DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Halles aux horreurs : la confession de Serge Federbusch




Malgré tous ses efforts de com' et son raout à 2.000 invités, Hidalgo n'a pu masquer l'évidence du désastre des nouvelles Halles.

Le couvercle jaune pisseux, la carapace convulsive plantée sur les Halles est pire que feu le forum de Willerval qui avait au moins l'avantage d'une certaine légèreté. Cerise sur l'étouffe-parisien : la propriété du coeur de Paris a au passage été bradée à Unibail, nouveau maître des lieux, qui s'est offert un centre commercial dans un endroit unique au monde à vil prix.



Quand la "feuille légère en lévitation" devient casserole à bords tordus ....
Quand la "feuille légère en lévitation" devient casserole à bords tordus ....

Nos lecteurs connaissent par le détail la genèse de ce désastre urbain : un Delanoë qui par lâcheté et désintérêt pour tout ce qui n'était pas communication facile a capitulé devant Unibail, des riverains manipulés, l'apathie de l'opposition municipale.

Le projet de Rem Koolhaas dont vous voyez la maquette ci-dessous aurait propulsé Paris dans le 21ème siècle. Il résolvait de plus brillamment la contradiction entre sol et sous-sol, problème majeur du site.


Halles aux horreurs : la confession de Serge Federbusch
Celui de Mangin/Berger, retenu par la mairie, est une horrible resucée d'architecture d'aérogare soviétique. Et encore l'architecture soviétique a-t-elle produit des bâtiments très estimables.

Je dois à mes lecteurs une confidence qui est aussi une sorte de confession.

Jeune homme, entre 1980 et 1986, voyant sortir de terre avec consternation l'ancien Forum, j'avais rêvé à sa destruction. Je dois immodestement avouer que, conseiller du maire puis directeur général de la Sem en charge du projet, forçant le destin lors du lancement de cette opération en 2002, j'ai atteint cet objectif.

Mais le chemin de l'horreur architecturale est pavé des meilleures intentions. Ejecté du projet, je n'ai pu empêcher le désastre subséquent. Peut-être que, dans vingt ou trente ans, quelqu'un de plus habile ou chanceux aura l'occasion de réparer enfin la meurtrissure que fut la destruction de l'oeuvre de Baltard.

Mardi 5 Avril 2016
Serge Federbusch






1.Posté par Anthony le 06/04/2016 19:45
C'est vrai que c'est tres tres moche !! Pas bien compris la couleur choisi aussi !!

2.Posté par Aude SUGAI le 06/04/2016 21:07
faute avouée est à demi pardonnée ; mais évidemment, je comprends votre remords

3.Posté par Maurice le 07/04/2016 09:21
Une riveraine interrogée a décrit cet habillage :
c’est moche, jaune pisse, comme une flaque de pisse !
En voilà une définition qui devrait attirer des touristes.

4.Posté par Arnaud le 07/04/2016 11:35 (depuis mobile)
Donc tout ça, c''est à cause de vous ?!!! ;-)

5.Posté par Phil75 le 07/04/2016 20:08 (depuis mobile)
Notre-Blatte-de-Paris ressemble effectivement à un cafard géant.

6.Posté par vu de sirius le 08/04/2016 14:31
c'est évidemment très laid, mais , si j'en juge par cette photo, pas pire que ce qu'il y avait avant! de toutes façons, je n'ai jamais compris pourquoi en 1970 au moment du départ des halles à Rungis, ils n'avaient pas simplement rénové les anciens pavillons Baltard.
Ceci posé on peut poueer un ouf de soulagement à voir un chantier terminé dans une ville qui ressemble de + en + à un vaste chantier à ciel ouvert....pour quelle utilité?

7.Posté par laura le 09/04/2016 01:23
Tout ça pour ça !!!!
c'est vrai que c'était un chantier prioritaire.. la mégalomanie des élus.. et leur lâcheté comme vous le soulignez si bien. marrant que ce soit justement des socialistes qui défendent le plus mal le bien publique... Vous taisez pudiquement les chiffres, semblent-ils effrayants, et de la construction et de l'entretien annuel !!

Ils ont raison, en attendant ils vont multiplier les amendes et interdictions diverses pour les riverains...
la folie des grandeurs à l'état pur ! derrière ce décorum, la crasse parisienne continue de s'étendre, ainsi que ces zones de non-droit ...

8.Posté par Carole le 11/04/2016 13:23
Le choix de cette abomination architecturale renvoie irrésistiblement à la fameuse phrase de Michel Audiard, au sujet de ceux "qui osent tout" ! Chacun aura compris de laquelle il s'agit ?

9.Posté par Maurice le 12/04/2016 06:39
Les élus, du moins pour beaucoup, doivent avoir des problèmes psychologiques, ils font tout ce qu’ils peuvent pour laisser des traces de leur passage électif.
Et que je te construis des bâtiments en veux-tu en voilas, que je reforme la ville en créant des voies de circulation, tout est bon pour laisser des traces ; ils font comme les animaux qui mettent leur odeur à la périphérie de leur territoire de manière à faire savoir que c’est à eux, mais c’est NOUS, nous les contribuables qui payons leur mégalomanie !
Là, c’est les Halles, un prédisent à fait Beaubourg, un autre l’Opéra bastille (et pas que…), dans les villes les maires ne sont pas en reste, il est plus que temps qu’il soit mis fin aux dépenses « m’as-tu-vu » !

10.Posté par nnnnn le 24/06/2016 13:42 (depuis mobile)
nos impôts qui va paie cette ruine ....merci le partie socialistes

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes