DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Le chapeau de Jaurès

Historique : le Delanopolis vole au secours du parti socialiste !



Le chapeau de Jaurès
Ségolène, Martine, Bertrand, Dominique, Laurent, Lionel, François, Henri, Jack et les autres : pousserez-vous bientôt vos derniers barrissements ?

Manuel, Arnaud, Pierre, Benoît, Vincent, Jean-Christophe, Julien, Gaëtan et les autres : parviendrez-vous jamais à lever la trompe ? Mais comment se mettre d’accord, ne fût-ce que pour organiser un scrutin et en accepter un temps le résultat, quand chacun espère, envers et contre tous et toutes, être l’Elu, le Seul, l’Unique, rêve poursuivi depuis sa plus tendre enfance ?

Ségolène, Henri, Bertrand, Dominique, Laurent, Martine, Lionel, Jack, Manuel, Pierre, Arnaud, Vincent, François, Jean-Christophe, Julien, Benoît, Gaëtan et les autres, écoutez bien ! Le Delanopolis, vraiment très grand seigneur, vous donne LA solution.

Il est logiquement démontré qu’il n’existe en pareille situation qu’une seule méthode pour conjurer le mauvais sort. Allez donc au plus vite à Castres rendre visite au musée Jean Jaurès. Demandez au conservateur de vous ouvrir la vitrine où est rangé le melon de l’auguste tribun. Prenez chacun un petit morceau de papier et inscrivez-y votre nom. Placez-le dans le prestigieux couvre-chef. Demandez ensuite à Mazarine P., les yeux bandés, de tirer un premier papier. Celui désigné par le sort choisira ce qu’il veut par-dessus tout : la candidature suprême.

Un nouveau tirage permettra au second de se réserver une compensation : Matignon, le Quai d’Orsay, Bercy, la présidence de l’Assemblée, une ambassade, le Conseil constitutionnel, peu importe… Le troisième et le quatrième feront de même avec ce qui n’a pas été pris avant eux et ainsi de suite pour les autres. Après cela, selon la formule rituelle à peine amendée, ce sera : « un pour un, advienne que pourra ! ». Chacun s’engagera par écrit à respecter le verdict du destin. Ce système garantira à tous une chance, faible mais objective, d’être élu en 2012. Alors que vous n’en avez aucune en allant à la bataille dans la dispersion. Il vous garantira surtout d’être dignement servis en lots de consolation, ce qui est toujours bon à prendre, n’est-ce pas ?

Ne restera alors qu’à convoquer une conférence de presse pour annoncer, qu’indignés par tant de manipulations médiatiques, vous vous êtes rendus compte que ce qui vous rapproche est plus important que ce qui vous divise et, qu’au terme d’un débat approfondi et un examen de conscience collectif, une ou un d’entre vous est apparu (e) comme le (la) plus apte à être le (la) dirigeant (e) du parti et briguer, un jour, la magistrature suprême.

Ainsi, unis comme au temps du père François, vous aurez sauvé le socialisme à la française de son naufrage.




Lundi 17 Novembre 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes