DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

République de la manipulation


Vigilance-République : troisième round.

Comme elle l'avait annoncé, l'association de protection de la République contre les fac(é)tieux de l'Hôtel de Ville a procédé vendredi 20 mars à un contre-comptage de la circulation.

En avant-première pour les lecteurs du Delanopolis, un relevé de ses principales conclusions. Nous avions raison de nous méfier !



République de la manipulation
Le matériau recueilli par les 25 bénévoles qui se sont relayés en trois temps sur la place de la République pour y relever le trafic est particulièrement riche. Il fera l'objet d'une analyse qui sera publiée bientôt par l'association. D'ores et déjà, il démontre que les données communiquées par la mairie sont des manipulations éhontées.

On sait que, pour lancer l'opération de réaménagement de la place, la mairie a diffusé un comptage sur une seule heure seulement, dite "heure de pointe du soir", entre 18 et 19 heures. Imaginez qu'un commerçant, avant d'acheter une boutique, se contente d'étudier le chiffre d'affaires d'une seule heure de vente sur une seule journée et vous mesurerez immédiatement l'absurdité de la chose !

Vigilance-République, qui ne dispose pourtant pas d'une armada de 50.000 fonctionnaires a réussi, quant à elle, à faire trois relevés à trois moments différents, pour avoir une idée un tout petit peu moins grossière de la façon dont fonctionne la place. Elle a disposé ses membres à huit endroits différents, où la mairie avait elle-même relevé le trafic.

Le chiffre est brutal : l'écart, sur la même tranche horaire, entre ses résultats et ceux donnés par la mairie est d'au moins 41%. Comme par hasard, il est colossal là où la mairie a l'intention de couper le trafic : dans le sens giratoire autour de la statue : 58,7 % !

On peut tirer immédiatement deux conclusions.

D'une part, pour minorer le trafic, l'Hôtel de ville a exclu les deux-roues motorisées et probablement choisi une journée calme, sachant que le vendredi 20 mars retenu par vigilance-République est une date ordinaire. De manière plus vicieuse encore, et contrairement à ce qu'on pouvait penser de prime abord, les chiffres de circulation à 9 heures du matin ou 13 heures sont supérieurs à ceux de 18 heures. Ainsi, la soi-disant "heure de pointe du soir", choisie par l'Hôtel de Ville, est loin d'être la plus chargée de la journée. Les données de la mairie sont donc manifestement impropres à fonder une quelconque décision de réaménagement de la place.

D'autre part, l'importance du trafic Nord-sud (le giratoire autour de la statue) fait que sa suppression entraînerait une augmentation de deux-tiers du trafic sur le giratoire général, autour de la place elle-même. Bref, ce serait la congestion assurée.

Au vu des chiffres recueillis par Vigilance-République, toute réduction de la chaussée est d'ailleurs problématique, ne fût-ce que d'une ou deux voies. Le trafic sur la place est énorme et, dès qu'un "incident" se produit (une voiture cherchant à se garer ou hésitant sur sa voie par exemple), un début d'embouteillage apparaît.

Si la mairie socialiste s'est emparée du sujet de la place de la République, c'est avant tout pour donner le sentiment que la politique de circulation de l'après-Baupin n'a pas un encéphalogramme plat. Hélas, ses projets pour la République, qu'elle dissimule dans de sempiternels "rien n'est décidé", "la concertation continue", la menacent plutôt de congestion cérébrale.

Une réunion publique est annoncée sur le sujet pour le 1er avril, date judicieusement choisie. Le Delanopolis vous donnera plus de précisions sous peu.

A suivre ...


Samedi 21 Mars 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes