DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Le baiser qui étouffe


Du nouveau à l’affiche des PS’ Folies !



Le baiser qui étouffe
L’une des plus gênantes conséquences, pour Delanoë, de l’apparition puis de la montée en puissance de Martine Aubry dans la course au leadership socialiste, c’est qu’elle l’a forcé à s’aboucher avec François Hollande au risque de l’asphyxie.

Foin de fausse modestie : félicitons-nous de la clairvoyance de notre dernier article « Congrès Pride » au sujet de la foire d’empoigne socialiste. Comme prévu, il y aura bien trois équipées sauvages, arbitrées par la « gauche » du parti : celles d’Aubry, Delanoë et Royal. Le problème pour Delanoë est que son allié de circonstance, Hollande, n’est manifestement là que pour mieux l’utiliser contre les deux autres et lui faire in fine le coup du baiser qui tue.

Hollande ne songe bien sûr, comme Delanoë, qu’à la candidature en 2012. Il entend d’abord écarter le péril aubryste puis tout risque de primaires, incontrôlables à son goût et qui risqueraient de tourner à l’avantage de Ségolène ou DSK. De plus, Hollande se méfie des relais médiatiques de Delanoë, journalistes et sondeurs, en pleine action en ce moment pour faire croire que ce dernier est en tête du tournoi, ce que rien en réalité ne démontre. Pas né de la dernière pluie, le premier secrétaire sortant a dû se dire qu’il valait mieux s’allier à Delanoë aujourd’hui pour le surveiller et le percer d’un coup de dague dans le dos, le moment venu. Et d’entraîner certains de ses fidèles, comme Ayrault ou Rousset.

Parions que le climax de cette entourloupe se jouera entre le congrès et la désignation du nouveau premier secrétaire, séparés de quelques jours où tous les coups et les renversements d’alliances seront permis.

La guerre de succession au PS ressemble de plus en plus à ces tragédies grecques dont tout le monde sait, y compris les personnages, qu’elle va mal se terminer pour eux mais dont personne ne parvient à arrêter le « fatum », la loi du destin. Ressembler à une tragédie grecque … enfin, le talent en moins.

Lundi 22 Septembre 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis