DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

L'exaspération monte, monte, monte ...



Notre fidèle lecteur Hauben Meise observe de temps en temps Broadcast for Macron (BFM) ...



On t'a reconnue !
On t'a reconnue !
Mardi matin vers huit heures, deux journaleux de BFM posent la question suivante d’un air ingénu :

« Faut-il supprimer les voitures des villes ? »

Après la sortie de l’inénarrable Aurore Bergé (Aurore, tu mérites du bâton !) comme suite aux avalanches imbéciles déclenchées par la non moins inénarrable Dame H, on les voit venir dès le premier virage, ces deux zigotos : en terrain conquis, pourquoi donc avancer à couvert ou en faisant des détours, je vous le demande un peu ?

Sur fond de chamailleries existentielles entre ladite Dame H et Jupiter 2.0, il s’agira, une fois encore, de tenter de démontrer que l’automobile n’est que néfastitude.

J’attends avec interêt le jour ou ©Delanoë sera vieux, fatigué et perclus de douleurs. Redevenu citoyen lambda (on peut rêver) comment traînera-t-il sa charrette à provisions pour rentrer chez lui au sortir du bazar de l’hôtel de ville (le vrai, celui dont le nom cache si bien une organisation exemplaire et qui a su, lui se réorganiser avec succès) ?

A la lutte contre les bagnoles pour laquelle les piétons et les cyclistes ont été offerts en holocauste (combien de morts à cause des voies pour bus à contresens et autre partââge de l’espace ?) pour démontrer leur dangerosité, on a associé l’invention du Vélib’©, gouffre financier à la réussite d’apparence, plus dédié à la ballade qu’au transport. Le tout avec la complaisance pour ne pas dire la complicité des médias.

Pourquoi ? Oui pourquoi ?

Car enfin, les Parisien-ne-s© avaient, avant tout, besoin de transports de masses, pratiques, silencieux, sûrs et rapides. En conséquence de quoi le sieur Huchon et son copain du bazar cité plus haut (le faux, cette fois) n’ont rien fait. Il est vrai qu’on ne peut tout à la fois subventionner les clubs de football et autres groupes de pression (eh oui, lobby ça veut dire ça) et améliorer le quotidien des payeurs d’impôts locaux.

L’automobile, on en a besoin pour transporter des gens qui ont des courses à faire et ne peuvent prendre le métro (pas d’escaliers mécaniques, insécurité, incivilité, saleté, parasites omniprésents, odeurs, bruit) ou le bus (la même chose, mais on remplace escaliers mécaniques par embouteillages permanents) ni même le taxi/Uber (idem que le bus, avec siège mais cher). Et les autos, puisqu’il en faut, autant pouvoir les garer. Tenez à Monaco, où Albert en a un peu plus dans le citron, il y a beaucoup de parkings pour que les gens se garent et n’encombrent pas les rues ; ce n’est pas cher et la première heure est même gratuite !

Quand on pense que la ville de Paris s’est payée des amendes à elle-même pour ne pas construire de parkings alors que la loi l’y obligeait…

Quant à la foutaise des Autolib’©, oubliez la !

L’automobile, les handicapés sont heureux de pouvoir l’utiliser (aveugles, paralysés ou… lumbalgiques) comme les personnes âgées ou ceux qui transportent leur bien le plus précieux, comme leur violon ou que sais-je encore.

N’oublions pas ceux dont le véhicule est d’usage professionnel.

Oui, vraiment, ça en fait du monde tout ça ! Sans parler des banlieusards qui en plus des impedimenta cités plus haut souffrent des pannes et retards incessants grâce à l’impéritie des deux déjà cités (pas à comparaître et c’est bien dommage).

Bref, on a de moins en moins l’envie de rester toujours et encore courtois, surtout après se les être faites briser menu depuis 16 ans.

Exaspérez-vous, vous dis-je !

Mercredi 6 Septembre 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Corail77 le 06/09/2017 18:28
Le plus drôle dans tout cela est que même les cyclistes dont je fais partie sont emmerdés par les aménagements sensés rendre la ville "apaisée". En effet, comment circuler lorsque l'on a le choix d'une piste cahotique envahie de piétons (car intelligemment mise sur le trottoir, avec des accoups à chaque intersection qui à la longue ruine les vélos) et une voie de bus plus agréable au regard du faible nombre de bus, mais squatté par moult taxis / VTC et bien sûr soumis à la joie des feux rouges désynchronisés (à croire que c'est vraiment fait exprès) et des séparateurs qui empêchent de doubler un bus / un taxi / un VTC à l'arrêt et de remonter les files au feu. Du coup, je prends carrément la voie "automobiles" et me risque même à contre-sens pour remonter les files (ce que font aussi les 2 roues d'ailleurs dans l'autre sens).
Ces socialistes vont tous nous rendre chèvre !

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes