DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Paris sur la paille


La crise budgétaire qui frappe Paris, d'abord niée puis sous-estimée par l'Hôtel de ville, va très vite placer la mairie devant ses responsabilités : maintenir ses projets aberrants ou ruiner la ville.



Paris sur la paille
Si ça continue, le Delanopolis va être accusé d'avoir la grosse tête. Mais est-ce notre faute si, le 16 juin 2008, nous vous alertions les premiers sur les périls financiers qui menaçaient Paris ? Ceux qui veulent se rafraîchir la mémoire peuvent cliquer ici . Depuis, la seule chose qui ait changé, c'est que la situation s'est aggravée.

On connaît le fond du problème : l'Hôtel de ville a gaspillé, dans la première mandature, les recettes des droits de mutation que le boom immobilier avait miraculeusement gonflées. Une grande partie de cet argent fut flambé en travaux de voirie et en préemption d'immeubles. Parallèlement, la ville créa plus de 7.000 postes d'agents à temps plein, qui alourdiront pour longtemps son budget de fonctionnement.

Lorsque le marché immobilier s'est retourné, la mairie a commencé par nier puis a gravement sous-estimé les conséquences du problème. Ainsi, la recette des droits de mutation pour 2008 était initialement prévue à 850 millions d'euros. En fin d'année, alors que le plongeon du nombre de transactions était avéré, elle maintenait encore une estimation de 750 millions. Et, en janvier 2009, elle parlait malgré tout de 700 millions pour 2009. A cette époque, la Bérézina foncière était pourtant déjà connue de tous.

Les derniers chiffres sont bien plus sanglants, en effet : - 52 % de produit des droits de mutation en février 2009 par rapport à février 2008. En année pleine, ce sont donc entre 400 et 500 millions d'euros qui feront défaut. Et l'on ne parle pas encore des baisses de recettes de taxe professionnelle et d'autres types de droits assis sur l'activité économique que la crise va engendrer ...

Si la mairie a minoré l'ampleur du retournement, c'est parce que dire la vérité l'aurait contrainte à avouer, lors du dernier débat budgétaire, que le coup de massue fiscal que Delanoë s'apprête à donner aux Parisiens sera loin de suffire. Il lui faudra donc soit augmenter les taxes foncière et d'habitation d'une bonne trentaine de pour cent supplémentaires, soit endetter Paris considérablement (mais les emprunts devront être remboursés et la manip' se verra), soit renoncer à des dépenses inutiles.

Delanoë a de la chance : la plupart des "investissements" qu'il comptait faire ne sont pas seulement inutiles, ils sont nuisibles. Il a donc l'embarras du choix. Pour mémoire : la Canopée et le jardin Mangin : budget officiel 350 millions d'euros - budget réel 600 à 700 millions d'euros ; l'extension du tramway, part officielle de la ville 500 millions - part réelle au moins un milliard ; politique clientéliste dans le logement social : 2 milliards d'euros ; place de la république 20 à 40 millions d'euros, Louxor et Gaîté-Lyrique : au moins 50 millions chacun, etc.

En bon citoyen, le Delanopolis apportera sa contribution à ces renoncements douloureux mais qui ne devraient pas l'être : l'actuelle municipalité ne peut rien faire de mieux que de ne rien faire.





Dimanche 15 Mars 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Parigot le 16/03/2009 12:21
Bravo aux Delanopolis pour sa clairvoyance!! Déja lecteur du regretté Perroquet Libéré, je vois avec plaisir que la qualité des analyse et des articles n'a pas baissé!

Quant au budget de la mairie de Paris, vous aviez mentionné dans un article précédent un numéro du Parisien Libéré dans lequel un entrefilet mentionnait les 3,5 milliards qu'a coûté la desastreuse politique des transports de Paris. Pourriez-vous indiquer dans quel numéro du Parisien je peux trouver et entrefilet?

Merci et bravo!!

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis