DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Vélib' et Decaux : un nouveau scandale en préparation ?



On a de quoi se poser de sérieuses questions au sujet de la manière dont Hidalgo et sa bande préparent le renouvellement du contrat d'exploitation Vélib' pour les 15 ans à venir.

Contrat ruineux pour la ville, faut-il le rappeler ...



Hidalgo, Drahi (SFR) et Weil (BFM), tiercé dans le désordre
Hidalgo, Drahi (SFR) et Weil (BFM), tiercé dans le désordre

Machine à com' phare de la municipalité delano-hidalguesque, Vélib', après des débuts tonitruants, a vite montré sa nocivité pour les finances parisiennes. Un coût de 16 millions par an pour un contrat qui devait, selon Delanoë, rapporter 3 millions à la ville ! Qui dit mieux en fait de dérive ? Il n'y a pas que le Delanopolis qui l'écrit désormais, lire par exemple LA .

Il a fallu au départ que notre limier préféré, Serge Federbusch, engage des actions auprès du Tribunal administratif pour dénoncer les avenants scandaleux qui arrosaient discrètement Decaux après que le marché initial ait été montré au bon peuple et à la bonne presse : voir ICI ou LA par exemple

Nos lecteurs savent que la Chambre régionale des comptes a plusieurs fois toussé à ce sujet et connaissent le coût proprement effarant de chaque Vélib' pour la ville : environ 3 000 euros par an, voir le bilan global dressé par la Chambre ICI. Les pertes de revenus publicitaires associées aux différents coûts d'entretien et de réparation qui ont enflé au fil des années font de cette bicyclette un vrai gouffre financier.

Rassurez-vous, ces dérives vont pouvoir continuer des années encore si les médias continuent d'accueillir tout cela dans l'indifférence. Dormez et pédalez en même temps, Parisiens !

A l'occasion du renouvellement du contrat, un phénomène étrange devrait en effet nous mettre la puce à l'oreille.

Le groupe SFR est poursuivi par ses partenaires Intermobility et Tracetel. Ces deux PME entendent porter plainte contre l’opérateur pour défaut de présentation d’offre sur le renouvellement de la concession du service de vélos en libre service (VLS) de la mairie de Paris.

Outre JCDecaux, deux autres groupements comptaient candidater au nouvel appel d’offres : Indigo (ex Vinci Park) avec la start-up Smoove et l’espagnol Moventia et SFR soutenu par Intermobility et Tracetel. Intermobility gère déjà un service VLS en Suisse tandis que Tracetel développe des systèmes de gestion de parc de deux roues. Après des mois de préparation, les intéressés avaient jusqu’au 7 février pour déposer leurs dossiers. Or, SFR s’est désisté au dernier moment, se contentant de prévenir ses partenaires une demi-heure avant l’heure limite de dépôt des candidatures, rapporte Le Figaro.

Comme le révèle un site spécialisé : "Les deux PME ont cherché à savoir quelle mouche avait piqué SFR pour comprendre les raisons de ce revirement de dernière minute. En vain. Un peu court pour les ex-partenaires de la filiale d’Altice qui ont décidé d’attaquer l’opérateur devant le tribunal de commerce de Paris. A défaut d’explications, ils entendent obtenir des dommages et intérêts. Dans le contrat signé avec SFR, seul un changement majeur du projet par la mairie de Paris ou l’abandon de l’appel d’offres par cette dernière pouvait justifier un retrait du principal concurrent d’Orange Business Services (OBS) sur les offres professionnelles. Ce qui n’a pas été le cas et autorise donc les PME et leurs avocats à penser qu’ils peuvent réclamer un dédommagement à SFR. Reste à en calculer les montants. Le résultat de l’appel d’offre Vélib sera, lui, dévoilé au printemps."

Résumons-nous, la maison mère de SFR, Altice, propriété du fameux Draghi qui aime tant les affairo-socialistes en général et Macron en particulier, a au dernier moment obtenu d'une de ses filiales, sans qu'on comprenne pourquoi, de ne plus soumissionner à cet appel d'offres, ouvrant un boulevard pour Decaux.

Cette mansuétude est un peu étonnante dans la mesure où CDecaux Holding, l'entité grâce à laquelle les actionnaires familiaux contrôlent 70% environ du capital du groupe JCDecaux, avait officiellement soutenu l'offre de rapprochement présentée par Bouygues sur SFR, concurrente de celle de Drahi il y a trois ans.

L'hypothèse d'une sorte d'accord de paix sur le marché télécom n'est donc pas à exclure.

Quant aux relations entre Drahi et Hidalgo, elles sont tout aussi excellentes !

Ainsi, lors du lancement récent de BFMTV Paris, Hidalgo était-elle la première invitée et n'a pas lésiné sur les compliments : "Ce lancement est très important car depuis longtemps nous pensions qu'il y avait un manque. On a besoin d'un outil pour promouvoir le dynamisme de notre ville est aussi parler de ses problèmes. C'est aussi un atout dans la compétition entre les grandes métropoles mondiales, comme par exemple pour la candidature aux Jeux Olympiques. Nous ne soutenons pas cette chaîne financièrement mais nous lui ouvrirons tous nos lieux", a-t-elle alors précisé à l'AFP.

C'est touchant cette entente cordiale ... On y trouve même la candidature aux JO, un vrai bonheur.

Quoi qu'il en soit, si Hidalgo veut montrer qu'elle est vraiment insensible à l'influence de Decaux, prudente vis-à-vis du retrait suspect de SFR et soucieuse des impôts des Parisiens, elle doit aujourd'hui, du fait de cette défection et du peu de nombre de concurrents restant en lice, déclarer le marché sans suite.

Le code des marchés publics autorise en effet une collectivité à interrompre une procédure d'appel d'offres quand la concurrence est insuffisante.

Chiche ?

Jeudi 16 Mars 2017


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Parisien le 20/03/2017 09:18
Il faut préciser que les vélos sont tracés par onde radio et qu'il faut une solution intégrant un opérateur de téléphonie moblie. Donc si celui-ci se défausse au dernier moment, la solution n'est plus conforme à l'appel d'offre et est éliminée. SFR aurait donc éliminé les concurents de JC Decaux en rompant avec Intermobility et Tracetel qui devaient utiliser les puces SFR.
Heureusement que Delanopolis nous informe car il ne faut pas compter sur les médias macronisés!
Le Canard en fera-t-il un article?

2.Posté par Incognitototo le 20/03/2017 15:23
Magnifique... Il n'aura fallu que 7 ans (!!!), pour que la Chambre Régionale des Comptes dénonce cette arnaque que déjà je chiffrais dans cet article (paru également sur le Delanopolis) : http://solutions-politiques.over-blog.com/article-f-velib-problemes-d-arithmetique-elementaires-niveau-cm1-54464953.html

À l'époque, le coût était déjà de 2 995 € par vélo et par an... et, compte tenu des divers avenants non pris en compte dans mon article de l'époque, je doute qu'il ne soit que de 3 000 € aujourd'hui.

Précisons bien que ce coût est direct, il ne tient pas compte des infrastructures de voirie créées pour la circulation des vélos, et de bien d'autres éléments (comme, entre bien d'autres, la communication et la gestion de la Mairie)... Je n'ose imaginer quel serait le coût réel, en y intégrant toutes les charges indirectes et l'amortissement des investissements.

Le plus grand "hold-up" de ce début de siècle ? Avec la bénédiction de tous les imbéciles qui ne savent pas compter et qui s'imaginent qu'on résout les problèmes sans jamais s'attaquer aux problèmes de fonds.

Combien de temps encore faudra-t-il pour qu'on évalue les Autolib', le tramway des boulevards extérieurs, les investissements de voirie générateurs d'embouteillages ?... Autres scandales consécutifs à la politique d'autiste de la Mairie de Paris...

Le pire étant vraiment le quasi-silence médiatique sur toutes ces affaires, et pire du pire, leur complicité affichée à répéter comme des ânes les entreprises de propagande de cette Mairie....

3.Posté par Poulbot le 20/03/2017 18:44
Que ce soit vélib ou autolib , le résultat est le même ce sont de trés belles arnaques.
Vélib permet a JC Decaux de nous envahir un peux plus de publicité défigurant la ville tout en
faisant grossir sa caisse par le payement de plus en plus important par la ville de Paris d'un soit
disant manque a gagné publicitaire.
Autolib permet a Bolloré découler ses batteries dont personnes ne veux tant elles sont gourmandes
en courant électrique (il faut les maintenir au chaud) http://www.voiture-electrique-populaire.fr/actualites/batteries-lmp-bollore-ecologiques .
Bolloré aurait du rester dans la fabrication de papier a cigarette , c'est moins polluant qu'une autolib qui brule http://www.caradisiac.com/Deux-Autolib-en-feu-dans-Paris-ce-matin-89865.htm ,
quand on voit ce qui reste des véhicules ,ont a pas envie de monter a bord même si c'est gratis.
En tout état de cause ce sont quand même les parisiens qui payent la facture au final.

4.Posté par Corail 77 le 22/03/2017 10:13
En ce qui concerne Autolib', l'ouverture d'un capot de l'une de ces autos - j'ai eu la chance de visiter l'atelier de réparation- m'a permis de constater que le maintien à température des batteries, lorsque l'auto n'était pas branchée, se faisait par... un réchaud à fioul !
Rempli discrètement par les employés Autolib' au moyen d'un trappe sous la baie de pare-brise...

5.Posté par Un Parisien le 22/03/2017 11:33
A la question: quand le Canard sortira-t-il un article de fond sur tous ces tripatouillages de la Mairie? La réponse vous l'avez tous les jours: on a autre chose à faire, d'abord tirer au canon sur tous les adversaires de l'illuminé! C'est pourquoi on nous abreuve de cadeaux faits aux politiques, d'emplois fictifs et autres fausses informations qui n'ont qu'un but, décredibiliser au maximum les Fillon, Le Pen et les soutiens de Hamon. On sous-estime Mélenchon, ce qui est peut-être une erreur. Ce n'est pas de l'information car on s'en doute et notre avenir n'est pas là. Il est dans le choix d'un chef qui aura les c... de mener à bien son programme.
Quant aux Autolib, l'idée n'est pas mauvaise en soi, c'est la solution qui l'est. La différence entre la Bluecar et la Zoé est flagrante. D'ailleurs Zoé se vend bien même si elle annonce une autonomie optimiste alors que la Bluecar ne se vend qu'aux instititions, un particulier se ruinerait avec cette voiture. Mais ici encore pas d'appel d'offre loyal, que de la combine.

6.Posté par Un Parisien le 23/03/2017 10:38
Pour complèter le commentaire de Corail 77, j'ajoute que cette voiture se décharge complètement en 2j 1/2, ce sont les valeurs données par Bluecar. Comme la batterie ne fonctionne qu'à partir d'une certaine température, d'où le réchaud à mazout, et que l'autodécharge est importante, rien que pour avoir disponibilité de la voiture, il faut qu'elle soit branchée systématiquement en stationnement. Elle consomme 1500W environ, faites le calcul sur une année (8700h). De plus, pour ce coût vous n'avez que 2 places, 2 portes, pas d'ABS, pas d'ESP pas de banquette rabattable. Est-ce un bon choix?

7.Posté par Gege le 24/03/2017 16:57 (depuis mobile)
Et les travaux de la ligne 14 qui ont plus d un an de retard et ceux du prolongement de RER E à La Défense dont les coûts explosent ....

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Castaner de quoi ? - 23/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 30

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes