobile en sortie .
Un bouchon de plus , au rétrécissement cause face au numéro 12/14 et plus de pollution et de brimade pour l'automobiliste,
Il n'y a pas que la fermeture des voies sur berges il y a leur retrecissement partout ailleurs.
Vous vouliez nous dégouter c'est réussi mais de qui?

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes