DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

R. I. (v) P.

Quand le bailleur social fume la moquette !

Si ça chauffe à l'OPAC, ça barde aussi à la RIVP, cette fois avec ses locataires.

Dans un grand jeu de mécano municipal, cette société a repris en 2006 la gestion d'une bonne partie des immeubles de la SAGI (plus de 11.000 logements au total). Il s'agissait soi-disant, pour la ville, de retrouver le plein contrôle de ses bailleurs sociaux et d'améliorer le service aux personnes logées. Mais ces dernières n'ont pas du tout le même sentiment et le Delanopolis a reçu un récit cocasse des difficultés et micro-mesquineries rencontrées par une d'entre elles lorsqu'elle a donné congé de son logement. Lilliputien mais édifiant ! En voici un extrait.



R. I. (v) P.
" .... Nous avons quitté notre appartement, après 11 ans d'occupation, dans le 20ème arrondissement en janvier 2007 dans un immeuble géré par la SAGI qui a été repris par la RIVP à peu près à la même date. Précisément, nous avons donné notre congé pour le 15 janvier 2007, date à laquelle l'état des lieux devait avoir lieu à 15 heures 30.

Or, 20 minutes avant ce rendez-vous, notre gardien est venu nous prévenir que la personne ne pourrait pas venir et qu'elle nous proposait le lendemain à 9 heures 30 et que nous pouvions rester une nuit de plus sur place, ce qui nous a valu de sa part la réflexion suivante :"... vous avez de la chance vous avez bénéficié d'une nuit d'hôtel gratuite"... alors que nos meubles avaient été embarqués pour la province, nous avons dormi sur un matelas pneumatique que l'on nous a prêté..

"Le lendemain, 16 Janvier, à 9 heures 40 une personne est venue. Elle s'est présentée, très arrogante, n'avait pas de stylo, nous avons dû lui en fournir un, puis en arrivant dans l'une des chambres nous a dit "vous avez décollé la moquette"... ce qui est inexact puisqu'elle n'était pas collée depuis l'origine et au bout de 11 ans et de multiples passages de l'aspirateur celle-ci avait plissé (ce n'était pas une moquette à proprement parlé mais une sous-moquette de mauvaise qualité et de couleur grise).

Elle a continué en disant : "ah ! la moquette vous allez la payer", à la suite de quoi nous lui avons répondu "il ne faut pas rêver". Suite à cette remarque, cette dernière n'a pas terminé l'état des lieux et est partie en trombe chez les gardiens où je l'ai rejoint. Et là devant les gardiens témoins, elle a refusé de nous présenter le document d'état des lieux au moins pour que nous puissions y apporter des observations, elle a refusé en disant que nous ne lui rendrions pas......

Nous avons loué une machine à vapeur pour nettoyer les murs et plafonds tant de la cuisine, que de la salle de bains, et des toilettes. Notre gardienne nous a d'ailleurs dit que si c'était elle qui avait procédé à l'état des lieux elle n'aurait pas émis d'observations autre que "état d'usage".

Au bout de 11 années d'occupation et un loyer payé régulièrement, nous ne comprenons pas pourquoi notre dépôt de garantie (2 mois) ne nous est pas restitué ?

Or, le 19 janvier 2007, nous avons reçu une lettre recommandée d'un huissier, alors que nous avions quitté la capitale, pour effectuer l'état des lieux, ce qui n'a pas manqué de nous surprendre puisque l'état des lieux avait été établi mais non terminé par la RIVP. Etant à 500 kilomètres de Paris, il n'était pas question que nous revenions.

Entre temps, nous avons appris que des travaux avaient été effectués sans qu'aucun devis ne nous soit soumis et à la suite de quoi, la RIVP nous a adressé un décompte reçu le 20 mars 2007 lequel faisait état d'une somme que nous leur devions à la suite des travaux. Lesquels ?

Il nous a fallu mettre cette affaire entre les mains d'un avocat.. "


Geneviève TOURNIER

Dimanche 7 Septembre 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes