DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Delanoë : plutôt Jean Bouin que le Samu Social !



Delanoë en fait des tonnes, depuis deux semaines, sur l'insuffisance de l'aide de l'Etat à l'hébergement d'urgence à Paris alors qu'en réalité ces crédits n'ont pas diminué mais sont transférés vers la création de logements pérennes. Quant à l'effort municipal autoproclamé, il s'agit surtout de poudre pour les yeux.

Examinons de plus près ce cynique coup médiatique.



Delanoë : plutôt Jean Bouin que le Samu Social !
D'abord, ce que Delanoë et le DAL se gardent bien de dire, c'est qu'ils ont contesté les nouveaux critères et mode de fonctionnement de l'hébergement d'urgence devant le Tribunal administratif et que celui-ci les a sèchement éconduits.

La solidarité est certes un mot magnifique mais elle doit se concevoir comme toute politique : avec son coût et son efficacité dûment prises en compte. Or, le mode de fonctionnement actuel de l'hébergement d'urgence est un puits sans fond, une mécanique générant toujours plus de demande au fur et à mesure que le nombre de nuitées d'hôtel offertes augmente. Depuis 2005, les nuits d'hôtel financées par l'Etat ont bondi de 51 % . En 2011, ce seul budget devait représenter 62 millions d'euros. Certaines familles restent trois ans dans cet hébergement qui ne devrait être que de circonstances.

Assez logiquement, l'Etat a décidé de remplacer cette cautère par la création de logements pérennes pour les populations structurellement précaires notamment les familles monoparentales. Et, comme ses moyens ne sont pas extensibles à l'infini, y compris pour des démagogues socialistes qui viennent d'ailleurs de capituler devant le principe de l'austérité budgétaire avant même d'avoir lancé leur campagne électorale, il faut faire des choix.

Mais Delanoë, jamais en retard d'une démagogie et décidé à faire oublier sa responsabilité dans la crise du logement à Paris, saute sur l'occasion. Il fustige les nouvelles règles et déclame qu'il va, lui, se substituer à ce gouvernement sans coeur et donner l'argent des Parisiens au Samu social dans les deux mois qui viennent. Un peu comme le tonneau des Danaïdes de l'aide aux clandestins arrivés de Tunisie, si pratique pour faire oublier sa bienveillance vis-à-vis de Ben Ali.

On ne sait pas exactement combien la mairie versera, mais ce sera naturellement une goutte d'eau dans la mer. Certains disent 200 000 euros, d'autres 300 0000. Peu importe, l'effet d'annonce est passé. Et qui se souviendra que ce geste "magnifique" équivaut à peu-près à l'argent donné à SOS-Racisme pour organiser son concert du 14 juillet !

Tout ceci est donc pure hypocrisie et opportunisme politique. D'autres comparaisons de ce soi-disant élan de générosité avec les crédits dilapidés par Paris l'éclaire d'un jour cruel.

On pourrait naturellement évoquer le cadeau fait récemment à Decaux dans la gestion de Vélib', au moins 6 millions d'euros : vingt fois plus que pour ces familles en difficulté. Mais il y a encore plus significatif.

Si Delanoë renonçait par exemple au projet aberrant et scandaleux du nouveau Jean Bouin, bâti pour un Stade Français en perdition alors qu'existe déjà le stade Charléty, la ville de Paris pourrait financer quatre années d'hébergement d'urgence en hôtel dans toute la France ! Surtout, à raison de 100 000 euros par place créée, elle pourrait offrir trois mille hébergements pérennes aux sans-abri parisiens.

Mais le sort des pauvres est moins glamour que les maillots roses des ex-Guazzini's boys. Aussi, pour compenser cette cruelle réalité, un petit coup de gueule médiatique à l'occasion de la démission de Xavier Emmanuelli a la vertu de distraire l'opinion et de redorer le blason écaillé de la pseudo gauche parisienne.

Alors, chiche, à quand l'abandon de ce stade inutile et le transfert de ces crédits vers une solution pour les sans-abris ?




Lundi 25 Juillet 2011
Serge Federbusch






1.Posté par GROGNARD Gaspard le 27/07/2011 18:49
Cette affaire là tombe dans mon escarcelle !
Il y a longtemps que lors de discussions avec diverses personnes, je soutiens que toute personne qui vit en France, doit pouvoir disposer d'un toit, dans la dignité qui est conforme à notre civilisation avancée.
C'est à dire, pas des hébergement en centre où l'on doit dormir en compagnie de 30/40 personnes, avec des douches collectives. On peut être « clochard » et conserver sa pudeur et sa dignité ! (Ça c'est un ami SDF qui me l'expliquait).
Je proposais donc que la ville de Paris (tout comme les autres grandes métropoles de notre pays) construise des « Hôtels populaires » comprenant des chambres et des studios, à disposition des personnes qui ne sont plus en mesure d'être logées dans le système traditionnel, faute de revenus.
Ces hôtels devant fonctionner avec conjointement des « restaurants populaires ».
Tout cela aux frais des contribuables de la ville (des villes) mais aussi de l'état. Qu'une personne soit en situation telle qu'elle soit démunie de tout, de sa faute ou pas, doit d'abord être hébergée. Ensuite, on s'inquiète de savoir si on a affaire à un « fainéant professionnel » ou à une victime du système.
En attendant, personne ne doit dormir dehors dans l'un des cinq pays les plus riches du monde.
Alors, me réponds-on : « Encore des impôts, y en a marre, marre de tous ces assistés. Moi, je voudrais un peu penser à moi. Je bosse y z'on qu'à faire comme moi ! »
Peut-on rappeler que les impôts dans notre civilisation ça doit servir à faire fonctionner nos services publics. Des structures au « service du public ». Sinon à quoi peut bien servir les impôts, si ce n'est pour faire fonctionner la solidarité, qu'il ne faut pas confondre avec la charité ?
Évidemment, à Paris, le tramway (imbécilité majeure !), la réfection du Jardin des Halles (inutile), la transformation du stade Jean Bouin (inutile aussi), etc. il ne reste plus d'argent pour les SDF.

Quant à l'utilisation de chambres d'hôtel, qui a mis en place un tel système, qui coûte « les yeux de la tête », pour un service de médiocre qualité ?
Avec cet argent gâché depuis 10 ans, combien d'hôtels populaires aurait-on pu construire ?


2.Posté par KD le 27/07/2011 21:37
Tout à fait d'accord !

3.Posté par Véro le 27/07/2011 21:46
C'est imparable comme raisonnement. Comment se fait-il que les journaux avalent toute cette propagande de Delanoe sans réagir.? J'ai découvert votre Delanopolis depuis peu à la suite du scandale du 14 juillet et sos-racismes et je suis subjuguée par la monstrueuse masse d'informations sur ce que je préssentais sans en être sûre, que Delanoe est une gigantesque crapule qui se moque bien de Paris.

4.Posté par PAX OCEANE le 28/07/2011 09:03
La démagogie de Monsieur D. est à son paroxysme. Le prince des bobo, des jouisseurs, des artistes pas du tout fauché, va de plus en plus loin dans son idée d'un Paris qui ne serait plus à ses habitants, mais aux touristes et à une classe élevé de la population. Celle qui s'extasie devant ses réalisations hors de prix, paye sans grogner ses fastes somptuaires, approuve ses idées qui vont à l'encontre du bon sens et verse quand même une larme hypocrite sur ces pauvres, ces gueux, ces malades, ces enfants jetés à la rue et harcelés par une police qui est aux ordre d'un pouvoir fasciste et de moins en moins démocratique. M. D. parade et dans le même temps ose dire que cela n'est pas bien de fermer le Samu social, d'expulser des familles et des sans-papiers; alors que dans ses logements vie toujours des rois, des princes et des nantis qui ont les moyens de s'offrir des palais. Depuis son élection rien a changer dans les formes et ceux qui travaille pour lui et ses amis peuvent le dire; cela à empirer et n'est pas prêt de s'arranger. Monsieur D. va laisser un Paris exsangue et un déficit colossal qui mettra des années à être peut-être absorber si les moutons ne le remettent pas sur son trône.

5.Posté par claude le 28/07/2011 16:58
Combien a coûté la campagne publicitaire d'affichage concernant le jardin éphémère sur le "parvis" de l'Hôtel de Ville ? Et pourquoi la place de l'Hôtel de Ville est-elle devenue un parvis ? La Mairie est-elle devenue un bâtiment religieux ? Filons la métaphore... Quant au jardin, très décevant quand on le découvre, loin de l'image offerte par la pub. Toujours cette même politique de tromperie sur la qualité essentielle de la marchandise.

6.Posté par GROGNARD Gaspard le 29/07/2011 02:15
De PAX ACEANE : …ces enfants jetés à la rue et harcelés par une police qui est aux ordre d'un pouvoir fasciste et de moins en moins démocratique. M. D. parade…
Si je suis d'accord avec, en gros le commentaire, je n'accepte pas l'expression « pouvoir fasciste ».
Je trouve que depuis quelques temps les qualificatif de « fasciste et de fascisme » sont utilisés à tort et n'importe comment. Au point que ces deux vocables porteurs d'un aspect politique très grave pour des peuples, deviennent tellement banals qu'on n'y prête plus attention.
Le fascisme c'est une organisation très précise qui tend à asservir les peuples par la primauté d'un chef encadré et protégé par une organisation para-militaire.
Les exemples connus : le fascisme italien des années 1920 avec le chef Mussolini et ses chemises noires. Le nazisme avec le chef Hitler et ses Sections d'Assaut (SA) dans un premier temps puis les SchutzStaffel (SS) ensuite.
Quelque soient les turpitudes et les exactions de BD à l'hôtel de ville de Paris et de NS à la présidence, nous sommes loin du fascisme.
Et en France, actuellement, aucune organisation politique ne peut être qualifiée ainsi. Même le FN qui à sa création avait des intentions de ce genre, ne semble plus aujourd'hui avoir conservé une telle éventualité. Veillons tout de même à sa popularité actuelle pouvant mener à une prise de pouvoir.
Alors, SVP, n'utilisez plus les mots fascisme et fasciste sans en mesurer l'importance de ce qu'ils signifient.
Quant à la présence de touristes, très nombreux dans la capitale, dont certains viennent de très loin, cela n'est pas le fait de BD et de son équipe. Le rayonnement de Paris à l'étranger, ce n'est pas Paris-Plage, encore moins le tramway des Maréchaux, mais cette magnificence que sont les grandes artères comme les Champs Élysées, l'avenue de l'Opéra, les Grands Boulevards (laissés à l'abandon !), les monuments ou bâtiments, le Louvre, la Tour Eiffel, le musée Pompidou, Montmartre, l'Opéra Garnier, les grands magasins Galerie Lafayette et le Printemps, etc.
Tout cela n'a rien à voir avec les « innovations et les travaux » de l'équipe actuelle.
Donc, les touristes sont les bienvenus et soyons heureux que Paris soit tant prisé et soit autant attractif.

7.Posté par isa le 29/07/2011 13:54
Et qui a oublie les incendies terribles dans ces hotels insalubres...une honte et des dizaines de patrons d'hotels miteux engraisses par la mairie de Paris!!
Moins de velib, moins de megalo Jean Bouinesque et Hallesque.....moins de gaspi un point c'est tout ...est ce que les parisiens vont se reveiller ou l'eau de la ville a-t-elle ete contaminee par une poudre Delanoesque qui rend debile , soumis et aveugle?????!!!!!!!

8.Posté par PAX OCEANE le 29/07/2011 18:32
Vous avez raison Grognard, le terme fasciste ne convient pas, il renvoie à une image qui n'est pas la notre et rend banal les faits les plus graves. Parfois et même souvent je vais trop loin dans mes écrits, mes paroles; mais je suis ainsi et cela me joue des tours. Bientôt ex fonctionnaire de la ville de Paris je suis déçu par le pouvoir socialiste que beaucoup avait espérer de ses voeux et comme un amoureux bafoué j'en veux à Monsieur D. et ses amis de ce qu'ils font pour une ville qui mérite bien plus de respect et de responsabilités. Paris n'est pas un décor de fêtes que l'ont peut changer au grès de ses humeurs; mais une capitale qui respire, vibre et bat à l''unisson de ses habitants, pas tous nés sur une bonne étoile. Paris n'appartient pas à son prince, à ses courtisans, mais au monde et à ceux qui la font exister et doivent subir les faits de celui qu'ils ont élu.

9.Posté par GROGNARD Gaspard le 29/07/2011 19:00
Chère (ou cher) isa : qui a oublié ? Personne, mais le problème est ailleurs. Ça, c'est un tragique événement, qui aurait pu se produire n'importe où. Récemment dans un immeuble cela s'est passé aussi. Un incendie inopiné. Pas de victime mais c'était tout juste.
Et puis, probablement vous n'avez pas connu le terrible incendie du CES Pailleron à Paris. Là, ce n'était pas BD ni même les socialistes qui étaient responsables. D'ailleurs, avec le procès qui s'en est suivi, les responsabilités ont été diluée à pas grand chose.
Si vous voulez que cela change, il faut vous préparez à savoir qui élire en 2014. Attention il ne s'agit pas de droite ou de gauche, mais de bien vérifier les programmes des candidats et aller dans les réunions leur poser les « bonnes questions ».
Il faudra voter et pas rester chez soi pour râler ensuite.
Les Parisiens dorment dites-vous, mais, vous, êtes-vous parisien ?
Donc, vous dormez et vous êtes aveugle !!!!

10.Posté par PAX OCEANE le 30/07/2011 16:57
Oh que oui j'ai connu le drame du CES Pailleron et de ses enfants brûlés vifs parce que le bâtiment en préfabriqué n'a pas résisté longtemps à un feu qui aurait put être maîtriser si les matériaux avaient été au norme. L'affaire de Rouen ma renvoyé à ce faits divers que tous le monde à très vite voulus oublié, pour mieux étouffer les cris de douleurs des familles. A chaque fois c'est la même chose et les responsables politiques ne sont même pas accuser et en ressortent les mains blanches, tandis que quelques pauvres sont eux accusés et parfois, mais rarement condamner. Cela fait la une des médias quelques temps, puis un silence oppressant, accusateurs, qui permet à d'autres Pailleron d'exister au nom des restrictations budgétaires. Vous voyez Grognard, je n'ai rien oublié ou si peu.

11.Posté par hermine le 05/08/2011 19:11
mais vous parlez tous de générosité et d'une ville qui ne serait plus occupée que par les touristes et les riches : grave erreur ce n'est pas du tout le cas : comment ce monsieur va faire "monter" sa chère collaboratrice : en reprenant dans le XVème par exemple tous les terrains et immeubles qu'il peut transformer en logements sociaux et en transformant totalement la vie de nos quartiers : nous ne sommes plus à Paris mais à St DENIS avec voiles et boubous...ainsi il assure sa prochaine réelection : tous ces gens vont bien voter pour son parti ? Nous les parisiens moyens subissons : nos enfants ne peuvent plus vivre dans Paris et à eux qui travaillent on ne propose rien : naturellement ils ne font pas d'enfants mais attendent de pouvoir se payer un logement plus grand pour songer à fonder un foyer pendant qu'il suffit à d'autres de venir avec 2 ou 3 ou 4 enfants pour avoir UN LOGEMENT.... ARRËTEZ avec votre solidarité : on nous prend pour des c. : qui paye les imôts locaux ? Combien de ces chanceux payent des impôts ? Par contre la saleté dans les rues on sait bien faire...

12.Posté par GROGNARD Gaspard le 07/08/2011 01:47
L'Hermine ça fait penser à la blancheur, à la pureté et à la justice, car les manteaux des magistrats sont doublés d'hermine. Hélas, ici, notre Hermine n'est pas la blancheur pure, mais plutôt une sorte de rongeur qui aurait traîné dans la boue.
Si dans son XVe, les enfants ne peuvent plus vivent à Paris, parce que son quartier est envahi par des « voiles » et des « boubous », il lui semble que cela soit normal à Saint-Denis. Là où dans la basilique, sont enterrés les rois de France, condamnables par leur absolutisme, mais qui sont eux qui ont fait le pays.
Elle (ou il) paye des impôts, alors qu'elle sous entend que ces porteurs de voiles et de boubous n'en payent pas.
Tout ça, bien sûr, c'est la faute aux socialistes, ces « salauds » qui seraient capables de lui faire partager son pain avec les pauvres ! Il ou elle préfère sûrement la charité !
Avec les communistes ce serait encore bien pire.
D'ailleurs, autrefois des gens comme notre Hermine disait : « Mieux vaut Hitler que Blum ! ».
Alors, on a vu, on a plus eu Blum, on a eu Hitler, on a eu Pétain, Laval et Darlan.
Peut-être que demain, pour ne pas avoir Aubry, Hollande ou autre Royal, il vaudrait mieux une certaine Marine, héritière politique de ces précédents qui ont été préférés à Blum, le juif et socialiste. Deux bonnes raisons de le tenir à l'écart, et mieux de le supprimer.
Bon, en ce qui concerne la ville de Paris et sa gouvernance actuelle, on ne peut pas dire que ce sont les socialistes qui sont responsables de bien des dysfonctionnements, car si ces politiciens majoritaires actuels ont bien été élus avec une étiquette socialiste, leurs actions, dans l'ensemble ne le sont guère.
En 2014, vous devrez choisir une nouvelle équipe. Si vous vous en tenez à des étiquettes politiques, il est certain que, selon la teneur de vos propos, vous ne voterez pas pour des socialistes.
Mais êtes-vous sûre que des politiciens (ou politiciennes) d'un autre camp politique feront mieux ?
Tout est dans la manière dont, comme électeur (ou électrice) vous vous impliquerez dans la campagne électorale.
En restant chez vous regarder les âneries télévisuelles ou en allant interpeller les candidats et les obliger à vous préciser ce qu'ils feront…de vos impôts.
Pour terminer, si les voiles et les boubous vous gênent, moi aussi, mais les soutanes des chrétiens conservateurs, et les habits noirs des rabbins également.
Si je réprouve les prières musulmanes dans les rues ou lieux publics, les processions et les cloches des églises qui sonnent, comme les sorties bruyantes des fidèles des synagogues me dérangent. Même si ces derniers ont assez peu gênants.
J'imagine que vous, le Parisien moyen, vous pensez que l'école libre c'est l'école privée. Justement, c'est cela qui est responsable de ce renouveau de l'expression des religions. L'école de la République, laïque n'enseigne plus les bases de notre démocratie républicaine.
On récolte toujours ce qu'on a semé !


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes