DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Qu'a donc fait Anne Hidalgo dans l'administration pendant les 10 ans qui ont précédé sa retraite ?




Il est des mystères biographiques épais. En retraçant la carrière d'Anne Hidalgo, on est en droit de se demander ce qu'elle a fait à l'inspection du travail de 2001 à 2011, année où elle a pris sa retraite. Ce "job", outre sa rémunération, lui a permis de bénéficier dès 51 ans d'une fort généreuse pension, que le Delanopolis fut le premier à révéler l'an dernier.



Et je ne vous parle pas de mon véhicule de fonction !
Et je ne vous parle pas de mon véhicule de fonction !
Amusons nous à faire ce qu'on appelle une reconstitution de carrière en droit des pensions.

Anne Hidalgo, inspectrice du travail, a occupé les fonctions de conseillère technique chargée des relations sociales et du statut des fonctionnaires de novembre 2000 à juillet 2001 au cabinet de Marylise Lebranchu, garde des sceaux.

Elle devient soudain "chargée de mission" au sein du même cabinet, à partir du 12 juillet 2001. Elle n'a plus alors de portefeuille de compétences techniques clairement définies.

Que s'est-il passé ? Bingo ! Vous avez trouvé : elle avait d'abord été bombardée tête de liste PS dans le 15ème arrondissement à l'automne 2000 et avait fait naturellement campagne. Des fonctions dans un cabinet ministériel sont peu compatibles avec cette période préélectorale intense dans le plus grand arrondissement de Paris mais passons ...

En avril 2001, Delanoë l'emporte et voilà Hidalgo élue au Conseil de Paris et désignée première adjointe au maire de Paris, qui plus est chargée de l'énigmatique "bureau des temps" et de l'égalité homme/femme. S'occuper du statut des fonctionnaires devient délicat. Hidalgo reste néanmoins rétribuée par le cabinet Lebranchu sur ce fameux poste de "chargé de mission". Pendant ce temps, elle cumule traitement de détachement et indemnités d'élue parisienne, bien sûr.

Les choses deviennent encore plus brumeuses après le 21 avril 2002 quand Jospin est politiquement trucidé et son gouvernement avec lui.

Hidalgo retourne au ministère de la santé, affectée à l'Inspection du Travail. Elle continue d'y accumuler de l'ancienneté administrative puisqu'en 2011 elle peut se targuer de 29 années de services. Elle n'est donc pas en disponibilité, ce qui lui assure logiquement un traitement.

Parallèlement, elle est toujours première adjointe à Paris et fait de la politique de manière intense : membre du bureau national du parti socialiste depuis 2003 et, après le congrès de Dijon en 2005 secrétaire nationale à la culture

Depuis 2004, elle a même une fonction supplémentaire : elle est élue au conseil régional d'Île-de-France ! Quadruple cumul : inspection du travail, première adjointe au maire de Paris, parti socialiste et région ! Dont trois fonctions rémunérées. Y'a bon ...

En avril 2008, après les élections municipales, elle demeure première adjointe et se voit attribuer la très lourde délégation à l'urbanisme. Cette seule fonction est, là aussi, de nature à occuper à temps plein son homme ou sa femme. Peu importe néanmoins pour Hidalgo qui continue comme si de rien n'était à l'inspection du travail.

C'est au grade de directeur du travail qu'elle prend finalement sa retraite en juillet 2011, à 51 ans. A noter que si elle a pu jouir d'une retraite anticipée si généreuse, c'est précisément parce qu'elle a continué à accumuler des droits à pension à l'inspection du travail de 2002 à 2011. Triple bénéfice pour elle, triple peine pour les contribuables parisiens, franciliens et nationaux.

Pour ces 10 années, il est légitime et tentant de faire le bilan des activités qui ont pu justifier qu'elle fut payée par l'Etat. Sur Internet, nous ne sommes pas parvenus à trouver de rapport ou document substantiel rédigé par Hidalgo en tant qu'inspectrice du travail durant ces années :
voir par exemple en cliquant LA sur le site du ministère du travail et de l'emploi.

Être correctement premier adjoint au maire de Paris et conseiller régional est déjà une gageure. Alors inspecteur du travail en plus ... on aimerait comprendre comment cela fut possible.

Le "coût total employeur" pour l'Etat d'un agent de ce grade est en effet au minimum de 5 000 euros par mois, soit plus de 500 000 euros sur la période concernée. Sans compter la majoration de la pension de retraite d'Hidalgo jusqu'à la fin de ses jours. Les contribuables ont de quoi se poser des questions.

Le doute est d'autant plus possible qu'Hidalgo a déclaré le 2 avril, alors qu'on l'interrogeait au sujet de sa pension de retraite : "Je coûte moins cher à l'Etat". Cette formule ignore que ledit Etat paie ses fonctionnaires pour un travail qui n'est pas qu'un coût. Avec candeur, Hidalgo considère que sa rémunération n'était qu'une charge et pas la contrepartie d'une activité.

Pour tirer cette affaire au clair, le Delanopolis pose donc la question à Hidalgo et à son employeur : qu'a-t-elle fait d'avril 2001 à décembre 2011 à l'Inspection du travail pour justifier sa rémunération ? Pour quelqu'un qui prétend être maire de Paris, cette transparence est bien le minimum.


Dimanche 16 Février 2014
Serge Federbusch






1.Posté par Andy le 17/02/2014 09:54
Oui, qu'on lui pose la question, et qu'elle y réponde ! en détail !


2.Posté par christian15eme le 17/02/2014 14:42
Oui, il faut lui poser la question et le faire savoir.... Savoir aussi comment elle a pu , sans rougir de honte, cumuler des postes rémunérés dans l'Administration , dont certains, visiblement (chargée de mission on sait ce que ça veut dire.....) sans contrepartie.

3.Posté par christian15eme le 17/02/2014 14:42
pourquoi pas un "sondage" bien placé sur le net pour poser cette question?

4.Posté par parisien le 17/02/2014 14:55
magouillages et cumulages sont les deux mamelles du PS ; après cela ils veulent faire la morale , pfffff vraiment c'est l’hôpital qui ce fout de la charité.
quand a la transparence il ne faut pas y compter avec ces gens la , c'est un mot inconnu dans leur vocabulaire, il est même tabou.

5.Posté par christian15eme le 17/02/2014 15:17
@ parisien : un bon buzz sur le net, ça ne peut pas s'organiser ?????

6.Posté par parisien le 17/02/2014 18:44
pas que sur le net , mais également sur les affiches lors de la campagne , afin que tout le monde sache que la candidate du PS est une cumularde en matière de retraite , dépensière irréaliste de l'argent des contribuables.

7.Posté par dude le 17/02/2014 20:31
Prendre sa retraite à 51 ans, c'est très socialiste ça...Faites ce que je dis, pas ce que je fais

8.Posté par christian15eme le 18/02/2014 02:11
Ne pas oublier Atlantico et le Canard enchaîné pour cette publication. D'ailleurs, pourquoi le Canard n'a t'il rien publié là dessus?

9.Posté par Pierre le 18/02/2014 12:39
Si les journalistes français faisaient vraiment leur métier, ils se pencheraient sur la question et nous informeraient davantage. C'est le minimum qu'on puisse attendre de la presse avant une élection importante.

Ils se taisent. Comme pour Gayet. Ils savaient, mais son tellement soumis et obséquieux qu'ils oublient la base de leur profession : enquêter et informer.

10.Posté par MANDAT le 18/02/2014 12:46
Comment une inspectrice du travail de gauche peut-elle créer le climat de confiance
auquel les entrepreneurs aspirent pour décider, investir et chercher des carnets de
commande afin d'inverser la courbe descendante du chômage dont souffrent tous
nos jeunes ?
MANDAT energique

11.Posté par h16 le 18/02/2014 13:59
http://h16free.com/wp-content/uploads/2014/01/hidalgo-lama.jpg

12.Posté par Maurice le 19/02/2014 06:47
Bien sûr qu'un buzz peu s'organiser sur le net, mais encore faudrait-il qu'il soit relayé par les médias, si ce n'est national, mais au moins régional !
Pensez-vous que Le Parisien le ferait ? Je ne doute même pas !

13.Posté par christian15eme le 19/02/2014 15:03
C'est vrai..., je n'en suis pas sûr non plus ! Mais ça vaut la peine d'essayer , non?

14.Posté par guymard le 20/02/2014 12:01
Il faudrait le publier dans toute la presse. Mais la presse et tous du cote de la gauche av les elections des maires sa fou mal.

15.Posté par Michel le 21/02/2014 18:50
Cet article évoque trop rapidement un point: on comprend qu'A. Hidalgo a terminé au titre de Directeur du travail. Ceci laisse supposer qu'au cours de ces 10 années, apparemment sans travail effectif, elle a continué à bénéficier d'avancement. Compte tenu du grade auquel elle a terminé on peut supposer que cet avancement a pu être très rapide.
Ce serait d'autant plus important de le savoir ce qu'il en est que cette période correspond aussi - pour les autres , manifestement - à une période où beaucoup d'avancements ont été bloqués dans la fonction publique.
Merci par avance à Delanopolis de creuser encore un peu.

16.Posté par une véritable parisienne honnête le 31/03/2014 13:46
Il faut creuser ces informations et les faire remonter! et, dans ce cas, précis, que fait "le canard enchaîné" et bien d'autres journaux...?
Si tout ceci est exact, c'est scandaleux de voir certains fonctionnaires,comme elle, (délégués syndicaux , ne pas occuper leur poste de façon effective...) être rémunérée.
En tant qu'inspectrice du travail, elle aurait mieux fait de balayer devant sa porte!
Si tout ceci est vrai, c'est encore plus scandaleux de la voir à la tête de Paris, il s'agirait alors de mettre tout ceci sur la place publique!!!

17.Posté par christian15eme le 31/03/2014 15:08
ben c'est trop tard" véritable parisienne honnête".... !

18.Posté par mich2pains le 12/08/2014 13:26
Soyons logiques avec nous même : Si , élire un candidat ou une candidate de G000CHE qui prétend nous amener " La JUSTICE SOCIALE " se traduit dans les faits par tant de dérives inacceptables , alors , l'UMPSPC/EELV ne nous laissent plus d'autre espoir d'obtenir une vraie " Justice SOCIALE " qu'en votant pour .....MARINE !
Ca sera fait en 2017 !

19.Posté par Bob1935 le 20/02/2015 21:19
Je lui ai posé la question directement sur son adresse mail avant les élections municipales: J'attend toujours sa réponse.
Elle m'avais cependant répondu à un mail que je lui avais adressé , avant celui là ?, Il est vrai qu'il était moins indiscret.

20.Posté par Barbech le 21/02/2015 08:38
Pourquoi ne pas engager une action en justice contre elle, pour prise illégale d'intérêts par exemple? Dans le même temps on pourrait le faire également pour Delanoe mais dans son cas, pour emplois fictifs. Cela a été fait pour un de leurs prédécesseurs que les juges n'avaient pas hésité à condamner.

21.Posté par Francois le 15/03/2016 08:33 (depuis mobile)
Il faut demander à Bourdin de lui poser la question en direct !

22.Posté par Ann le 03/02/2017 08:51 (depuis mobile)
Pourrait on connaître le montant des sommes octroyées pour les prestations verseees entre 2001 et 2011 ?

23.Posté par André le 15/02/2017 17:40
Il est temps de faire un grand déballage de tous ces magouilles de cette classe politique qui se croit au dessus des lois! Déjà Mittérand montrait l'exemple avec sa maîtresse et sa fille Mazarine qui vivaient dans les palais de la république et qui vivaient au prix de la princesse! Les médias savaient mais ont gardé une silence coupable!! Après Fillon et Hidalgo, quid des autres?

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes