DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Christiane tire sur le code !



Chirstiane Chavane est de plus en plus fatiguée des réformettes macroniennes ...



LA REVOLUTION EN MARCHE (LREM)

Euh… C’est vite dit.

La Macronette du jour ce sont les ordonnances de la loi travail et la réforme (tte) du RSI.

On se demande comment les syndicats peuvent râler et les patrons applaudir… du moins sauf ceux du CAC 40 pour lesquels toute entrave à la liberté d’entreprendre limite les concurrents potentiels.

Quelques mesures phares nous éclairent :
- Simplification de la procédure de reconversion pour les salariés licenciés, bon OK, c’était une usine à gaz, ça deviendra une usine à pétrole.
- Plafonnement des indemnités prud’homales, mais en échange augmentation de 25 % des indemnités légales de licenciement. Le patron obligé de faire un plan de licenciement économique va le sentir passer, il n’a plus qu’à fermer directement, par contre les patrons voyous prendront moins de risques.
- Passage obligé par les conventions collectives, ce qui plaît à FO mais beaucoup moins aux TPE qui n’ont pas de représentation dans les instances « collectives » et n’ont donc pas voix au chapitre.
Et le RSI dans tout ça ? C’est bien de supprimer cette instance de bandits de grands chemins, mais adosser le régime des indépendants au régime général reviendra à leur faire payer des charges supplémentaires, notamment les Assedic, alors que jusqu’ici ils avaient la possibilité de prendre des assurances chômage privées plus intéressantes. Et puis c’est désormais l’Urssaf qui se chargera de récolter les fonds. Notez que c’était déjà l’Urssaf qui faisait les calculs pour les innommables agents du RSI. Les erreurs étaient nombreuses. Elles vont le rester puisque c’est le même logiciel. Mais si le RSI est un interlocuteur imbuvable, vous allez adorer l’Urssaf…
Cerise sur le rata : le plafond de CA des auto-entrepreneurs va doubler. Les artisans qui facturent la TVA vont adorer. Alors qu’il aurait été si simple d’en faire un démarrage d’activité et de mettre tout le monde au même diapason.


REVOLUTION REPUBLICAINE

Oui les électeurs voulaient se débarrasser d’une classe politique indigente pour faire place à des nouveaux issus de la société civile.

Le résultat est époustouflant. Outre le fait que la moitié des nouveaux députés LREM sont des minables grenouillant dans les instances du PS sans arriver à faire leur trou (et pour cause), nous avons droit à une cannibale qui mord les taxis et maintenant un bas du front juste bon à massacrer son interlocuteur à coups de casques. On savait que les discussions parlementaires étaient parfois animées, mais la bagarre, c’est nouveau sous la 5e. Et l’acharnement jusqu’à envoyer l’autre en soins intensifs, pas à dire, pour l’esprit de la démocratie, on repassera. Ça c’est du renouvellement ou je ne m’y connais pas.


BAISSE DES CHARGES

La hausse de la CSG pour les salariés, les transactions financières et les riches retraités de plus de 1200 euros par mois, c’est tout de suite. La baisse des charges salariales, c’est pour quand on pourra, donc aux calendes grecques, et la transformation du CICE en baisse de charges patronales, on n’en parle même plus.
Les retraités selon Macron sont des nantis, d’ailleurs ils sont habillés à l’œil en Vuitton, alors…
Du coup une vielle dame se fait attaquer en allant se recueillir sur la tombe de son mari, et se retrouve avec le col du fémur cassé parce que son agresseur pensait que les vieux étaient riches. Il a trop regardé BFMTV et écouté Macron. Cette pauvre femme avait une retraite de 800 euros/mois.
Mais les étudiants aussi sont riches puisqu’il faut leur sucrer 5 euros d’APL. Du coup Macron, qui ose tout, demande aux proprios de baisser le loyer de 5 euros. Il a dû oublier que ça représente au moins 3 euros de perte d’impôts. N’est pas financier qui veut. Apparemment faisander chez Rothschild est insuffisant. Pourtant il connaît les difficultés des étudiants : ne disait-il pas que lorsqu’il faisait sa prépa, il avait dû se serrer la ceinture avec 1000 euros par mois d’argent de poche ?

Mercredi 6 Septembre 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Didier le 06/09/2017 13:44 (depuis mobile)
Je suis d''''accord sur ce qui est dit sauf la TVA des auto-entrepreneurs. Ceux ci factures en HT mais ce qui est acheté pour réaliser un contrat est acheté en TTC. il n y a pas de possibilité de récupérer cette TVA pour un auto-entrepreneur. Donc la TV

2.Posté par Didier le 06/09/2017 13:49 (depuis mobile)
Pour finir mon commentaire précédent. Donc la TVA est donc incluse dans le prix facture par les auto-entrepreneur (sauf s'ils veulent faire des pertes) et ceci même si la facture est en HT!

3.Posté par Jojo le 06/09/2017 22:49
Mais Jupiter ne connaît que les retraitées Vuitton jupettes trop courtes ...

4.Posté par Christiane Chavane le 07/09/2017 11:45
@didier : oui vous avez raison : les AE ne récupèrent pas la TVA sur les achats, et si on calcule leurs charges sur le CA ils ne sont pas franchement mieux lotis que les autres au niveau du coût du travail. Le seul intérêt de la formule est la simplicité et le fait de payer en temps réel sans rattrapages parfois farfelus deux ans après, et sans l'opacité des coûts.
Mais ce n'est pas mon propos : dans la réalité il existe bel et bien un biais de concurrence du fait que les clients des AE sont surtout des particuliers, donc des gens qui paient la TVA à 10 ou 20% selon le cas puisqu'ils sont utilisateurs finaux. Selon vous ils incluent dans le prix facture la TVA sur achats : oui sans doute sachant que dans le cas des services, qui font le gros effectif des AE les achats sont limités et la TVA récupérable représente assez peu. L'artisan facturera évidemment le matériel fourni TTC, mais pas sa prestation. Il serait plus logique que tout le monde soit assujetti, quitte à s'arranger pour que les AE aient une procédure de paiement simplifiée.

5.Posté par Didier le 08/09/2017 10:48
Christiane merci pour votre réponse. Au passage je vous prie de m'excuser pour les fautes dans mon premiers message "facturent" s'écrit bien avec un "nt et non un "s" et celles que je fais dans ce message car je ne me relis pas!

Je suis d'accord avec ce que vous dites si le client final est un particulier. Ce n'est pas vrai si le client final est une entreprise. Ceci dit si les AE pouvaient récupérer la TVA, il est normal de facturer en TTC. Mais dans ce cas là, adieux, la simplicité du régime des AE. La France n'est pas reconnue pour sa simplicité administrative!

Par ailleurs, maintenant que les plafonds vont être doublés et que les AE devront facturer la TVA à partir d'un certain montant de chiffre d'affaires. Cela va être une sacrée usine à gaz! Les AE pourront ils récupérer la TVA sur les achats effectués dans le cadre de prestations qui auront permis de dépasser le seuil du chiffre d'affaires qui déclenche la facturation de la TVA (Oui ma phrase est un peu lourde mais j'ai pas trouvé mieux)? Il va falloir faire le tri entre les prestations qui ont permis de réaliser le CA en dessous duquel pas de TVA à facturer et les autres!

Mais ce problème de TVA qui est technique ne cache-t-il pas un mal plus profond de la France? Comment de simples particuliers qui font des prestations peuvent ils mettre en émoi tout l’artisanat de France? N'y aurait il pas un mal plus profond sur le cout des prestations réalisées par les artisans? Attention je ne dis pas que les artisans font des marges exorbitantes. Au contraire, je suis convaincu que les prix sont ce qu'il y a de plus raisonnable compte tenu de leur niveau de charges! Le problème ne serait il pas en réalité le niveau de charges des entreprises? La TVA ne serait elle pas l'arbre qui cache la forêt?

C'est un peu comme le débat sur les agriculteurs! Il nous est demandé si nous sommes prêts à payer plus cher nos produits pour maintenir le niveau de vie des agriculteurs. Et si tout simplement les charges étaient réduites? Est ce que cela ne permettrait pas aux agriculteurs de vivre décemment tout en maintenant des prix faible pour les consommateurs? Le problème des agriculteurs ne serait-il pas le niveau de charges des entreprises? Mais il est vrai qu'il est plus facile de culpabiliser les Français (et de taper sur la grande distribution) que s'interroger sur le cout de notre système social!

Et si ces sujets étaient volontairement entretenus pour faire diversion et ne pas avoir à s'attaquer aux vrais problèmes? Bon d'accord, j'arrive au niveau de la théorie du complot et ce n'est pas vraiment un argument!

6.Posté par Didier le 08/09/2017 10:50
Concernant cette reforme du code du travail, autre point qui m'interroge, l'augmentation des indemnités de licenciement de 25%! Je ne suis pas spécialiste donc ce que je dis peut être une erreur! Mais de 25% de quoi?

1er raisonnement: il me semble que les indemnités de licenciement sont calculées actuellement sur la base de 20% du salaire perçu. Si on multiplie 20% par 25% c'est à dire 0.2x0.25 le résultat est de 0.05 soit 5%! Les indemnités vont donc augmenter au final de 5% par rapport au salaire de base!

2eme raisonnement: s'il faut comprendre à 25%. C'est donc à 25% du salaire. Or avant c'était 20%. L'augmentation est donc de 25%-20% soit 0.25-0.2=0.05 soit 5% d'augmentation!

Et si j'ai raison, notre premier ministre est un remarquable enfummeur car il a fait passer une augmentation de 5 % pour une augmentation de 25%!

7.Posté par Christiane Chavane le 11/09/2017 16:34
@didier : sur la réforme des AE : évidemment vous avez raison. Tout ça sont des non réformes, ce que j'appelle des emplâtres sur des jambes de bois. Ça ne résout rien, ça empêche juste de faire les vraies réformes. Pour ce qui concerne le calcul des indemnités de licenciement, elles sont calculées sur le salaire brut et selon le temps travaillé. Les augmenter de 25% signifierait de les revaloriser globalement, après calcul, mais c'est trop simple pour un énarque, donc j'avoue ne pas connaître le détail du calcul dans ce projet et vous avez peut-être raison.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes