DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Hidalgo : bientôt une jungle migratoire dans le bois de Boulogne ?




Après l'installation d'un premier lotissement pour migrants en novembre 2016, accueillant 200 à 300 personnes à la lisière de l'hippodrome d'Auteuil et des jardins du Ranelagh dans des bâtiments semi-préfabriqués, Hidalgo et son faux-nez communiste, Brossat, ont décidé de passer à la vitesse supérieure.

Ils ne savent plus en effet comment se se dépatouiller du Sangatte parisien en cours de constitution dans les 10ème et 18ème arrondissements, du fait précisément de leurs déclarations pseudo-humanistes qui ont attiré des milliers de clandestins sur les lieux.

Ils ont donc trouvé dans la panique une solution : en envoyer de nouveaux, bien plus nombreux, dans le bois de Boulogne, cette fois du côté de l'hippodrome de Longchamp.



Alors que les "autorités" avouent désormais que 3 000 migrants dorment dans les rues de la capitale, le groupe communiste au conseil de Paris a demandé qu'un terrain proche de l’hippodrome de Longchamp (XVIe) leur soit dévolu, requête soutenue bien évidemment par Hidalgo.

Le vœu communiste sera donc repris et voté par l’exécutif et concerne un terrain de 3,5 ha en partie aménagé puisque disposant déjà de sanitaires prévus pour des "gens du voyage" et leurs caravanes.

Pour l'instant, Brossat ne parle que d'une centaine de places mais, vu la taille du terrain et la propension à l'entassement des clandestins, il pourrait y en avoir rapidement beaucoup plus.

C'est à nouveau en effet une boîte de Pandore qu'ouvrent Hidalgo et les communistes.

Le bois de Boulogne est vaste et, par définition, les limites des différents espaces et équipements qui l'occupent ne sont pas toujours bien définies.

Comment parviendra-t-on, quand les clandestins se seront donnés le mot et alors qu'ils arrivent chaque jour par centaines à Paris, à juguler l'expansion de leurs campements qui pourront parfaitement essaimer en dehors des limites des baraquements toujours insuffisants qui leur seront proposés ?

C'est en réalité une logique de gangrène qui est en train de s'installer dans le bois de Boulogne.

Hidalgo et sa bande croient pouvoir dissimuler le problème dans le bois, ils ne feront que lui donner l'espace pour grandir à une vitesse vertigineuse.

Quand on mesure l'échec du "centre de premier accueil de la porte de la Chapelle (XVIIIe)", la « bulle », où 25 000 personnes ont transité en 16 mois et qu'Hidalgo a dû fermer car la situation devenait ingérable, on devine les menaces qui pèsent désormais sur un espace naturel soi-disant protégé mais de plus en plus malmené.

Peu à peu, se dessine le projet ou plutôt la résignation à l'installation d'une jungle dans le bois de Boulogne.


Jeudi 3 Mai 2018
Serge Federbusch






1.Posté par blum le 03/05/2018 11:03
Bonjour,Serge.
Nombre de vos articles parlent,dernièrement, de l'entassement de clandestins
PERMIS par Hidalgo, dans Paris.
Qui dit "clandestins", dit: viol de la loi.
Les clandestins DOIVENT être renvoyés dans leurs pays respectifs.
Ceux que l'on veut nous faire prendre pour des "mineurs", afin de les faire
accepter, par pitié, comme des enfants, doivent être remis à leurs parents.
La JUSTICE, qui agit, sans faiblir, contre les Français, doit faire appliquer les
lois du pays, aux étrangers.
Hidalgo, qui encourage à violer lesdites lois, doit répondre de ce délit, devant un
tribunal.
Les fonds publics qu'elle détourne, impunément, jusqu'à présent, devront
être restitués INTEGRALEMENT, par ce maire corrompu.

2.Posté par Christiane Chavane le 03/05/2018 18:09
@blum : entièrement d'accord avec vous. Hélas cela ne dépend pas d'Hidalgo mais d'un certain Colomb qui, tel le navigateur du même nom, est complètement à l'ouest, et d'une "justice" qui fonctionne à l'envers . Si nous avions un gouvernement digne de ce nom, et pas juste des guignols passant leur temps à faire du bruit médiatique (comme Hidalgo d'ailleurs), le problème serait réglé depuis longtemps.

3.Posté par Poulbot le 03/05/2018 18:51
@Blum : Depuis le début de sa mandature Hidalgo viole toutes les lois, décrets, décisions de justice en toute impunité . Alors une décision de justice de plus, elle s'assoie que dis-je elle ce laisse tombé dessus.

4.Posté par Catherine le 03/05/2018 21:50 (depuis mobile)
S''ils sont "clandestins" leur présence est illégale.
Il appartient donc à la puissance publique d''appliquer la loi et de les déloger. j''ai vraiment honte de ce qu''est devenue Paris.
Le prochain Maire aura la lourde tâche de laver lécuries d''augias

5.Posté par blum le 03/05/2018 22:56
@ Christiane, Poulbot, et Catherine :
D'accord, donc, sur le constat.
Nous ne sommes sûrement pas les seuls.
Si la police agissait, si la Justice remplissait son rôle, nous ne connaîtrions pas le
pandémonium dans lequel on nous fait vivre.
Hidalgo applique, à Paris, la politique de casse qu'applique Macron à la France.
Les clandestins, sujet de cet article, ne sont tout de même pas arrivés en jet privé.
La calamiteuse politique de l'UE permet le passage sans contrôle, des migrants,
des délinquants, des djihadistes.
L'on a vu les conséquences de toutes les décisions criminelles qui frappent nos
populations.
En Israel, existe la Cour Suprême.
Même les personnalités politiques les plus en vue ,n'échappent pas au glaive de
cette justice.
La " corruption légale" dont parlait Serge, l'autre soir, serait inconcevable là-bas,
alors qu'ici, ce fléau semble être accepté avec résignation.
Je ne me résigne pas.
Nous ne pouvons nous contenter de constater, jour après jour.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes