DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Réchauffement climatique sous le crâne de Macron !



Cherchant à frimer devant les caméras du monde entier, Macron avait lancé un "Make our planet great again" censé le poser en contradicteur en chef de Trump sur la question climatique.

La bobocratie médiatique internationale s'était pâmée aussitôt devant un tel courage, en anglais dans le texte my dear.

Pour donner corps à son slogan, Macron a fait savoir, par l'intermédiaire de son Novernement, que la France allait faire un effort mirifique pour attirer des chercheurs sur cette délicate question.

Le Delanopolis a fait un petit calcul et il n'est pas piqué des hannetons !



Guili guili ...
Guili guili ...
Deux semaines après l’invitation lancée par Macron aux étrangers de venir travailler en France sur le climat, la France a annoncé débloquer 30 millions d’euros pour les attirer.

« Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement, ont décidé de mettre en place un programme prioritaire de recherche sur la lutte contre le changement climatique », a fait savoir samedi 17 juin le ministère par un communiqué.

Pour 1 euro financé par les organismes et universités de recherche, l’Etat mettra 1 euro de moyens additionnels : « l’effort global de financement sera ainsi d’un montant de 60 millions d’euros pour l’accueil d’une cinquantaine de chercheurs sur une durée de cinq ans », précise le ministère.

30 millions de crédits publics pour 50 chercheurs sur 5 ans ? Cela fait donc 120 000 euros par chercheur et par an.

Rappelons qu'un directeur de recherches au CNRS de classe exceptionnelle, en fin de carrière et au sommet absolu de sa pyramide, gagne au maximum 6000 euros par mois selon le site du ministère : voir ICI.

Même si l'on tient compte de toutes les primes auxquelles ce chercheur hors classe peut avoir droit, Macron va donc rétribuer ses prises de guerre plus de trente pour cent plus cher que tout ce que peut espérer le pauvre chercheur français qui aura eut l'idée de se fourvoyer dans la physique nucléaire, le sanskrit ou la peinture de la renaissance flamande.

La démagogie, ça n'a pas de prix, surtout sous le soleil !

Vendredi 23 Juin 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par phidias le 25/06/2017 17:03
Aucune importance, comme dans tout le reste de la com. macronienne, ce sont juste des effets d'annonce qui sont recherchés. En tout état de cause, il n'y a plus un rond dans les caisses, vidées par le prédécesseur Minus 1er, donc on amuse la galerie, en attendant qu'un évènement chasse l'autre dans l'esprit des neuneus. Et roule ma poule.

2.Posté par Paulot le 04/07/2017 04:47
"[...]Il y a très peu de climatologues. Seulement une centaine au niveau mondial. [...] Quand on demande à l'Académie des sciences française son avis sur le changement climatique, il y a peut-être 5% des académiciens français dont c'est le métier. Les autres sont des spécialistes de mathématiques, de géographie, de chimie, mais pas de changement climatique.[...]"
Christian Gérondeau, auteur de "CO2, un mythe planétaire", in Atlantico le 18 juin 2017.

Mais ça n'empêche que de nombreux chercheurs non-climatologues seraient probablement ravis de venir profiter de la manne française. En plus on n'est presque pas endettés.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes