DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Occupy Autolib' !



Un mouvement spontané de salutaire rébellion, une insurrection citoyenne et solidaire dirait-on à la mairie de Paris : voilà comment les automobilistes parisiens réagissent à l'absurdité des stations vides d'Autolib', dont plus les jours passent, plus l'ineptie apparaît.

Le Delanopolis, média participatif et concerné, ne peut qu'approuver cette volonté de réappropriation collective de l'espace public et pousse un cri de combat : "Occupy Autolib' !"



Maladie contagieuse : Paris se couvre de trous inutiles !
Maladie contagieuse : Paris se couvre de trous inutiles !
Une petite enquête instructive du Parisien en date du 29 décembre a confirmé ce que chacun pouvait calculer : autolib' coûte plus cher à utiliser qu'un taxi.

Ce nouveau gadget démagogique promet d'être ruineux pour les finances municipales et ajoute à la difficulté du stationnement à Paris. Au secours !

Et qu'apprend-on soudain en lisant le JDD ? Ce que le Delanopolis a senti le premier : les quelques clients "risquent d'avoir du mal à trouver une voiture. Le nombre de véhicules en libre service a considérablement diminué depuis le lancement de la formule. En cause: le vandalisme, des dysfonctionnements et des pannes qui ont obligé le retour des véhicules au siège d'Autolib' à Vaucresson. Selon le journal, la société aurait mandaté une société de surveillance pour veiller sur les véhicules dans Paris durant la nuit. Il ne resterait que 150 à 200 voitures en circulation."

Tous ceux qui, réagissant sainement face à tant d'incurie, ont de manière non-bureaucratique et participative décidé d'occuper les espaces Autolib' vides comme des bulles de savon seront faits citoyens d'honneur du Delanopolis s'ils nous envoient copie de leur verbalisation.

No depasaran !

Jeudi 29 Décembre 2011
Serge Federbusch






1.Posté par burgos le 02/01/2012 10:48
Démonstration est faite que "autollib" est un gadget totalement inutile et surtout onéreux et pas seulement pour les utilisateurs de ce mode de transport mais aussi pour le contribuable parisien on en aura la certitude quand les médias nous communiqueront les clauses du contrat ville-Bolloré,enfin onéreux :pas pour tout le monde !

2.Posté par Vivre le Marais ! le 02/01/2012 11:45
Il fut lire l'article prémonitoire que notre blog a publié le 18 novembre 2009 suite à une présentation du projet Autolib. Notre conclusion à propos des taxis se confirme aujourd'hui

3.Posté par gaspardgrognard le 02/01/2012 14:06
L'Autolib c'est la goutte d'eau…
La ville de Paris, confrontée comme les grandes métropoles avec la circulation automobile a opté pour une mesure simple. Réduire, voire supprimer la circulation de ces automobiles. Un programme de voirie adaptée à ce projet a été concocté. Il suffit de voir les « brillants » résultats de ces opérations pour voir et comprendre que cette option est absurde.
Premièrement, la circulation automobile a peut-être été un peu réduite, au bénéfice (si on peut dire ça !) d'une circulation désordonnée de deux-roues motorisés.
Deuxièmement, la question fondamentale n'a semble-t-il jamais été posée : qui circule en automobile ?
Des promeneurs ? Des professionnels ? Des fous du volant ?
La réponse est : des professionnels. En semaine, plus de 80% des véhicules automobiles transportent soit des personnes, soit des marchandises.
L'usage de la voiture automobile est un outil d'activité économique. La supprimer ou lui rendre la vie impossible revient à dire qu'on veut réduire l'activité économique dans la ville.
Troisièmement, la pollution de véhicule motorisés avec des moteurs thermiques (deux et quatre roues) est maximum lorsque ces engins roulent au ralenti dans des encombrements gigantesques et permanents.
En raisonnant contre l'usage de l'automobile, les « responsables » de notre ville se sont trompés complètement.
Et aujourd'hui, en contradiction avec leur credo, ces gens propose l'usage de l'automobile en location, à un prix assez bas (par rapport au coût d'un véhicule personnel) mais coûteux pour la ville, donc pour les contribuables, qu'ils utilisent ou pas ces foutus Autolib's !
Selon moi, la première mesure qu'il eut fallut prendre, à l'inverse de qui a été fait, c'était de faciliter la circulation de tous les véhicules en débarrassant les chaussées de tous les encombrants. Les voitures qui ne roulent que quelques semaines par an. Il existe des garages, des parcs de stationnement, en ville mais aussi en périphérie. Une politique d'incitation à l'expansion de parcs de stationnement aurait pu être envisagée.
Les chaussées ainsi rendues libres, la circulation aurait gagnée en fluidité. Et dans cette option, les couloirs de bus auraient été inutiles, ces véhicules auraient aussi bénéficiés de cette facilité de circulation.
La pollution aurait été limitée, car un véhicule à moteur thermique pollue et consomme moins en roulant à 40 kmh qu'à 5.
Ensuite, une politique de développement de transport en commun qui aurait augmenté considérablement le nombre de taxis et voitures de place.
Également, un développement du fonctionnement des autobus. En augmentant les fréquences de passages. En utilisant sur certaines lignes à fréquentation faible des mini-bus. Faire que l'attente d'un bus (petit ou grand) ne soit jamais supérieur à cinq minutes. Combien d'automobilistes continuent à utiliser leur « toto » faute de trouver des bus en quantité suffisante pour ne pas attendre de longues minutes une voiture qui n'avance qu'avec de grandes difficultés dans des couloirs encombrés par toutes sortes d'obstacles !
Enfin, en matière de réduction, voire d'interdiction, on pouvait interdire la circulation des véhicules de charge supérieur à 10 tonnes dans le centre de la ville. Et pourquoi pas dans toute la ville ? Interdire aussi, en semaine, les limousines et les énormes engins tous-terrains qui sont rarement indispensables.
L'erreur fondamentale de ces verts et verdâtres c'est de nier l'automobile, extraordinaire conquête de l'homme.
Reste, pour terminer, qu'aucune incitation pour l'utilisation d'énergie propre n'a été mise en place. Bien qu'il existe des motos et scooters électriques, très performants pour un usage en ville, combien en voyez-vous dans les rues ?
Pareil pour la voiture électrique, dont les projets dormaient dans les bureaux d'études des grands constructeurs depuis des décennies.
Dans les années 50 il existait des véhicules de voirie à moteurs électrique (Sobel). Ils ont tous disparus. Pourquoi ?
Etc.

4.Posté par Maurice le 04/01/2012 08:27
Delanoë et sa clique nous avaient prévenus : nous ferons de Paris un enfer pour les automobilistes !
Des parcs de stationnement en périphérique de Paris ?
Il y en a eu dans les années 70, peu ont été utilisés au point qu'ils ont commencé à être démolis 15 ou 20 ans plus tard. Il faut reconnaître que certains étaient de vrais coupe-gorge.
Le maire de Paris a dit à plusieurs reprises que c'était de la faute à la RATP s'il n'avait pas assez de transports en commun, c'est tellement plus facile.
Les transports en commun sont nombreux, mais il faut (souvent) changer de nombreuses fois de lignes pour aller d'un endroit à un autre, cela n'incite pas à les utiliser.
Les véhicules électriques ont été abandonnés, car trop cher en prix de revient, même les municipalités qui en avaient acheté (dans les années 90) ne les ont pas renouvelés lors du changement de leurs flottes. Pourtant, avant la dernière guerre mondiale, il y avait des véhicules électriques en circulation à Paris par exemple le ramassage des ordures (et après de ce que vous écrivez) des trams jusque dans les années 34/36 date de leurs abandons.
Depuis quelques années, nous faisons un retour vers le futur ! Les anciens moyens de propulsions sont remis au gout du jour. Cela fait tourner l'industrie, est-ce fait pour ça ?!

5.Posté par Benoit16 le 22/05/2012 16:16
Je trouve affiché sur le porche de ma porte cochère du 1er arrondissement une note suivante de la Mairie de Paris "Aménagement de la rue". --- "La Mairie de Paris développe une politique des déplacements plus respectueuse de l'environnement et de la qualité de l'air, favorisant un partage harmonieux de l'espace public ... Quels travaux: Suppression du passage de porte cochère; Création d'une (j'ai bien noté 1) place de stationement payant. Quel impact: Protection du cheminement des piétons par des barrières. Cet imbécile de Maire prendrait donc les parisiens pour des veaux? De qui se moque-t-il?

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes