DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Rétropédalage à Decauxville

Les élections passées, la mairie et Decaux ont annoncé subrepticement qu’ils réduisaient la voilure en matière de Vélib’.



Rétropédalage à Decauxville
Avouant qu’il était beaucoup moins utilisé l’hiver, les gestionnaires de Vélib’ indiquent dorénavant qu’il ne sera maintenu qu’à raison de 13.000 unités par temps de frimas. On en promettait 20.000 il y a encore un mois. De même, 250 stations sont encore en suspens. Le fameux cap des 20.000 vélos est d’ailleurs un horizon glissant. Il faut savoir sortir d’une campagne électorale disait un ancien maire de Paris…

Un des arguments avancé est la difficulté de maintenance du système et notamment l’entretien et la réparation des vélos. Quelle surprise ! Tout ceci renvoie à un problème de fond. Maintenant que Delanoë a obtenu de Vélib’ ce qu’il voulait : sa réélection et que Decaux s’en est servi pour faire sa pub pour d’autres contrats, ils ont chacun un intérêt moins pressant à continuer avec le même entrain.

Pour Decaux, la situation est même anti-incitative. Ne percevant pas les recettes des locations, chaque Vélib’ est désormais une charge pure et simple sachant qu’il fait ses profits sur un autre marché : celui de l’affichage publicitaire. En clair, si une surveillance drastique ne s’exerce pas sur Decaux, il n’aura aucune raison de trop se soucier du suivi du service.

Parallèlement, les mouvements sociaux se multiplient parmi les employés qui travaillent sur le système. Des salaires rase-bitume et des centaines de kilomètres à pédaler par mois sur des vélos électriques tombant constamment en panne à la recherche des Vélib’ cassés : tel est le sort des réparateurs itinérants qui se sont mis en grève.

A suivre …

Vendredi 18 Avril 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par garnier-brun le 21/04/2008 11:06
bonjour,


on va enfin avoir accès à la triste vérité de ce pacte Decaux et comprendre que les dessous de cette affaire avaient une visée électoraliste, sachant que Decaux n'a rien d'un philantrope! bon courage pour les réparations de dégradations!

2.Posté par Antoine Prunet le 21/04/2008 12:25
Ils n'avaient prévu ni les frimas ni la pluie. Ils n'avaient pas remarqué non plus que Paris a du relief et que si l'on ne trouve pas de velo en haut, il est souvent impossible de le recaser en bas. C'est ce que l'on appelle la vista !

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis