DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Volib'

Les gorges chaudes sur le prodigieux succès de Vélib’ et la bonne affaire que Paris aurait faite avec Decaux font désormais place à une réalité moins souriante : Vélib’ va coûter frisquet aux Parisiens.



Volib'
Chacun se souvient de l’autosatisfaction de Delanoë sur Vélib’ et la manière dont il se gargarisait de sa soi-disant bonne gestion et des conditions favorables obtenues par la ville de Decaux.

L’état lamentable de nombreux vélos offrant le spectacle de leurs roues cassées venait déjà tempérer cet enthousiasme. Mais il est entièrement douché depuis qu’on sait que, passée la première année d’exploitation, ce n’est plus à Decaux mais à la ville de payer pour la réparation de ce matériel. Trois millions d’euros sont d’ores et déjà budgétés pour rafistoler ces bicyclettes dans le budget pour 2009 ! C’était écrit en petit caractères dans le contrat sans doute …

A cette somme, il faudra ajouter les 7 millions d’euros minimum que coûtera l’extension du système à quelques communes limitrophes qui n’en demandaient pas tant.

Et tenez, pour la route, ou plutôt la piste cyclable, encore un petit coût : le énième réaménagement du boulevard Saint marcel afin de le rendre moins dangereux reviendra, quant à lui, à 1, 2 millions !

Les Parisiens vont pouvoir payer leurs impôts locaux heureux.

Joyeux Noël !


Mercredi 17 Décembre 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par varéa le 22/12/2008 14:10
Bonjour,
C'est bien de critiquer mais quand c'est toujours systématique cela perd de sa pertinence. Sur le vélo, il est évident que les villes doivent retrouver ce moyen de déplacement doux. En complément des moyens de transports collectifs.
Le vélo c'est bon pour tout : la santé (en principe), la planète et le porte-monnaie.
Quitte à critiquer : choisissez mieux vos angles d'attaque.
Cordialement.

2.Posté par nanou le 22/12/2008 14:08
Avez-vous des informations justement concernant d'autres aménagements du Boulevard St Marcel ?
Comme j'y habite, je serais intéressée de les connaître.

Merci d'avance.


3.Posté par christian15e le 22/12/2008 23:13
Mais comment les arrêter?

4.Posté par DBL8 le 23/12/2008 06:50
AH ... les "emprunts" des vélib, en banlieue nous en voyons de temps en temps qui sont dépouillés pour avoir des pièces.
Mais il font attention à ne pas prendre n'importe quoi, les pièces trop "vélib" reste sur l'épave !!

Le Bl. St Marcel ?
Une grosse "bêtise" qui va encore vous (les parisiens) vous coutez bonbons; et pour quoi ?
Faire plaisirs à quelques Bourg-Beauf qui ce gargarisme de circuler en vélib avec tous la dangerosité que cela représente pour eux & les autres usagers. Car ne l'oublions pas, pour un accident de vélib, combien éviter avec des conséquences matériels ? (des accidents entres les autres usagés pour éviter les utilisateurs de vélib)


5.Posté par Cheminade le 30/12/2008 12:10
Les « Vélibs » ce sont des bicyclettes. Avant d'être un moyen de déplacement écologique, celle-ci fut un simple moyen de déplacement, plus rapide que la marche à pied.
Toutefois, cet outil demande un savoir faire. garder l'équilibre, rouler en ligne droite, et enfin, parce que sur les routes, rues et avenues, les bicyclettes ne sont pas seules, il faut aussi connaître le Code de la Route, et mieux encore, en observer les recommandations, voire les obligations.
Il faut aussi savoir que, un grand nombre de citoyens ne peuvent pas utiliser ce moyen de transport, dit doux, car leur santé ne leur permet pas de le pratiquer, d'autres parce que l'âge et ses conséquences interdit l'usage, d'autres parce que devant transporter de lourdes charges, et enfin ceux qui ne le désire pas (Liberté !)
Cela revient à dire que l'usage des deux roues à pédales ne reste possible que pour une minorité de personnes.
Et c'est à cette minorité qu'on accorde de nombreux privilèges. Circulation en sens interdit. Franchissement des feux rouges pour tourner à droite. Des couloirs réservés. La possibilité de rouler dans les zones piétonnes. Pour l'emprunt des sens interdits, il est vrai que cela n'est autorisé que dans certaines voies, signalées comme telles, mais le cycliste, fort de sa protection n'hésite pas à considérer que tous les sens interdits lui sont autorisé.
Pour terminer, ces braves cyclistes écologiques, citoyens soucieux d'enrayer la pollution, circulent allègrement sur les trottoirs, faisant du gymkhana entre les piétons, et parfois, réclament le passage, comme les archers du roi, au moyen-âge ! Place, place…

Cela dit, et écrit, je vois d'un bon œil l'usage de la bicyclette (et pas du vélo, qui lui est autre chose, n'est-ce pas Monsieur André Pousse, aujourd'hui décédé), mais à condition que ce mobile respecte les mêmes loi que tout le monde. Le Code de la Route en premier lieu et le civisme nécessaire pour vivre en société.
Quant à la Mairie de Paris elle aurait été mieux inspirée en réservant des places de stationnement sécurisées pour les bicyclettes appartenant aux usagers, mais aussi aux motocyclettes. Cela aurait coûté bien moins cher, et les gens qui auraient acheté des bicyclettes auraient été plus soigneux de leurs biens, alors que les « vélibs », bah, c'est pas à eux !



6.Posté par DBL8 le 31/12/2008 06:40
AH ... les places de stationnements pour motos !
Cela fait des années (depuis que Delanoë est Maire) que ses places sont réclamés.
Que de réunions inutiles ou les représentants des motards ont été rouler dans la farine !
Et pour finir, des places de stationnements pour 4 roues ont été supprimés pour mettre des station "vélib" !
Le pire ?
Il vont faire pareil en banlieue proche !!
Quant -au civisme des usagers de vélo ... tout à fait d'accord avec vous.

7.Posté par Cheminade le 03/01/2009 18:43
Avec les « motards » il existe un problème.
Les amoureux de la moto sont souvent très civiques et prudents, car eux, ce qu'ils aiment c'est le plaisir de la moto. Avec eux on peut s'entendre.
En revanche, à Paris, les « motards » sont minoritaires. Ceux qui roulent en motos ou en scooters n'ont rien à voir avec eux. Ceux-là sont des utilitaires. Ils ont, souvent, remplacé leur voiture automobile par un deux roues, suite à la difficulté de circuler avec cette dernière. Aussi, pour la plupart d'entre eux, ils ignorent, et veulent ignorer, les dangers de ce moyen de locomotion, les obligations du Code de la Route et de devoir respecter les autres, soit, les bicyclettes, les poids lourds, les bus, et enfin les piétons.
Alors, à nous les sens interdits, les trottoirs, les zones piétonnes, les couloirs de bus, et le faufilement entre les autos en accrochant au passage les carosseries et souvent les rétroviseurs.
Ils ignorent totalement, et s'en foutent, la Charte passée entre la Mairie de Paris et une ou plusieurs organisations de motards.
Comme souvent, ici en France, le chacun pour soi et la débrouille font que les véritables motards sont représentés par plusieurs organisations, au lieu d'une seule. Ce qui explique que pour la Mairie c'est facile de promettre et de ne pas tenir.
Je vous suggère de vous réunir, les motards affiliés à des organisations et d'obliger les dirigeants de celles-ci à s'unir dans une sorte de fédération.
Pour les places de stationnements de moto (deux roues en général) il n'est point besoin d'avoir fréquenté les grandes écoles et d'être bardés de diplômes pour constater qu'elles sont plus qu'insuffissantes.
Les aménagements de la Mairie de Paris pour restreindre la présence des autos à fait exploser le nombre de deux roues motorisées, sans que ces « messieurs (et dames) » les décideurs en prennent conscience.
En démocratie, le seul moyen de peser sur les élus, pendant leur mandat c'est d'être groupé.
Aussi serait-il souhaitable d'unir les association de motards, de cyclistes et de piétons. En travaillant, ensemble, la main dans la main, en se comprenant, il serait possible d'obliger la Mairie de Paris et d'autres villes de tenir compte des besoins et ne pas de laisser la bride sur le cou à leurs agents administratifs, diplômés et souvent, assez suffisants.

On peut rêver, non ?


8.Posté par Maurice le 05/01/2009 20:10
@ Cheminade

Tout à fait en accord avec vous !!
Une grosse erreur a été commise en autorisant les détenteurs du permis B à conduire des 125 cm3.
Ils n'ont aucunes expériences du 2 roues motorisé, je connais un vendeur qui m'a raconté plusieurs fois que des acheteurs de ses 2 roues ne savaient même pas comment les conduire !! Ils partaient les pieds au sol.
La plupart des accidents de 2 roues motorisés sont du au "scoot", les vélib ne sont pas en reste.

La FFMC fait ce qu'elle peut, mais pas toujours à mon gout.

9.Posté par Parigot le 13/07/2009 16:03
Pour apporter de l'eau à votre moulin, un article du Figaro sur cette question: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/07/10/01016-20090710ARTFIG00396-velib-deux-ans-de-bobos-.php

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis