DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Tour Triangle : ciel ma mairie !



Désireux de faire oublier l'insignifiance de ses mandatures en matière architecturale, Delanoë relance le projet de Tour Toblerone, dite Triangle, aujourd'hui réduite à abriter de simples bureaux et n'ayant donc aucun intérêt municipal.

Comme d'habitude, pour obtenir le ralliement d'intérêts privés à cet objectif de pure image et communication, il leur concède des avantages extravagants. Le grand bénéficiaire ? Encore une fois le groupe Unibail, ça vous étonne ?



Tour Triangle : ciel ma mairie !
Le Delanopolis fut le premier à vous révéler dans les détails, il y a deux ans, les inepties du projet Triangle : cliquez ICI et LA.

Mal conçue, la chose fut mise en sommeil. Mais elle revient soudain - toujours l'opacité la plus totale dans la gestation des projets ! - au vote du Conseil de Paris parce que le marché immobilier aurait repris des couleurs.

En réalité, pour tenter de lui trouver un équilibre économique, ses promoteurs ont radicalement changé ce projet. Alors qu'il s'agissait à l'origine d'un palais des congrès, d'un hôtel et d'un musée, voilà soudain la tour Toblerone réduite à de banals bureaux, seule manière paraît-il de la rentabiliser. Mais que va alors faire la ville de Paris dans cette galère immobilière ? Elle n'a aucunement vocation à s'associer, en délivrant un bail emphytéotique, c'est à dire en demeurant propriétaire de l'édifice, à un projet totalement privé dans ses objectifs et ses résultats. Pourquoi ne pas en faire autant pour d'autres bureaux ailleurs dans Paris ? Et que deviennent les discours larmoyants sur la priorité donnée au logement soooocial ? Une aberration qui ne s'explique que par la volonté de faire un coup médiatique.

Car le vice fondamental de cette opération demeure : l'implantation de cette tour n'obéit qu'aux intérêts d'Unibail. C'est parce que la parcelle en cause est située au milieu du parc des expositions - que ce groupe gère via une filiale - et parce que son implantation permet de limiter l'impact de sa construction sur les halls d'exposition, que ce projet a été conçu. La tour aurait eu beaucoup plus de sens urbain et de monumentalité si elle était implantée en lieu et place d'un des halls, faisant face à Paris et non de biais, créant un absurde effet de rideau d'est en ouest. Sa forme triangulaire elle-même est dictée par la nature tout en longueur de la parcelle mais mille autres solutions architecturales étaient possibles si l'on n'avait pas posé les intérêts d'Unibail comme sacrés.

Déroger d'une manière aussi massive et voyante aux règles d'urbanisme dans Paris en implantant un édifice de 180 mètres de haut uniquement parce que la parcelle répond aux souhaits d'un groupe privé constitue une injure à l'intérêt général. Quel équipement public la ville va-t-elle gagner dans cette opération ? Aucun ! La seule rentabilité qu'en espère Delanoë, comme d'habitude, est un coup de pub pour faire croire qu'il a été un audacieux bâtisseur. C'est peine perdue : le désastre des Halles le ridiculisera pour longtemps si, par malheur, le chancre dit "Canopée" venait à être édifié.

Reste maintenant à examiner les stupéfiantes conditions financières et juridiques de ce montage.

Alors que Delanoë vient de brader à Unibail la pleine propriété du bail emphytéotique des Halles ( voir en cliquant ICI) en prétextant que ce n'était pas la vocation de la ville de posséder un centre commercial, voilà soudain qu'il recourt à un bail emphytéotique pour des bureaux. Tout cela parce que, nous apprend le projet de délibération, si Unibail avait dû acheter le terrain à la ville, l'opération n'aurait pas été rentable pour lui ! Décidément, Delanoë ne sait plus quoi faire pour être agréable à ce groupe par ailleurs annonceur généreux dans le canard local d'Anne Hidalgo. Dire que la "gauche" dénonçait autrefois le gaullisme immobilier. A Paris, elle invente le socialisme du même nom.

Et ne soyons pas dupes. Ce bail de quatre-vingt ans offrira mille occasions, un jour ou l'autre, quand Unibail ou un nouvel actionnaire y trouveront leur intérêt et qu'une municipalité sera faible, de racheter, comme aux Halles, la pleine propriété des lieux à un prix bradé.

Le niveau du loyer versé à la ville au terme du bail emphytéotique, quant à lui, se passe de commentaires : 2 millions d'euros annuels au minimum et 6 au maximum, selon la rentabilité que l'investisseur privé y trouvera. Un chiffre dérisoire pour un bâtiment de plus de 80 000 mètres carrés louables.

Ce loyer n'a été avalisé par le service des domaines que parce que l'édifice le rendra - paraît-il - très cher à construire. Il fallait donc ne pas alourdir le fardeau de l'investisseur en lui réclamant une redevance normale. Mais c'est bien là que le bât blesse. Le service des domaines a pris pour argent comptant, si l'on peut dire, les calculs "communiqués par Unibail" dixit, sur le coût technique de construction du bâtiment. Il serait de près de 5 500 euros du mètre carré, ce qui est extrêmement élevé et comprend par exemple 28,5 millions d'euros de mystérieux "coûts d'accompagnement". Qui a expertisé la véracité de ces chiffres ? Si Triangle est construit moins luxueusement que ce prétend Unibail (qui aura tout loisir de rogner sur la qualité réelle du bâtiment pour, derrière une façade tape-à-l'oeil, faire du bureau standard) la rentabilité du projet augmentera sensiblement et le niveau du loyer versé à la ville apparaîtra pour ce qu'il est : un pur symbole. Mais rien n'est prévu dans le protocole pour s'assurer de cette qualité.

Tout aussi étrangement, le loyer versé par Unibail ne prend pas en compte les commerces en rez de chaussée et le restaurant panoramique de luxe que l'exploitant pourra ouvrir. 1 500 mètres carrés particulièrement juteux passés par pertes (pour la ville) et profits (pour Unibail). Y a bon Toblerone !

Toute cette histoire sent donc mauvais et l'amateurisme de la mairie est, comme aux Halles, lourd de menace pour les intérêts des Parisiens.


Ainsi, autant la raison urbaine que la raison financière se joignent pour conduire à refuser ce projet. Et ce d'autant plus qu'il est le produit d'une pseudo-concertation où, une fois encore, les citoyens sont manipulés et placés devant le fait accompli.

A suivre ...


Vendredi 18 Mars 2011
Serge Federbusch






1.Posté par Otto le 23/03/2011 11:18
Lorsqu'ils ont demandé par sondage même truandé aux parisiens s'ils voulaient des tours ils ont dit non à 85% je crois. et là, les petits copains de monsieur unibail comme aux halles veulent leur tour de bureau et hop voilà le travail. C'est démentiel et il faut les anéantir avant qu'ils anéantissent paris.

2.Posté par Hercule le 23/03/2011 12:33
Mobilisons-nous contre les tours et les passe-droits !!!

3.Posté par Aloha le 23/03/2011 21:20
A ce qu'on entend les verts sont contre et l'ump pour, donc les verts vont gagner le 15ème arrondissement en 2014, tant pis pour l'ump et hidalgo.

4.Posté par Lisa le 23/03/2011 22:19
Les verts sont contre tant qu'ils n'ont pas l'assurance d'avoir une part du gateau......un siège bien confortable, bien placé.......ha, ha, humour

Mis à part la véhémence dont ils ont fait preuve ces derniers jours avec en tête la presidente des moulins à vent ......et son concubin qui joue la victime parce qu'il n'a pas été élu à cause de son patronyme, .......Cantat......Qu'attendre de ces gens là.......rien comme des autres.

....Des recours ont ete faits aupres du tribunal administratif, et d'autres juridictions......resultat?????? rien Delanoe n'a pas rencontré une quelconque opposition au conseil de Paris, tout continue, son pouvoir de nuisance est intact.....Je crois même que tous l'applaudissent y compris l'UMP. Voilà pourqoi Delanoe est dans le grand n'importe et lance des chantiers selon son bon vouloir avec des conséquences que bon nombre de personnes n'apprehendent pas aujourd'hui.

Un triangle, un carré, un rond, pourquoi pas....

5.Posté par Delanaze le 23/03/2011 22:25
Imaginons que delanoe doive s'assoeir un jour sur sa pyramide, ce sera comme le supplice du pal, bon au début et nettement moins bon ensuite, ah, ah.

6.Posté par christian15e le 24/03/2011 01:40
Mais comment l'arrêter???? La première chose qu'il a faite avait été de modifier le PLU pour en faire adopter un nouveau . L'une des plus grandes aberrations de cette modification avait été le retour des quais de Seine du Port de Javel à une zone d'activités, alors qu'elle était classée zone verte, dans la continuité des quais Rive Gauche, pour rejoindre le parc André Citroën. On n'a pas entendu un seul Vert protester....et le "nouveau" PLU a été adopté. Les réclamations n'ont donné aucun résultat , et le fin mot de l'histoire n' a JAMAIS été connu... Mais peut-être que les bétonneurs installés sur ces quais savent bien pourquoi....

7.Posté par Etienne Tremblay le 24/03/2011 22:23
C'est une grosse erreur que ce projet. Les Parisiens vont se mobiliser contre et Delanoe et sa poupée gonflée, çàd Hidalgo vont en prendre plein la gueule. Bien fait pour eux.

8.Posté par Etienne Tremblay le 24/03/2011 22:23
C'est une grosse erreur que ce projet. Les Parisiens vont se mobiliser contre et Delanoe et sa poupée gonflée, çàd Hidalgo vont en prendre plein la gueule. Bien fait pour eux.

9.Posté par parisien le 29/03/2011 09:52
Je suis allé à la réunion d'information à la mairie du 17ème où Mme Kuster présentait son contre projet pour les Batignolles. Une élue de gauche au physique de camionneur l'a apostrophée agressivement depuis la salle en disant que la droite est contre les logements sociaux (le projet de gauche pour les Batignolles comprend 55% de logements sociaux...). Amusant, la tour triangle ne comprend AUCUN m² social. Comme quoi les logements sociaux c'est juste un instrument politique pour la "gauche".

10.Posté par Lisa le 29/03/2011 21:00
paru aujourd'hui dans le Figaro a propos de la tour triangle.......
Paris: accord sur une tour de 180m
AFP
29/03/2011 | Mise à jour : 19:25 Réagir
Le conseil de Paris a voté aujourd'hui un protocole d'accord avec Viparis, la filiale d'Unibail et de la Chambre de commerce de Paris, en vue de la construction d'une tour de bureaux de 180 mètres de haut, en forme de pyramide, porte de Versailles (tour Triangle), dans le XVème arrondissement de ParisModification du plu etc.....Les groupes PS, PCF, Nouveau centre ainsi que le groupe UMP, qui compte dans ses rangs les deux députés du XVème arrondissement Jean-François Lamour et Philippe Goujon, maire de l'arrondissement, ont voté pour la délibération.

He bien voilà c'est lié. Aucune opposiition de l'ump au conseil de Paris, tous votent comme un seul homme pour que Delanoe ne tapent pas des pieds......

11.Posté par Collectif contre la Tour Triangle le 15/11/2011 23:36
Un collectif de citoyens s'est constitué pour lutter contre cette tour qui n'a aucun sens : dénonciation des idées fausses, actions à mener...
www.contrelatourtriangle.com

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes