DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Bois-Vuitton : l'opposition municipale la main dans le sac !




La privatisation rampante du bois de Boulogne au bénéfice de Bernard Arnault a bénéficié d'un sacré coup de pouce de la part de la soi-disant opposition parisienne toujours sensible aux désiderata des magnats. C'est comme qui dirait culturel ...



Au doigt et à l'oeil !
Au doigt et à l'oeil !

Le bâtiment de Gehry, tout à côté, avait déjà, on s'en souvient, vu le jour grâce à une union sacrée des groupes politiques pour s'asseoir sur les règles protégeant le bois de Boulogne.

La dénaturation de l'ex-musée des arts et traditions populaires peut compter à nouveau sur les votes centristes et "Républicains".

Roublard, Arnault a fait avaliser le projet par un petit-fils de l'architecte d'origine, Jean Dubuisson, alors que les autres ayants-droit sont très hostiles à ce qui va profondément altérer le bâtiment d'origine.

Sous couvert de promotion des métiers d'art, LVMH va surtout récupérer l'endroit à des fins particulières.

Défendu par Hidalgo, le projet a suscité les critiques d'une partie de la gauche et a été adopté avec les voix de la droite et du centre !

« Nous voterons contre ce cadeau de compensation à Monsieur Arnault », a averti en préambule le président du groupe des élus communistes Front de Gauche, Nicolas Bonnet-Oulaldj favorable à l’installation d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage dans l’ancien musée. « Ce projet finira de transformer Boulogne en LVMH Land », a fustigé David Belliard, coprésident du groupe écologiste qui a critiqué le manque de transparence, l’absence de mise en concurrence et la stratégie de la ville qui met « une partie de son patrimoine à la disposition des grands groupes ». « Il y a fort à craindre que des recours ne soient déposés dans l’avenir », s’est inquiété l’écologiste Yves Contassot. Danielle Simonnet (Parti de gauche) a demandé de son côté à la Ville d’interpeller l’Etat pour que le musée reste public.

Mais les quelques élus de droite présents le soir du vote ont joint leurs voix à celles des sbires d'Hidalgo et le tour a été joué.

C'est beau l'Union municipale ! On se croirait dans la France de Macron avant l'heure ! Gros bonnets et petits souliers ...

Jeudi 30 Mars 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis