DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Echos à reluire



Dans un article des Echos louangeur où sont passés sous silence les multiples échecs et mensonges de Delanoë, les mots Fondation LVMH ou Samaritaine ne sont jamais écrits. Sans doute un hasard ...



Echos à reluire
Si vous cliquez ICI, vous découvrirez ce panégyrique. Jamais, les soi-disant "résultats" de Delanoë sur les transports, le logement ou n'importe quel sujet ne sont confrontés à des chiffres sérieux.

On retrouve poussé jusqu'à la caricature le principe en trois temps suivi par la plupart des médias lorsqu'ils traitent de Delanoë : ils exposent d'abord (longuement) les dires et volontés de la mairie, puis ils donnent (rapidement) la parole à quelques détracteurs souvent présentés sous un jour caricatural ; enfin, la Voix de son maire ® leur répond, fermant le débat par sa parole et sa propagande. Dans un régime autoritaire, les dissidents ne peuvent s'exprimer, face à Delanoë et sa bande, ils ne peuvent répliquer. Bref, selon le vieux principe : "la dictature c'est : ferme ta gueule, la démocratie c'est : cause toujours" !

Dans le cas des Echos cela n'a sans doute rien à voir avec le fait que le propriétaire du journal est également celui de la fondation LVMH et de la Samaritaine, deux dossiers bien sulfureux de la mairie et qui ne sont absolument pas mentionnés dans l'article.

Comme c'est confortable d'être de "gauche" dans ces conditions !

Lundi 21 Mars 2011
Serge Federbusch





Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes