DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Macaq sent toujours le hareng

L'association "Macaq", véritable bras armé de Delanoë contre la mairie du 17ème arrondissement, donne dans l'activisme tous azimuts. Au point de tenter de s'emparer du travail des autres, en l'occurrence le "Carnaval de Paris", d'après les fondateurs de ce dernier qui n'entendent pas se laisser faire.



Macaq sent toujours le hareng
Confortablement installée au 123 rue de Tocqueville, dans le "beau" 17ème, l'association Macaq a compris comment se loger gratuitement ou presque à Paris. D'abord, vous squattez un immeuble. Ensuite, ledit immeuble est préempté par la ville qui vous le remet aussi sec à disposition moyennant une indemnité d'occupation largement couverte par les subventions en tous genres que vous recevez. C'est Delanoë lui-même qui, dans un compte-rendu de mandat de décembre 2006, annonça la bonne nouvelle de la préemption à ses jeunes émules. Et, s'agissant des aides diverses et variées reçues par Macaq, Geoffroy Boulard, un élu du 17ème arrondissement, a fait le calcul : "dans le budget prévisionnel 2008 de cette association, il apparaît que les MACAQ bénéficient de 278 211€ de subventions, soit un total de 2140 € par adhérent ! Un record à Paris. Faut-il rappeler la subvention théorique autour de laquelle s’articule généralement le montant de la subvention totale de la Mairie de Paris, soit environ 13 € par licencié ?"

Le père fondateur de ladite association, un dénommé Julien boucher, plutôt enjoué et spontané au demeurant, est par ailleurs conseiller socialiste du 17ème depuis les dernières élections municipales. Bref, une affaire de famille. A ses heures perdues, ce bon militant enregistre des vidéos où il parodie "Maréchal nous voilà" en "Sarkozy nous voilà" (cliquez ici ). Les Macaq font tout pour occuper le terrain : brocante, vide-grenier, friperie, expos, (le plus souvent agrémentés de l'adjectif "solidaire" cela va de soi) et servir de point d'ancrage à la tentative de conquête de l'arrondissement par le PS.

Il semble, qu'emportée par son élan et sa volonté d'essaimer dans Paris, cette machine de guerre ait un peu forcé la dose. En témoigne, le courrier ci-après, reçu d'un lecteur.

" Bonjour,

Le succès grandissant du Carnaval de Paris libre, bénévole, gratuit, apolitique et populaire qu'organise depuis 1997 l'association DROIT A LA CULTURE se confirme un peu plus chaque année. Cependant, le succès attire les convoitises. Ces temps derniers, l'association MACAQ démarche un peu partout en se prétendant abusivement être "l'organisateur du Carnaval de Paris" et cherche à récupérer et détourner la fête pour obtenir publicité, confiance et subventions.

Ces agissements indélicats nuisent à la bonne santé du Carnaval de Paris et à la joie parisienne.

L'Association DROIT A LA CULTURE, fondée par Alain RIOU et présidée aujourd'hui par Basile PACHKOFF, est le seul organisateur officiel du Carnaval de Paris. Les documents officiels, preuve incontestable, sont à la disposition de qui le souhaite, pour 2008 et 2009 notamment.

Depuis le premier cortège sorti en 1998, les participations d'associations ont été variées et toujours plus nombreuses. Le Carnaval de Paris a toujours été un moment festif et tout s'est très bien passé avec les différentes associations, à une exception près. Au même titre que quantité d'autres associations, l'association MACAQ participe au Carnaval de Paris. Elle le fait depuis 2003. Ces derniers temps, et notamment en 2008-2009, l'association MACAQ s'est autoproclamée “organisateur du Carnaval de Paris”, à grand renfort de publicité auprès des différents médias, autorités et participants. Cette auto-proclamation est une usurpation, et tend clairement à s'attribuer l'œuvre d'autrui.

Alors que le seul but du Carnaval est de se distraire en respectant organisateurs et participants, l'appétit de pouvoir de MACAQ et ses méthodes agressives montrent que cette association cherche autre chose que la fête en se présentant comme son organisateur.

Rappel des faits :

L'association MACAQ s'autoproclame “organisateur officiel” :

- en présentant son site www.carnavaldeparis.org comme “le site officiel du Carnaval de Paris”. Ce site plagiera durant des années les sites www.carnaval-pantruche.org et www.carnaval-paris.org

- en diffusant quantité d'informations erronées et fantaisistes telles que : “50 000 participants au Carnaval de Paris 2009”.

- en annonçant pour le Carnaval, depuis 2008, un thème de son choix différent du thème officiel.
(les affiches officielles du Carnaval de Paris depuis 1994 sont déposées à la Bibliothèque Nationale de France et visibles sur la page “Les affiches” du site de l'association DROIT A LA CULTURE : http://carnaval-paris.org)

- en communiquant partout en 2009 à la presse et sur son site Internet un itinéraire traditionnel amputé (le départ traditionnel étant le bas de la rue Le Vau et non la place Gambetta)

- en sortant en 2009 une soi-disant “Vidéo officielle du Carnaval de Paris 2009 organisé par MACAQ”...

L'association MACAQ ne respecte pas le Carnaval :

- en trompant les participants au Carnaval de Paris, dont une grande partie a délaissé la rue Le Vau le 22 février 2009 et rejoint la place Gambetta croyant que c'était le point de départ du cortège. Basile PACHKOFF et les organisateurs du Carnaval de Paris ont alors gagné la place Gambetta pour prendre la tête du Carnaval. Quand ils traversaient la place, ils ont été hués par un groupe de membres ou sympathisants de l'association MACAQ. Ce comportement est inadmissible et absolument contraire à l'esprit du Carnaval. MACAQ a clairement cherché ce jour-là à exclure du Carnaval de Paris ses propres organisateurs ! (incroyable mais vrai).

- en cherchant systématiquement à imposer aux autres participants un rythme de progression. Or, celui-ci est fixé par la préfecture de Police. L'association MACAQ, comme tous les autres participants, doit donc respecter le rythme défini par la voiture de police ouvrant la voie au cortège.

- en organisant un “service d'ordre” dont l'action est contraire à l'esprit même du Carnaval, puisqu’il s'applique tout le long du parcours à empêcher le public de rejoindre le cortège du Carnaval.
Or, une base essentielle du Carnaval, qui distingue cette fête populaire traditionnelle d'un spectacle de rue avec public et spectateurs est que tous peuvent au choix et à tous moments participer ou assister et se joindre au cortège.

MACAQ crée ce problème au Carnaval de Paris depuis 2005 et il s'est accentué en 2008. Si cette conception différenciant le public et le Carnaval triomphait, ce serait la fin du Carnaval.

Il n'aurait plus de “Carnaval” que le nom. Ce serait juste un spectacle de rue parmi d'autres. Cette initiative pour vider le Carnaval de sa substance au nom d'une imaginaire “sécurité” par ailleurs très bien assurée par la police, est l'œuvre d'une seule association et n'est pas validée par l'organisateur officiel du Carnaval. On peut d'ailleurs regretter que tant d'énergie soit mise dans une mascarade de service d'ordre, ne faisant que déranger participants et spectateurs. Pour information, plusieurs associations et participants se sont déjà plaints du comportement du “service de sécurité” de MACAQ.

Mise en garde :

Si l'association MACAQ souhaite continuer à participer au Carnaval de Paris, elle doit commencer par en respecter le principe, les participants et spectateurs et la seule association organisatrice : DROIT A LA CULTURE. MACAQ doit également cesser de prétendre à des subventions en tant qu'”organisateur du Carnaval de Paris”. Il est inadmissible que MACAQ détourne ainsi l'argent public, pendant que DROIT A LA CULTURE assume par elle-même les frais divers, par exemple l'assurance de la fête.

Tel est l'intérêt de la fête et des Parisiens que nous défendrons comme nous l'avons toujours fait.

Durant des années l'association MACAQ a ignoré nos doléances. Il est bien triste d'avoir aujourd'hui à rendre public une telle mise au point et les organisateurs du Carnaval de Paris ont toujours voulu éviter cela. Mais la gravité des incidents survenus en 2009 nous y oblige.

Si l'association MACAQ n'arrête pas sa tentative de se faire passer pour organisatrice officielle du Carnaval de Paris, si elle continue à chercher à usurper ce titre, si elle continue à chercher à détourner et dénaturer cette fête populaire pour la détruire et en faire autre chose, l'association Droit à la Culture usera de tous moyens légaux, y compris judiciaires, pour faire cesser ce trouble.

Afin que tous les festifs parisiens puissent Carnavaler dans la Joie et le Respect en 2010 et par la suite. Le Carnaval de Paris 2010 défilera le dimanche 14 février 2010 jour de la Saint Valentin, d'où un thème 2010 tout trouvé : “l'Amour” !


Paris, le 30 avril 2009.

Basile PACHKOFF, artiste peintre, poète, carnavaleux.
Président de l'association DROIT A LA CULTURE "


Toute cette histoire donne le pénible sentiment qu'une sorte d'activisme de rue et d'occupation de terrain se met doucement en place sous prétexte d'animation et que le visage souriant de la "fêêêêêête" chère à Delanoë pourrait facilement prendre un aspect grimaçant. Bref, il faut ouvrir l'oeil.





Dimanche 10 Mai 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par bidibul le 03/07/2009 12:50
Le comportement de squatters (revendiqué : ses locaux rue de la Jonquière et à Tocqueville sont des squats) de l'association se retrouve dans cette manifestation.

Il suffit de voir les sites web : http://carnaval-paris.org a été déposé en 2000 par l'association organisatrice Droit à la culture et le nom de domaine carnavaldeparis.org a été déposé par Macaq en 2006. On voit dans le choix de l'intitulé et de l'extension la volonté d'induire en erreur.

2.Posté par Xavier Duchaussoy le 02/08/2009 22:52
Je vous renvoie le site du Carnaval de Paris actuel pour lire le mot du président sortant de MACAQ, qui répond au pdt de l'association.

Tous les bénévoles sont les bienvenus du moment qu'ils sachent travailler en équipe, ce qui explique le succès grandissant de cet évènement.

Un Carnaval n'a pas de père ou de propriétaire, il n'a que des acteurs.

3.Posté par Quema le 06/10/2009 01:05
Auriez vous la bonté de détailler un minimum le chiffre que vous avancez de subventions qui est assez malhonnête dans son compte? Notamment distinguer demandes de subventions et versements réels, et les contrats d'aide à l'emploi.

La présente semble en effet mélanger le tout comme une subvention de la ville de Paris.


4.Posté par pas content le 15/02/2010 13:31
Cet article est faux de bout en bout. C'est vraiment du n'importe quoi.
Le carnaval a été crée en 1411 alors déjà vos droits de revendications comme quoi s'est untel ou untel qui est fondateur, cela ne tient vraiment pas la route.
Deuxio : avant cela s'appelait le cortège du Bœuf Gras, puis cette manifestation a été interrompu pendant 45 ans de à 1943 à 1998. Et c'est l'homme politique Alain Riou qui le remis à l'ordre du jour.
Maintenant les Macaq dont je ne fais pas parti, sont bien les seuls à essayer de faire bouger les choses au niveau associatif.
Dans le monde où nous vivons, si vous n'avez pas de contact dans les affaires politiques, vous pouvez aller vous brosser pour trouver une quelconque aide financières.
Et pour le mot squat, cela ne veut rien aussi, cela s'appelle une réquisition de lieux inhabité.
Franchement vous n'y connaissez rien, et en plus vous cracher dans le dos d'une Asso qui essaye de se bouger pour faire évoluer les choses.

Vous êtes pathétiques.


5.Posté par enfin un site avec commentaires sur les macaqs le 21/04/2010 21:28
c'est vrai ce que l'article dit.
ils ont déjà fait la même chose avec le mouvement "squat", j'ai entendu julien dire devant moi qu'il s'en foutait des artistes. Pourtant "artistique" est bien un composant du nom macaq (mouvement associatif culturel artistique de quartier).
après le mouvement squat, ils ont sucés les étudiants pour en profiter et en mettre quelques-uns dans la précarité. Ce serait vraiment bien d'éclairer les gens sur leurs intentions.

6.Posté par Voisin de l'association Macaq le 05/06/2010 20:08
En effet, l'association Macaq me donne envie de bouger ; plus précisément envie de porter plainte pour tapage diurne.

En effet, tous les week-end à la belle saison leurs concerts dans l'ancienne station service de la Porte d'Asnières sont joués à un volume beaucoup trop fort pour un lieu dont ce n'était pas là la destination première et qui n'a évidemment pas été conçu pour ça en termes d'insonorisation.

Il me semble que j'ai le droit de garder mes fenêtres ouvertes les soirs comme ce soir où il fait bien chaud, mais Macaq semble en avoir décidé autrement. Pourtant j'aime bien le genre de musique qui est jouée...

Je vais donc me renseigner sur les recours qui existent contre ce genre d'excès ; je crois que tout Parisien à le droit d'avoir un minimum de tranquillité le week-end, non ?

« la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres », comme le précise l'article 4 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789.

A bon entendeur, salut.

7.Posté par ancien macaq le 28/07/2010 17:03
Franchement bravo pour faire une page ou il y a des commentaires sur les macaq!
Les organisateurs de macaq sont des vrais profiteurs, ils ont utilisés un grand nombre de bénévoles qui croyaient vraiment en ce qu'ils faisaient, puis les ont jetés.
La preuve : plus aucun des anciens qui ont fait de l'association ce qu'elle est ne figure sur le site officiel de l'association à part de julien, son frère et sa femme!
Ils se vantent d'être "solidaire" dans tout ce qu'ils organisent mais ce n'est que pour devenir plus populaire et probablement on verra bientôt dans les listes d'élection quelqu'un qui essaye de tirer encore plus de profit de sa popularité accomplie sur le dos des autres et des actions médiatisées et "solidaires".
Et oui c'est ça la démocratie : accumuler des actions dites solidaires bien médiatisées, profiter des idéalistes et grimper sur l'échelle en laissant les autres en bas.
C'est en tous cas un exemple assez intéressant de bobos qui jouent à la révolution pour duper les autres, n'oublions pas : la révolution c'est l'opium des cons! et ça marche encore en 2010!

8.Posté par Patlegouen le 29/06/2011 15:15
J'ai pas mal travaillé pour MACAQ il y a deux ans, quand j'étais encore intermittent. Il est vrai que certaines pratiques étaient... Très spéciales. L'ambiance « association  de quartier » était quand même une superbe façade irréprochable. Qui pouvait reprocher quoi que ce soit à ces GO (gentils organisateurs) qui s'occupaient de l'animation de rue?

Et bien il y a deux ans, j'ai tout plaqué! Ras le bol des connivences étranges avec les gauchos ultra intégristes! Il y a même des utilisations encore plus obscures, comme quand Julien Boucher nous a demander de venir manifester contre la Scientologie pour soutenir Nono le Clown (Jeff Drea) gourou des pirates informatiques Anonymous, alors que celui-ci avait un procès au cul. Ouais, le quartier sans la sciento pourquoi pas, mais pourquoi MACAQ s'occupe de ça??? C'est du militantisme de gauche, on a plus rien à voir avec l'aide sociale ou la création artistique.

Regardez-y d'un peu plus prêt, le train de vie de certains membres de l'association... Vous comprendrez très vite! En tout cas, MACAQ c'est fini pour moi!!


9.Posté par exploité par macaq le 25/09/2011 00:42
J'ai été aussi exploité en tant que bénévole pendant 2 ans et bien pire ...
Ne croyez pas ces buveurs de sangs avec leur soit-disants actions bénévoles. Ils ne travaillent que pour leur comptes et disposent de moyens financiers incroyables pour une association.
Il est vrai que leur propagande fonctionne bien comme ils ont des contacts dans le monde politique parisien etc. Ces gens sont sans scrupules et sans morale.
Tous leurs comptes que ce soit sur youtube ou autre ne tolèrent aucun commentaire. Cela marche très bien, ils donnent l'impression d'etre solidaires et de travailler pour leur quartier mais ils utilisent cette voie pour gagner de l'influence. D'ailleurs ils se débarassent de chaque bénévole qui devient trop critique à leur égard!
C'est comme ça que ça se passe chez macaq .. Machiavélisme dans le sens propre du terme.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes