DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Hidalgo et Delanoë veulent plonger la République dans l'illégalité et la gabegie ! Il est du devoir du Préfet de Paris de les en empêcher !



Nous avons maintes fois dénoncé les nombreuses aberrations urbaines, patrimoniales, circulatoires et financières du réaménagement tape-à-l'oeil de la place de la République.

Les riverains commencent ainsi à voir sortir de terre le "Café Monde et Médias" et certains prennent conscience du problème : "les montants du café des médias sont posés sur la partie Est de la place et je réalise – les photos montages étaient trompeurs – l’horreur de ce bâtiment sur une place qui était harmonieuse dans son équilibre de symétrie" nous écrit un résident du boulevard de Magenta.

Toute cette opération a comme objectif principal de faire un coup de com' avant les élections municipales et tant pis si, dans le futur, congestion dans la circulation et dégradation urbaine caractérisent ce lieu si précieux à Paris.

L'essentiel pour les Delanoistes est d'inaugurer au plus vite, avant cet été, pour faire une grande teuf, alpha et oméga de leur vision de la ville.

Hélas pour eux, le chantier prenait du retard. De plus, dans leur précipitation, ils n'avaient pas correctement évalué l'état des sols. Ils ont donc décidé de violer la loi en passant, sans appel d'offres nouveau, des commandes supplémentaires aux entreprises. Pas de concurrence, une dérive des coûts : un vrai résumé de la gestion socialiste de Paris.

Il ne faut pas les laisser faire. C'est dès maintenant au Préfet de Paris de faire respecter le droit, ce que nous lui demandons solennellement. Dans cet article et par courrier recommandé.

Serge FEDERBUSCH
Conseiller du 10ème arrondissement de Paris



Ce qu'il restait des magnifiques fontaines aux dauphins après Delanoë et Hidalgo
Ce qu'il restait des magnifiques fontaines aux dauphins après Delanoë et Hidalgo



N’épiloguons pas sur les raisons de fond de notre opposition au projet de réaménagement de la place de la République. Essayons un instant d’oublier aussi le coût extravagant de cette opération dans le contexte actuel de crise des finances parisiennes.

Ou plutôt, n’oublions pas tout à fait ce coût déjà très élevé car, en urgence, la mairie de Paris s’efforce de saler l’addition encore plus.

En effet, Delanoë veut faire voter lundi prochain un avenant qui augmente de 30%, c’est à dire 1,3M€ H.T., excusez du peu, le coût des travaux d’infrastructure du réaménagement de la place.

Et pourquoi cette double douloureuse ? Parce qu'elle permet de payer au titulaire du lot le surcroît de travail pour permettre une livraison le 15 juin … et compenser le retard pris du fait des problèmes de coordination du chantier. Et oui, inaugurer à la date claironnée, çà a un coût, que le contribuable est prié de payer avec le sourire.

Ces animateurs de club Med municipal ont également l'envie frénétique d'inaugurer leur café "Monde et médias". Problème : comme ils avaient prévu de l'implanter au dessus de la ligne 5 du métro et que la voûte ne tient pas, il a fallu en catastrophe tout refaire ! Cette seule bévue coûte des centaines de milliers d'euros ! Et nos bons urbanistes se sont aussi, dans leur précipitation, fourvoyé sur l'état des sols.

Il faut donc payer non seulement pour rattraper le retard mais aussi pour acquitter l’intégralité des prestations nouvelles demandées par la ville. Evidemment, augmenter d’un tiers un marché attribué par la commission d’appel d’offres pourrait faire tousser. Car c'est tout simplement grossièrement illégal.

Tousser les élus du 10eme d’abord. Curieusement, seule l’opposition municipale, par la voix d’un dénommé Serge Federbusch, s’est émue et a voté contre. Les élus de la majorité ont, eux, voté pour cette nouvelle dépense sans commentaire.

Les membres de la Commission d’appel d’offres aussi. Tout aussi curieusement, seuls les représentants de l’opposition, menés par Jean-François Legaret, ont protesté. Les élus de la majorité municipale, eux, n’ont rien trouvé à redire. Il est vrai que, sans rire, on leur explique que cette dérive serait en particulier due à « des sujétions imprévues » concernant notamment des contraintes imposées par la préfecture de police quant au plan de circulation. La bonne blague : des surcoûts liés à des contraintes imprévues concernant le plan de circulation pour le réaménagement de la place de la République. Après deux ans d'études préparatoires et après que le Delanopolis ait pointé à des dizaines de reprises ces fameux problèmes ! C’est ce qu’on appelle de l’humour noir ...

Enfin, last but not least, le Préfet, gardien de la légalité et protecteur du code des marchés publics. Nul doute qu’il va tempêter. Pensez donc, + 30% pour un avenant : ce taux est le double de celui admis par la jurisprudence et la doctrine.

En fait, on peut penser que cela ne trouble pas trop le sommeil des responsables juridico-politiques de ce dossier à la mairie.

D’abord, parce qu’ils ont eu l’heureuse surprise de constater dans un récent dossier (marché du tramway) que les nerfs du Préfet étaient solides : après avoir écrit en février qu’un avenant de +25% excédait largement le fameux taux de 15%, il n’en a pas demandé le retrait !!!

Ensuite, et de façon encore plus cynique, parce que le calcul est simple : à supposer que le Préfet s’émeuve, il va écrire à la ville. Délai pour lui répondre : deux mois. Même s’il écrit dès le lendemain du Conseil de Paris du 22 avril, les travaux illégaux seront finis avant que la ville ait répondu … Ne parlons donc même pas du délai d’un éventuel jugement : Delanoë aura depuis belle lurette un(e) successeur(e) avant que le tribunal ne se prononce.

Hormis l’hypothèse où le maire de Paris, découvrant le caractère contraire au code des marchés publics de cette affaire, décidait de la retirer de l’ordre du jour du Conseil, ce schéma pourrait toutefois être battu en brèche par une procédure dite de référé suspension : « Le représentant de l’Etat peut assortir son recours d’une demande de suspension. Il est fait droit à cette demande si l’un des moyens invoqués paraît, en l’état de l’instruction, propre à créer un doute sérieux quant à la légalité de l’acte attaqué. Il est statué dans le délai d’un mois. » (Article L 2136-6 du code général des collectivités territoriales).

Le moyen est de toute évidence sérieux. Il est même imparable. L’absence de référé ôterait à la préfecture toute possibilité de faire respecter les règles du code des marchés publics et ne manquerait pas de nourrir des suspicions politiques sur cette étrange mansuétude.

Monsieur le Préfet de Paris : adhérez au site " lecontrôledelégalitépourtous".

Et surtout, déclenchez sans tarder un référé suspension sur cet avenant. Montrez à la mairie de Paris que vous savez utiliser les moyens juridiques à votre disposition pour faire respecter les règles du code des marchés publics. Bref, que vous faites respecter la République. C'est votre devoir et votre responsabilité.

Avant le massacre ...
Avant le massacre ...

Jean Daubigny, Préfet de Paris. Laissera-t-il violer la loi ?
Jean Daubigny, Préfet de Paris. Laissera-t-il violer la loi ?

Mercredi 17 Avril 2013
Serge Federbusch






1.Posté par Jihèmesse le 19/04/2013 11:19
Monsieur Federsbuch, chacun étant libre d'avoir les perversions qui lui conviennent, j'ai écouté une interview de madame Hidalgo sur France cinq.
Elle y déclarait froidement qu'elle avait l'intention de se livrer aux mêmes saccages place de la Nation et place de la Bastille que sur la place de la République.
J'espère que vous serez sensible, à la délicate attention de cette charmante personne, qui envisage dans le cas (que j'espère théorique) de son élection de donner du grain à moudre à l'opposition municipale dont vous êtes un des plus éminent représentant et du fil à retordre à ses électeurs pour les six ans qui viennent.
J'y vois donc une délicate attention à votre endroit, à laquelle j'espère vous serez sensible.
Elle va bientôt vous lancer comme dans Carmen :
"Si tu ne m'aimes pas, je t'aime, et si je t'aime prends garde à toi"...

http://www.youtube.com/watch?v=pUCvo1LDdLE

2.Posté par Jacques Maitre le 20/04/2013 15:10
Bravo M. Federbusch: si le préfet exerçait ses prérogatives de contrôle de légalité plus rigoureusement, ce type de dérive n'arriverait plus.

Vive la République exemplaire,

Vive "Lecontroledelégalitépourtous",

Vive M.Daubigny, préfet de Paris, qui va sans aucun doute faire le travail pour lequel il est payé sans chercher à savoir si ça fera de la peine à M. Delanoë.

3.Posté par Gaetan le 20/04/2013 17:52


Ces gens s'assoient sur la loi depuis des années, on les a vu faire et agir à Jean boudin, ils passent des contrats illégaux et magouillent tant et plus. Il faut se battre et vous avez raison de mettre les préfets devant leurs responsabilité. Je crois savoir en plus que s'ils ne le font pas ils sont responsables. Chacun doit assumer les parisiesn en ont marre de payer pour ces mauvais élus.

4.Posté par parisien le 22/04/2013 16:02
il est grand temps de mettre tout ce "cirque" a la porte , de les remplacer par des personnes résponsables ayant réellement envie de faire renaitre la capital de ce tas de détritus qu'elle est actuellement.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Merci à tous ! - 11/06/2018

1 2 3 4 5 » ... 35

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes