DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Epuration mémorielle : Castagnou plutôt que Robespierre ?





Ecartant la règle sage qui veut qu'une voie publique ne puisse recevoir le nom d'un individu mort depuis moins de cinq ans, les Delanoistes, qui cherchent à se trouver des saints, ont décidé d'accélérer le tempo pour Pierre Castagnou, maire du 14ème arrondissement mort en 2009.

Pour cela, ils ont décidé de débaptiser la rue Durouchoux qui a eu le tort de combattre contre la commune en 1871 et d'en mourir. Ce risible règlement de comptes posthume, perpétré par des petits bourgeois qui se couchent devant les puissants du moment (LVMH, Unibail, Decaux, etc.) nous fait presque regretter que Delanoë et ses sbires n'aient pas eu le cran de donner le nom de Robespierre à cette artère.



Epuration mémorielle : Castagnou plutôt que Robespierre ?
S'il est un épisode historique douloureux pour tous les démocrates parisiens, c'est bien celui de la Commune dont il ne faudrait pas, aujourd'hui, oublier les travers, les crimes et les débordements même si elle a également connu des moments humanistes et glorieux. Comme toute grande épopée, elle fut de vices et de vertus et ce n'est pas tout à fait pour rien que Victor Hugo, Anatole France, George Sand ou encore Émile Zola en vinrent à la condamner.

Mais de tiédasses politiciens de "gôche", qui se donnent des frissons post-insurrectionnels comme d'autres encourent des frissons post-prandiaux au sortir de repas trop garnis, agitent aujourd'hui le souvenir communard comme un brevet de bravoure anténatal.

Ils s'attaquent donc à un certain Durouchoux, colonel de la Garde nationale mort en 1871. Quatre ans plus tard, nulle autre que la République avait voulu pourtant l'honorer en lui conférant le nom d'une rue. A l'époque, les républicains en voulaient encore beaucoup aux communards et, quelles que furent les ignominies commises pendant la semaine sanglante, ce Durouchoux leur apparaissait comme un héros. Sans doute aussi, avant ces heures tragiques, son grade de colonel de la Garde nationale, force armée citoyenne qui défendait traditionnellement Paris, avait dû être obtenu par des mérites dont l'Histoire n'a pas gardé la trace.

Bref, éjecter Durouchoux de la voie publique aujourd'hui est quelque chose qui oscille entre le ridicule et le grotesque.

Voilà donc Pierre Castagnou prêt à le remplacer, homme aimable certes, qui n'était pas un mauvais bougre, mais dont les mérites étaient largement bureaucratiques, paix à son âme. Des morts, on ne dit rien ou on dit du bien, professaient sagement les Romains.

Allons, messieurs et mesdames les Delanoistes, encore un effort pour être de vrais révolutionnaires en peau de lapin. Conservez Castagnou pour une autre occasion et osez Robespierre ! Cela aurait plus de gueule et je suis sûr que Durouchoux en prendrait moins ombrage, sous le soleil où il se trouve !


Dimanche 10 Juillet 2011
Serge Federbusch






1.Posté par Bristol le 11/07/2011 15:07
Ils ont fait le coup peu de temps auparavant avec la rue Gallimard, quand on a plus rien à dire ou à faire d'autres que des grosses magouilles comme aux serres on amuse le parisien avec ces conneries.

2.Posté par R. Durouchoux le 12/07/2011 18:09
Entièrement d'accord avec cet article.

Au PS, la vraie démocratie, c'est quand tout le monde est socialiste. Et y en a marre de toutes les bibliothèques municipales, les piscines, les collèges, les squares et les ronds-points "François Mitterrand". Un de ces 4, Delanoë finira aussi par rebaptiser l'Etoile ! Je suis sûr que cela le démange quelque part.

3.Posté par Fairnemesis le 13/07/2011 15:20
"S'il est un épisode historique douloureux pour tous les démocrates parisiens, c'est bien celui de la Commune dont il ne faudrait pas, aujourd'hui, oublier les travers, les crimes et les débordements même si elle a également connu des moments humanistes et glorieux"

Il ne faudrait surtout pas oublier les travers, les crimes et les débordements dont été victimes ceux qui se battaient pour la Commune, sachez que les villes de Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Narbonne, Toulouse, Le Creusot et Limoges ont aussi proclamées leur Commune qui a été également réprimée.

Plus de 20000 fusillés sans jugement par les versaillais contre 47 otages exécutés par les communards, qui étaient assiégés par la prusse, souffraient de la fin et étaient menacés par leurs fères. Pas besoin d'être grand clerc pour savoir qui a commis le plus de crimes et de débordements...

En 1875, la "république" qui donne le nom d'une rue à durouchoux est mâtinée d'ordre moral, sort à peine d'une tentative de retour à la monarchie et est empreinte des valeurs bourgeoises qui ont fait signer l'armistice par peur d'une atteinte à ses intérêts.

Sous prétexte de topposer à Delanoë, tu passe sous silence les crimes d'un des épisodes les plus graves de l'histoire parisienne, et à la limite, tu les cautionne...

4.Posté par F D le 14/09/2011 13:54
Non content de renommer cette rue pour les motifs politiques très bien décrits par S Federbusch, le Conseil de Paris vote sur des bases fausses rapportées par P Cherki maire du 14e et successeur de P Castagnou (étonnant, non ?) car aucun régiment n'a été reformé par Pierre Durouchoux : il s'agissait d'un simple commercant qui défendait son quartier du pillage et a été décoré pour cela (http://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_Durouchoux).

On peut voir le mensonge à l'oeuvre sur le site de la mairie : http://www.paris.fr/politiques/conseil-de-paris-debats-deliberations/conseil-de-paris-des-11-et-12-juillet-2011/rub_6769_actu_103264_port_24625

regardez la vidéo du 12 juillet. En gros, ce qu'il en ressort c'est qu'il faut salir la mémoire d'un homme (de droite de préférence) et utiliser la passivité des débats pour mettre à sa la place celle d'un autre homme (de gauche).

Des recours ont été déposés, mais cela ne suffira peut être pas :(

5.Posté par FD le 22/09/2011 14:57
J'ajouterais même une précision sur l'histoire de Pierre Durouchoux :

http://www.lepost.fr/article/2011/09/14/2589983_la-vraie-histoire-du-colonel-durouchoux-sus-a-la-desinformation.html

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes