DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Bain de vapeur au Louxor

L'extravagante transformation de l'ancien cinéma Louxor, pour un coût d'au minimum 30 millions d'euros et un objectif incohérent a pris, cette semaine, un tour loufoque avec l'appel à la géothermie pour chauffer et rafraîchir l'immeuble !



Bain de vapeur au Louxor
Le Delonopolis a révélé à ses lecteurs les incongruités du projet de réhabilitation du Louxor, qui a pris d'ores et déjà trois ans de retard et dont le coût ne cesse d'augmenter : voir en cliquant ici et ici.

La gabegie se précise. Ainsi, après des "études préalables de programmation" la ville s'apprête-t-elle à réorienter le projet vers l'objectif de "créer un cinéma de quartier de type art et essai qui réponde à l'objectif avancé d'équilibre financier de fonctionnement et d'exploitation". Ce noble but est même inscrit dans une délibération soumise au prochain conseil de Paris.

Un cinéma de quartier de type art et essai ? Rappelons que l'investissement s'élève, au minimum, à 30 millions d'euros pour 3 salles. Pareille somme n'a rien à voir avec le coût de la réhabilitation d'un cinéma "art et essai" de quartier. Du reste, les quelques salles de ce type qui subsistent encore à Paris, avec des dimensions pourtant bien inférieures à celle du Louxor, sont presque toutes déficitaires et ne survivent qu'au prix de subventions. L'investissement consenti pour le Louxor (qui sera bien entendu supérieur à 30 millions d'euros une fois les travaux achevés), et ses trois futures salles va de pair avec des coûts de fonctionnement qui rendent impossible "l'objectif avancé d'équilibre financier de fonctionnement". Bref, on approche lentement et sûrement du gouffre financier.

On notera d'ailleurs qu'il n'est plus fait référence au "cinéma du Sud", alors pourtant que la mairie avait claironné en fanfare que telle serait la programmation et la philosophie des lieux. Encore des annonces hâtives... Il y a fort à parier que le Louxor adoptera bien vite une programmation banalement commerciale pour avoir une chance de s'en sortir. Et la ville se sera saignée aux quatre veines pour ouvrir un cinéma dans la capitale occidentale qui en compte encore le plus.

Toutes ces incohérences n'empêchent pas la mairie d'espérer "confier l'exploitation cinématographique à un partenaire privé dans le cadre d'une délégation de service public". On se demande qui voudra hériter d'un tel boulet, sauf à être assuré que la ville subventionnera à jet continu cet établissement déficitaire ou fermera les yeux lorsque la programmation se normalisera.

Mais le plus comique est la mention subreptice du "recours à la géothermie pour assurer le chauffage et le rafraîchissement de l'équipement permettant de respecter les objectifs du Plan Climat de la ville de Paris en terme de consommation énergétique" !!!

On a déjà expliqué dans ces colonnes que la ville a adopté, sous la pression des Verts un plan climat maximaliste dont les normes sont tellement strictes qu'elles transforment en casse-tête le moindre projet de bâtiment public. Or, le futur Louxor, avec sa coque intérieure qui l'isole quasi-totalement de la lumière naturelle et le contraint à l'air conditionné, et ses aménagements complexes, était hors des clous du plan climat. Pour tenter de satisfaire à ces contraintes, voilà donc la Ville forcée de faire appel à la "géothermie". Mais où, comment et à quel coût ira-t-elle chercher la source de chaleur qui permettra de chauffer le bâtiment l'hiver et de le rafraîchir l'été ? Serait-ce par le seul recours au réseau CPCU/Climespace ? En matière de production de froid au moins, ce dernier n'a rien d'écologique. Un mystère digne des plus anciennes pyramides règne donc sur ces délicates questions thermico-constructives. N'imaginons pas qu'il faille percer à des centaines de mètres le fond du boulevard Barbès et installer un ultra-complexe système de génération de froid à partir de cette énergie capturée tout de même ?

Vu le tour pris par ce dossier, il serait plus cohérent d'y installer un théâtre de Guignol en prenant la précaution de coiffer ce sympathique personnage d'une couronne pharaonique.

A suivre ...

Dimanche 28 Juin 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis