DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Champ-de-Mars, champ de ruines !






L'un des plus beaux espaces de Paris est abîmé par une gestion municipale uniquement préoccupée d'événementiel. Et la perspective de sa mise sous le boisseau olympique fait craindre le pire à Jean-Sébastien Baschet, le président de l'Association les Amis du Champ-de-Mars.



Pelés et tondus
Pelés et tondus
La réalité de la gestion catastrophique de la mairie de Paris au Champ de Mars, est aujourd’hui indiscutable. Elle le reconnaît d’ailleurs elle-même. Ainsi peut-on lire sur son site « Les allées et chemins du Champ de Mars sont aujourd'hui, en effet, dégradés. En cas de pluie forte, ils se transforment en immense champ de boue, les rendant quasi-impraticables ».

Anne Hidalgo a fait de l’événementiel l’axe principal de sa mandature en tant que maire de Paris. Malheureusement, cette politique événementielle qui s’applique dans tout Paris, a été mise en œuvre au Champ-de-Mars, sans prendre en compte la réalité du site et ses enjeux.

La multiplication de l’événementiel sur le Champ-de-Mars, alors qu’avec 21 millions de visiteurs le taux de charge maximal du jardin est déjà atteint, à des conséquences dramatiques. Le capital végétal est aujourd’hui en danger : sur 1 800 arbres, seul 700 sont en bonne santé, nous apprend une étude récente de l’ONF.

Au-delà de l’enjeu écologique, en faisant de l’événementiel sa priorité, la Maire de Paris occulte les enjeux autour des 21 millions d’usagers naturels du site. Premier espace de vivre ensemble de la capitale, la cohabitation des usages est un enjeu absolument essentiel. Quand Madame Hidalgo privatise le Champ-de-Mars pour accueillir la fête nationale du Tatarstan, les usagers habituels du site ne peuvent plus accéder à l’espace ainsi privatisé. Familles avec enfants, joggers, sportifs, promeneurs, touristes, n’ont plus accès à l’espace clôturé et donc privatisé. Quel intérêt pour ces publics, d’avoir de longs discours en russe, non traduit ? Il apparaît clairement que cette politique événementielle est avant tout motivée par des intérêts particuliers, mais certainement pas par l’intérêt général.

La conséquence de cette politique événementielle, c’est la destruction du site. Par exemple, il a fallu plus de 500 000 € au frais du contribuable (et non pas de l’UEFA !), mais aussi un an de fermeture et de barriérage peu esthétique des pelouses, sur ce qui est pourtant l’une des plus belles perspectives de Paris.

En négligeant les usagers traditionnels, c’est-à-dire les 21 millions de visiteurs annuels, l’actuelle majorité de la mairie de Paris entache gravement l’image de Paris et de la France. Par exemple, en février, sur BFM, nous interpellions la maire de Paris sur l’état honteux, des deux seules toilettes du Champ-de-Mars. Une hygiène inadmissible, l’absence de poignée aux portes, de verrous, de papier toilette …

Force est de constater, que sept mois après, rien n’a bougé …

En 10 ans, la Mairie de Paris a investi 5 millions d’euros sur le Champ-de-Mars et voilà que soudainement en mai, on nous annonce que la ville va construire un mur pour sécuriser la tour Eiffel, pour un montant total de 21 millions d’euros (et on nous parle à présent de 30 millions d’euros). Là encore on marche sur la tête !

Si nous partageons nécessairement le souhait de la préfecture de police de mieux sécuriser, non seulement la tour Eiffel, mais aussi le site du Champ-de-Mars, le projet actuel d’Anne Hidalgo est inacceptable. D’abord sur la manière de faire, avec un recours à une procédure d’exception, permettant de ne pas réaliser un véritable appel d’offres (la diversité des projets aurait pourtant été un gage de qualité), de ne pas mener une étude d’intérêt général, de ne pas mener d’études d’impact. Ensuite sur la réalité du projet. La privatisation des jardins est contraire à la cohabitation des usages. Inutile d’être un génie, pour comprendre que plus un mur est long, plus il est compliqué de le sécuriser. Et comment comprendre l’installation de grilles métalliques sur les parties latérales, à l’endroit même où se fera l’accès du public ? N’était-il pas plus judicieux de tout faire avec le mur de verre, quitte à réduire son périmètre (entre les quatre piliers de la tour) ? Évidemment, ce mur ne réglera pas la question de la sécurisation des files d’attente pour passer les contrôles de sécurité. À l’évidence, c’est un projet coûteux et inefficace. Tous les experts en sécurité, avec qui nous avons pu échanger, nous ont confirmé que le risque zéro n’existe pas, surtout face à des gens déterminés.

Nous nous sommes donc mobilisés pour mener une action juridique contre la réalisation de ce projet. Grâce à vos dons, spécifiques sur cette question, nous avons pu faire travailler un avocat. Il apparaît malheureusement que notre seule voie de recours était d’attaquer le permis de construire, mais aussi que nos chances de succès étaient quasiment nulles. Nous avons donc préféré laisser tomber, car nous estimons que l’association n’a pas vocation à se battre pour des combats perdus d’avance.

Mais évidemment, nous continuerons à nous battre contre ce projet douteux.

Nous nous sommes également mobilisés sur la question des Jeux Olympique et de l’occupation prévue dans ce cadre au Champ-de-Mars. Nous avons rencontré Étienne Thobois, directeur général de Paris 2024. Nous lui avons signifié notre intention de déployer des bâches géantes sur les immeubles du Champ-de-Mars, lors de la venue du comité olympique. En effet, le projet d’implanter deux stades, de plusieurs dizaines de milliers de personnes sur le Champ-de-Mars, nous semble absolument totalement déraisonnable, au regard du retour d’expérience de la fan zone de l’Euro 2016. Nous avons trouvé un interlocuteur extrêmement bienveillant et soucieux de prendre en compte notre expertise sur le site. Nos échanges ont fait apparaître qu’alors que la question de l’héritage des J.O. reste une question essentielle, le Champ-de-Mars pourrait devenir l’héritier de ces JO, avec l’ambition d’en faire le plus beau jardin du monde. Car pour porter une telle ambition, il faut le financement et c’est l’opportunité de valoriser non seulement cette vitrine de Paris , mais tout un quartier .

C’est dans cet esprit, que nous nous sommes rapprochés de la mairie de Paris. Car en effet, c’est elle qui bénéficierait de l’enveloppe budgétaire pour action. Une première réunion a eu lieu à la mairie de Paris, avec Jean-François Martins, le 15 juin 2017. Ce dernier s’est engagé à revenir vers nous début juillet. Sans nouvelles, nous l’avons relancé fin juillet. À ce jour, malgré nos relances, nous n’avons plus d’interlocuteurs … Mais nous restons mobilisés, avec la ferme intention de faire entendre notre voix ! Certains adhérents nous suggèrent des actions spectaculaires et médiatiques. La suite au prochain numéro sur cette question.

Alors me direz-vous, tout ça c’est bien, mais on veut des résultats. Quid des rats, par exemple ! Quid du bruit !

Évidemment nous avons vocation à agir et croyez-moi, tous les membres actifs et opérationnels de l’association les amis du Champ-de-Mars, (nous sommes tous bénévoles), ne comptent pas leurs heures.

Mais nos moyens sont limités. Financièrement, mais aussi en terme de capacité d’action. Nous ne pouvons pas par exemple, nous substituer à la mairie de Paris, pour embaucher une société de dératisation.

Alors à quoi bon ?

Pour rappel, l’objet notre association est d’abord de porter une ambition. Celle de faire du Champ-de-Mars, premier site touristique français, poumon vert de Paris, le plus beau jardin du monde.

Le deuxième objectif de notre association est de défendre le Champ-de-Mars. Contre tout ce qui est de nature à le dégrader.

Pour ce faire, nous multiplions les actions de lobbying et de communication. Vous alerter, vous informer, créer du consensus, médiatiser, c’est empêcher l’inaction qui mène inéluctablement au déclin.

En septembre, nous sommes intervenus sur France 3, sur BFM, sur Europe 1, sur RTL, sur France bleue, dans le Figaro quotidien, dans 20 minutes, dans le Parisien.

Mais surtout, pour la première fois, nous avons lancé une action judiciaire devant le tribunal administratif contre la mairie de Paris, afin qu’elle soit officiellement condamnée pour sa mauvaise gestion, mais aussi, pour l’empêcher de changer l’affectation du Champ-de-Mars, de jardin à espace événementiel.

Grâce à notre action, les politiques sont désormais conscients, que sur la question du Champ-de-Mars, demain, ils devront rendre des comptes. Grâce à notre mobilisation, le Champ-de-Mars est redevenu un dossier sensible pour la Mairie de Paris.

Mais oui, les dysfonctionnements sont encore nombreux. C’est pourquoi, je vous demande de rester mobilisé et de continuer à supporter activement notre association.

Amicalement,

Jean-Sébastien Baschet


Jeudi 28 Septembre 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par poulbot le 28/09/2017 18:00
Quelque soit le système de sécurité employer pour sécuriser une zone, un endroit quel qu'il soit ; un terroriste arrivera toujours a ces fins de quelques façon que ce soit . La seul chose a faire pour éviter un temps soit peux un événement pareil est déjà pour commencer d'éviter que le terroriste entre sur le territoire.
De ce fait un retour de la masse de clandestins dans leur pays d'origine , ainsi qu'une fermeture des frontières est a faire le plus rapidement possible .par la même occasion, donner des moyens aux forces de sécurité afin quelles puissent sécuriser correctement les rues , villages, villes françaises.

2.Posté par Ichbiah le 28/09/2017 18:38
Comme le champs de Mars , l'esplanade basse du Trocadéro,
n'y a t'il pas d'espaces de présentation possibles dans Paris pour qu'a chaque manifestation ,
on couvre les bassins , construit des échafaudage disgracieux et couteux, des baraques dans
les allées, et au profit de quelle société mercantile?
Paris appartient a tout le monde et on ne peut accepter que moyennant finances quelques société se l'approprient pour des manifestations privées.
combien payent elle cette occupation et a quI
La Ville lumière devient triste et sombre, sale, on oublie en partant les barrières de protection qui attendent le prochain prédateur.
C'est odieux et ne choque plus personne.
C'est ce qui vo vient d'arriver toute cette semaine face a la Tour Eiffel.

3.Posté par Parisien le 29/09/2017 09:16
Je suis passé par le Champ de Mars encore très récemment et franchement choqué du bordel que la Mairie a installé. Il y a des barrières partout et dans tous les sens, des allées fermées, même la vue sur la Tour est polluée par tout ces bricolages.
Il n'y a pas si longtemps on pouvait s'y promener sans crainte. Aujourd'hui, il faut presser le pas car un sentiment de crainte vous envahit quand vous êtes dans les allées latérales.
En 2014 j'ai pris une photo de ma petite fille aux jeux pour enfants. C'est du passé, il ne faut surtout pas y retourner.
Les photos que j'ai prises comme beaucoup de touristes il y a quelques années vont devoir être conservées précieusement tant elles montrent un site très agréable.
Je ne sais pas si le Champ de Mars est l'espace qui montre le plus l'incompétence d'Hidalgo et surtout le gachis de Paris. Quelle honte!

4.Posté par Ichbiah le 29/09/2017 10:46 (depuis mobile)
En fait au Trocadero c’etait pour le defile Saint Laurent
N’y a t’il pas d’autres endroits pour faire defiler des mannequins?

5.Posté par poulbot le 29/09/2017 14:07
N'oubliez pas , Dimanche Notre Dame des interdictions a décréter avec sont bouffon Najdovski une interdiction absolu de circuler sur la totalité de la superficie de Paris , les taxi , les véhicules d'urgence, de secours et de dépannage, ainsi que les taxis et VTC devront circuler a 30km/ maxi , aucuns véhicules privé n'est autoriser a circuler . Il y a dans cette bouffonnerie une violation total du droit de circuler librement , une spoliation de la propriété privé , tout cela Pour satisfaire une bande de clowns vert . Les professionnels de la restauration, les bars vont en revanche avoir une perte importante de revenu étant donner que les clients ne peuvent venir chez eux, le service de transport en commun étant un service du dimanche ; même les scooter électriques en location, les autolib sont interdite. Cette interdiction est a mon sens un acte de terrorisme écologique sans précédent . La fermeture du périphérique ainsi que des bois de Boulogne et Vincennes ont été éviter de justesse , il est a parier que l'année prochaine cela ne sera pas le cas. L'économie de Paris est en mauvaise santé , la folle de Chaillot et sont bouffon de service n'en n'ont cure et continue de plus belle a mettre en place une interdiction permanente de possession et de circulation de véhicule privé pour les parisiens .

6.Posté par ichbiah Raymond le 03/10/2017 11:58
Et ça continue plan ce de la Concorde pour les assises de l'emploi
Résultat encore des tentes ( j'ai bien écrit tentes) provisoires
Chouette pour la Société Jaulin qui engrange les bénéfices.
Entre les nouvelles baraques a frittes, les chapiteaux souvenirs de Paris Made in Hong Kong
Hidalgo nous paupérise Paris, sale, racoleur, fête a peu-neu permanente, pour faire oublier le reste
les v barrières oubliées partout après chaque manifestation, des voies sur berges cyclistes dangereuses et finissant sur un mur après du pont d'Iéna ( c'est du provisoire a écris la Mairie de Paris, les travaux ne sont pas terminés, le Cocorico oui)
Quand Paris va créer un espace digne de ce nom pour recevoir toutes ces manifestations provisoires sans massacrer notre environnement.
Architecte, les Bâtiment de France m'ont emmerdé pour moins que ça, ils dorment?

7.Posté par ichbiah Raymond le 03/10/2017 11:59
A quand la journée sans Hidalgo
fixez la date on vous suit.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes