DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

La France malade de macronite





Votre ultime Pot-aux-Roses de Hollande !



Liberté de la presse et pluralisme sous Macron
Liberté de la presse et pluralisme sous Macron
1 – Que ceux qui refusent l’islamisme fassent barrage à Macron ou qu’ils se taisent à jamais !


Avec tous ces gens qui veulent « faire barrage » par les temps qui courent, nous n’allons pas manquer d’hydro-électricité. Grâce à cette élection, on peut déjà remiser nucléaire, thermique et éolien : l’eau, mon cher, l’eau vous dis-je, c’est là que nous trouverons toute notre énergie.

Pour ne pas être en reste, j’ai décidé de construire mon barrage personnel. Et ce sera pour conjurer mes lecteurs de ne pas voter pour Macron. Votez Le Pen, blanc ou abstenez-vous, mais de grâce : pas cette imposture nommée Macron.

Il sera temps un jour de revenir sur les conditions éminemment suspectes de son émergence médiatique. Ces dizaines de couverture de magazines alors qu’il n’était qu’un ministre démissionnaire comme la Cinquième République en a connu tant, cette invitation à figurer dans le débat à cinq alors qu’il n’était ni élu ni dirigeant d’un grand parti, ce silence gêné à chacune de ses bourdes, aussitôt remisées sous le tapis journalistique. A l’évidence, le bonhomme est soutenu par des intérêts puissants.

Mais nous sommes aujourd’hui au pied du mur. Dimanche, il faudra choisir. Macron incarne à la perfection les trois maux de la France. D’une part, la domination sourde des grands corps sur l’appareil d’Etat, véritable verrou à sa réforme quand ils défendent leurs privilèges. D’autre part, la soumission à la technostructure européenne et aux milieux financiers internationaux, qui refinancent notre dette à la seule condition que nous acceptions une monnaie qui asphyxie nos PME et génère un chômage de masse. Enfin la capitulation face à la montée de l’islam intégriste et de son communautarisme intolérant.

En vérité, c’est ce dernier point qui est le plus inquiétant. Car il suffit de se promener dans de nombreuses banlieues et centres villes de France pour se rendre compte qu’une guerre des berceaux a commencé. Les femmes voilées sont de plus en plus nombreuses, presque majoritaires dans certaines rues et, souvent, elles ne parlent pas français à leurs enfants. Ce n’est plus une bombe à retardement, c’est une menace terrible pour la République.

Pour une raison qui tient au mot peur, depuis deux ans, une majorité de Français ne veut pas voir le problème. Conditionnée par les médias, elle serine sur l’air du « pas d’amalgame » et du « vous n’aurez pas notre haine » qu’il ne faut pas s’en prendre à une religion qui n’aurait rien à voir avec ses débordements criminels. Ceux qui disent ou pensent cela n’ont ni lu le Coran ni observé ce qui se passe dans le monde entier.

Macron est sans aucun état d’âme le héraut de cette démission. En fait de laïcité, le programme qu’il distribue mentionne surtout : « qu’il ne faut pas interdire le voile à l’université » ! Autant dire qu’avec lui la bataille est perdue avant d’avoir été livrée.

Tout le projet socio-économique de Macron est de porter plus loin la vision de Terra Nova et les tripatouillages de Hollande : on essorera davantage encore les classes moyennes, surtout du privé, on maintiendra autant que faire se peut la bureaucratie auto-proclamée « modèle social français » - dont vivent les bobos et qui absorbe près de 60 % de la création de richesses - et on donnera, sous prétexte de lutte contre les discriminations, suffisamment de crédits aux banlieues en espérant que les Salafistes veuillent bien se tenir à carreau. L’espoir fait vivre mais il est parfois mortel …

Je fais même le pari que, si Macron était élu et si la situation communautaire dégénérait, il se saisirait du premier acte antimusulman venu et des pouvoirs de l’état d’urgence pour s’en prendre à l’opposition. Comme toujours dans l’Histoire, le danger dictatorial change de visage d’une génération à l’autre.

Nous sommes en réalité face à un phénomène très inquiétant de prise de pouvoir personnel qui ne dit rien de ses intentions politiques réelles si ce n’est qu’il continuera à se plier à l’Europe des oligarques.

Macron entend gagner en faisant croire aux Français qu’ils pourront se dispenser d’efforts réels, au contraire de ce que préconisait Fillon. Il leur murmure qu’ils pourront également éviter d’affronter les ennemis de la République, à rebours de ce que suggère Le Pen. Sa réforme molle et ses accommodements raisonnables ne sont que tromperies.
Pour toutes ces raisons érigeons, nous-aussi, un barrage ; il permettra au moins d’éviter une vague Macron aux législatives et de l’empêcher de trop nuire dans les années qui viennent.


2 – Qu’est-ce que la macronite ?

Mais que veulent donc les Français ? Au train où vont les choses, il est probable que l’Assemblée nationale soit livrée aux alliances de circonstances, majorités de compromis et coalitions instables.

Macron s’est instillé dans le système politique comme une peste, un bacille qui a entamé la destruction des vieux appareils politiques. Ils se rendent soudain compte du péril mortel qui les menace et, alors que les Républicains se déchiraient à qui mieux-mieux, voilà qu’ils se sont mis d’accord pour se ranger derrière François Baroin le temps d’une campagne électorale.

Certains au PS sont tentés de marcher vers la soupière Macron mais ce clair brouet ne pourra être distribué qu’à peu d’entre eux et il est donc logique de penser que le parti maintiendra pas mal de candidats dans ses anciens bastions.
La multiplication des triangulaires et quadrangulaires rendra le résultat de ces joutes incertain.

Mais n’est-ce pas ce que les Français désirent ? Un pouvoir faible qui ne pourra les contraindre à se réformer et à rembourser les dettes énormes du pays.

La macronite s’attaque certes aux vieux partis. Mais elle est également une maladie auto-immune qui peut détruire à assez brève échéance celui qui l’aura inoculée à notre pays.


Mercredi 3 Mai 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Guillaume_rc le 03/05/2017 15:30
"alors que les Républicains se déchiraient à qui mieux-mieux, voilà qu’ils se sont mis d’accord pour se ranger derrière François Baroin le temps d’une campagne électorale."
La situation de LR est certes plus engageante que celle du PS.
Néanmoins, tant qu'ils ne se seront pas débarrassé d'un certain nombre de boulets sans convictions fortes (NKM, Raffarin, Le Maire....) et maintiendront des vieux caciques hors d'âge, ils ne gagneront pas.
Plus généralement, que de temps perdu depuis 2012 !

2.Posté par Jouve le 03/05/2017 15:49
Alors ? Une seule alternative ! Vous savez ce qu'il faut faire et surtout - dire -, et avant dimanche !

3.Posté par stal19e le 03/05/2017 16:00
Ras le bol de macron . Toute la journée du macron en veux tu en voilà . Il va faire comme son mentor du 60% favorable et dans 15 jours il va redescendre comme hollande à 13 ou 14 %. Quelle mesquinerie de faire croire que c'est pas un candidat du parti socialiste .
En fait hollande avait un râteau gagneur cote gauche du râteau hamon côté droite du râteau macron .

Une honte de voir les Républicains se coucher devant le parti socialiste après des mois de critique ,tout ca pour appeler à voter socialiste 2 minutes après les résultats du premier tour . Plus jamais je ne voterai LR ou quelque chose qui y ressemble ,plus jamais . Et je voterai encore moins macron bien sur .

4.Posté par phidias le 03/05/2017 16:26
On peut déjà prédire un quinquennat faible, pro-islamiste, immigrationniste, fou de la dette, pro-GPA, européiste, pacifiste, bobo, et pro-minorités, bref un enfer hédoniste pour neuneus,, dinks, marginaux,, et revanchards. A fuir. il faudra voter Lepen pour réduire les marges de manœuvre de cet énergumène hollandien, hystérique, piloté par des financiers et des pubards, puis lui voter une cohabitation pour le tenir en laisse.

5.Posté par Parisien le 03/05/2017 17:15
J'ai entendu ce matin sur Broascast For Macron que celui-ci gouvernerait par ordonances pour appliquer la loi Kromri dans sa version initiale. Ce qui amène 3 remarques:
- la CGT et FO ont protesté pendant 2016 pour lutter contre une version allégée de la loi et voilà que ses dirigeants semblent prêts à voter personnellement pour Macron qui leur imposera la version originale et peut-être même durcie.
- utiliser les ordonances est plus anti-démocratique que le 49.3 car le parlement n'a pas son mot à dire. C'est le début de la dictature quand une poignée d'individus dirigent sans le peuple.
- les candidats à une investiture Macron devront quitter leur parti d'origine PS et LR. Donc ils doivent renier leur "foi" et abandonner leurs cotisations au nouveau parti présidentiel. A terme, l'opposition n'aura plus les moyens de son action. Comme l'a rappelé Delanopolis à propos d'une déclaration de Delanoé, on semble revivre la montée du pouvoir en Allemagne suite à la crise de 29. Un pouvoir personnel et plus d'opposition. On dirait la Turquie?

Et tout le monde se précipite dans le gouffre!

6.Posté par Jean-Pierre le 04/05/2017 09:40
Dans le contexte d'un 2è tour largement dominé par Macron si l'on en croit les médias et sondages, je vois mal qu'il puisse échouer au pied du podium.
Par contre, la question cruciale est bien la majorité législative sans laquelle le Président a peu de pouvoirs - défense, affaires étrangères, et chrysanthèmes.
Je ne crois pas que Macron puisse remporter une majorité avec des amateurs débutants en politique, et les ralliements socialistes qui se font plus clairs.
Ingouvernable fatras à l'assemblée tiraillés de tous côtés...
Macron ne terminera pas son mandat, la République va finir par faire sa révolution comme annoncé dans un essai politique par un certain... Federsbush

7.Posté par Christiane Chavane le 04/05/2017 10:28
@parisien
Précision sur la première mouture de la loi El Khomry : il y avait un article (article 1) qui générait l'acceptation du communautarisme musulman en entreprise et que la droite avait réussi à faire abroger. Je suppose que cet article reviendra sur le tapis (de prière).

8.Posté par Temple le 04/05/2017 17:55
Tel sera fait selon vos désirs Ô grand Castor !

9.Posté par Challier le 05/05/2017 18:33
La Republicca et La Stampa ont pris très au sérieux la couverture de" Garçon" du 26 avril 2017, que l'on voit ci-dessus, tout en haut.
EM aux deux alliances en métal, se donne beaucoup de mal pour dissiper les rumeurs concernant Mathieu Gallet. Et s'il était multipropulsé ?
Quand EM a manqué son rendez-vous avec Mathieu, on dit qu'on a posé un clairon et non pas un lapin.
Pourquoi chers amis ? Rions de bon cœur !
Vous aurez la solution le 7, au café du Pont Neuf.

10.Posté par Bergson le 05/05/2017 22:42 (depuis mobile)
Macron est l'' idiot utile de la finance et des représentants des partis obsolètes..
Il est est de surcroît celui qui peut concrétiser et finaliser le grand remplacement.
Il use et abuse de la naïveté du peuple Français qui devra affronter la Charia

11.Posté par Bergson le 05/05/2017 22:42 (depuis mobile)
Macron est l' idiot utile de la finance et des représentants des partis obsolètes..
Il est est de surcroît celui qui peut concrétiser et finaliser le grand remplacement.
Il use et abuse de la naïveté du peuple Français qui devra affronter la Charia

12.Posté par blum le 06/05/2017 19:22
Comment expliquez-vous que le Crif appelle à voter Macron? ( avec les représentants de l'islam en France, pour longtemps, on l'a compris ?

13.Posté par Challier le 06/05/2017 23:34
Emmanuel en hébreu signifie "Dieu avec nous".
D'après Matthieu I,231,23 interprétant Isaïe VII,14, c'est le nom messianique du Christ.
Christ vient de Khristos, traduit de l'hébreu Mashiah et signifie "oint".
L'oint du Seigneur est Jésus, qui signifie sauveur en araméen, langue des Esséniens qui nous ont légué les manuscrits de la mer morte qui sont des rebuts de textes corrigés ultérieurement.
Lorsque l'archange Gabriel a annoncé ce nom araméen à Marie, elle s'est beaucoup inquiétée.
Certains historiens expliquent que l'Islam, créé par une secte judéo-chrétienne dissidente a été conçu et voulu par les Hébreux pour anéantir les chrétiens. Mahomet connaissait parfaitement la Torah et a fait lapider une femme adultère dans une ville où ce châtiment était en désuétude.
Au contraire des chrétiens qui se souvenaient de "que celui qui n'a jamais péché, lui jette la première pierre". Tout le monde a alors regardé par terre et s'en est allé. Jésus rajouta pour la femme "va et ne pèche plus".
Voilà pour nous éclairer.

14.Posté par Challier le 06/05/2017 23:38
Errata : C'était Matthieu I,21,-23.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes