DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Paris poubelle ville du monde (suite)



Gaspard Grognard, lecteur habitant non loin des Halles et du boulevard de Sébastopol, nous a envoyé un petit florilège photographique du triste sort réservé par Delanoë et sa bande au centre de Paris. Destruction de jardin, encombrement des chaussées, trottoirs inaccessibles, couloirs de bus en délire : un joyeux panorama urbain en vérité ! Cliquez sur les photos pour les agrandir, svp.



Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Paris poubelle ville du monde (suite)

Mardi 15 Mars 2011
Serge Federbusch






1.Posté par Pierre S le 21/03/2011 11:29
A quand un vrai reportage photographique sur la saleté dans les rues de Paris. Il me semble que la situation est devenue inacceptable. Quelle dégradation ces dernières années.
Les rues ne sont plus lavées (un vague petit coup de balai de temps en temps, un petit peu d'eau et basta), les flyers, les mégots, les papiers gras, les cartons des grossistes et autres détritus s'entassent dans nos caniveaux, les rues sentent de plus en plus l'urine, les murs sont taggés, les gouttières couvertes de publicités. C'est une honte. Une honte pour les habitants et, par dessus tout, une honte pour les touristes qui visitent notre ville.

Cette saleté, outre qu'elle nuit à la qualité de vie des habitants et nuit à l'image de la ville, à un coût pour la communauté.
Qui paye le nettoyage des tags ? Qui paye pour l'enlèvement des cartons que les grossistes entassent sur les trottoirs ? Qui paye pour ramasser tous les flyers jetés au sol ?

Pourtant il faudrait juste un peu de volonté politique et de courage (au lieu de toujours se lancer dans des projets bobos, démagos ou couteux) :

- tolérance zéro pour ceux qui jettent des papiers ou urinent dans les rues, et amendes conséquentes,
- surveillance renforcée des rues et tolérance zéro pour les taggeurs (amende + nettoyage par le contrevenant),
- interdiction stricte des flyers à Paris (amende de 1€ pour chaque flyer constaté) avec obligation pour le contrevenant de les retirer lui-même,
- interdiction à Paris d'installer des volets roulants extérieurs sur les magasins : c'est moche, c'est bruyant, et les taggeurs les utilisent comme support pour leurs tags ignobles...
- interdiction à Paris d'installer des volets roulants extérieurs sur les magasins (bis), car les caissons extérieurs servent de piste d'atterrissage et d'abris aux pigeons parisiens qui s'y logent,
- lutte draconienne contre les pigeons : comme Paris est sale, ces parasites trouvent en effet toute la nourriture dont ils ont besoin. Leur nombre est à présent devenu inacceptable.
- interdiction stricte de nourrir les pigeons à Paris,
- service de propreté renforcé, nettoyage à grandes eaux + Numéro d'appel gratuit pour les habitants pour signaler une rue anormalement sale,
- Ce site, Delanopolis, pour soutenir l'action et montrer en photos le caractère inadmissible de saleté de certaines rues Paris.

Ce sont des mesures simples, de bon sens, qui ramènerait un peu de propreté et de qualité de vie dans notre cité.
La propreté, tout comme la sécurité, devrait être un droit essentiel pour les habitants.

Mais la municipalité préfère faire dans le tape à l'oeil, dans l'anecdotique, dans le festif.

2.Posté par Roberto Nadal le 29/03/2011 09:29
En allant dîner avec un ami près de St Merri un soir, un homme aux aguets s'est propulsé sur nous.
Mais ce n'est pas nous qui l'intéressions bien qu'il nous regarde avec insistance et provocation.
Il s'arrête à l'entrée d'une des trois portes de l'Eglise et se met à uriner sur la porte toujours dans le style: essayez de me dire quelque chose.
Il faisait froid, lassés par une journée de travail, étions entre le choc de cette provoque il y avait pleins d'endroits plus adéquats et le fait que nous eussions pu être accusés de ...parceque le pisseur était....
Petit lâcheté quotidienne, lassitude du à quoi bon, et un Paris, qui devient chaque jours plus sale, sans parler des trottoirs avec trous ou macadam des dits trottoirs boursoufflés: donc on marche sur des petits domes.Quand j'aurais le temps en ferai des photos.
Le Pont d'Iéna, d'une saleté repoussante , envahi par toutes sortes de ventes par des vendeurs à la sauvette de souvenirs pour les touristes et par des jeux illicites.
Le quartier a des airs d'un marché sale de certaines contrées lointaines.
Le jeu de chasse entre la police à velo et ces vendeurs.
Pour la propreté la voirie fait son travail régulièrement, plutôt fort bien et avec abnégation.
Ce sont les incivilités grandissantes et la philosophie du "Il est interdit d'interdit" le refus de la vie en société, qui sont une des causes de ces dérèglements et l'absence de sanctions.
Que font les écologistes de la Mairie, ou la propreté serai-elle une notion réac et bourgeoise????

3.Posté par artigue le 15/10/2011 22:34
c'est vrai à quand un reportage photographique j'ai dejà envoyer des photos à la mairie de paris jamais aucune réponse certes j'habite en province mais je vais à paris pour mon travail c'est vraiment honteux
JA

4.Posté par ramasseur objet de quolibets le 20/07/2012 11:11
Je partage le les constats ci dessus, en revanche iun point positif est à souligner : la diminution importante de la quantité de déjections canines, et ce n'est pas rien! (je me souviens d'une époque, dans les années 80, où il était pratiquement impossible de sortir dans la rue sans mettre le pied sur une merde).
Pour le reste, ne supportant plus cette situation indigne, je passe mes week ends à ramasser (pas pour les gens, mais pour la Planète), m'attirant réflexions narquoises et "encouragements" hypocrites (je préfére encore les gens qui font semblant de ne pas voir). Une fois une bonne femme vautrés sur les quais (c'était en été) à côté de canettes et de bouteilles plastique abandonnées par d'autres me lança "c'est bien ce que vous faites là", je lui répondis tac au tac : "oui mais c'est vous qui etes là, vous pourriez aussi le faire", que n'avais je pas dit , crime de lèse majesté , elle me répondit "pour qui vous prenez vous", je répondis du tac au tac "pas pour un boy", çà se termina en "noms d'oiseaux"...

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes