DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Harcèlement immoral


Les membres du réseau Facebook pourront en apprendre de belles sur les pratiques de la mairie de Paris à deux adresses que nous nous faisons un plaisir de leur communiquer.



Harcèlement immoral
Avouons-le, Facebook a parfois un petit côté embrigadeur et "rotarien" légèrement agaçant. Mais on y découvre aussi des choses intéressantes, comme ces récits de deux personnes victimes, depuis des mois, de ce qu'elles considèrent comme un véritable harcèlement de la part de la mairie.

"

1er cas :

http://www.new.facebook.com/reqs.php#/group.php?gid=36286749198

Depuis plus de quatre ans, Nadine-Laure mène un combat contre l'administration
municipale parisienne. En effet, il y a quatre ans Nadine-laure a un accident du
travail qui lui handicap le bras droit. Depuis, malgré tous ses efforts pour s'en
sortir et ses diplômes universitaires (doctorat), on lui refuse le reclassement.
Elle ne serait pas, selon la mairie de Paris, apte à réfléchir mais trop
intelligente pour servir ses concitoyens.
Aucune réponse n'a été reçue venant Mr Delanoë ou de son administration. Cette femme
volontaire, motivée et dynamique se voit refuser l'un des droits les plus
fondamentaux : celui de pouvoir travailler.

L'attitude de l'administration parisienne est humiliante. Elle s'ajoute à
l'humiliation quotidienne d'affronter les regards et les rires des autres.
Cette attitude est discriminante et surtout déshumanisante. Elle décrédibilise le
discours d'un homme qui a une ambition nationale, un discours censé être humaniste
et tolérant, un discours d'un homme issu d'une longue tradition politique qu'il a
apparemment totalement oubliée.

Par ce groupe, je veux mobiliser un maximum de personnes pour que le combat de
Nadine-Laure ne soit pas vain, pour que tous ceux qui sont attachés au droit à la
dignité humaine affirment leur soutien à tous ceux qui comme elle mène ce combat.

2eme cas :

http://www.new.facebook.com/profile.php?id=716126610&v=app_2425101550&viewas=716126610#/group.php?gid=29597819226&ref=mf

Aurélie et ses parents, employés de la Mairie de Paris, vont être expulsés de leur
logement par celle-ci le 1er octobre, sans qu'aucune proposition de relogement ne
leur ait été faite.

Pour les contraindre à partir, la Mairie décide subitement de leur imputer un loyer
de 5000 € par mois (!), en leur disant que "si vous vous engagez à partir le 1er
octobre, on vous efface la dette".

Pour les réduire au silence, on leur dit qu'un nouveau logement leur serait proposé
s'ils se taisent et ne font pas appel à la presse.

Aujourd'hui, six mois et 30.000 € de "dette" plus tard, on ne leur a toujours rien
proposé.

Chers amis ! Accepterons-nous que la Mairie de Paris expulse ses propres employés
sans les reloger ? Accepterons-nous le chantage et les pressions ignobles que la
Mairie fait subir à ces employés pour les faire taire ?!

1) le logement où habitent Aurélie et ses parents est ce qu'on appelle un "logement
de fonction par nécessité absolue de service", ce qui signifie qu'en tant que
gardiens d'un immeuble administratif, ils devaient rester sur place 24 heures sur 24
et y être joignables à tout moment ;

2) ce logement était considéré comme un avantage en nature d'un montant de 550 €, à
comparer aux 5025 € de loyer qu'impute aujourd'hui la Mairie de Paris à ses employés
dont le salaire est par ailleurs de 1250 € nets par mois ;

3) le contrat de travail établi entre la Mairie et ses employés, dont découlait la
nécessité d'un logement de fonction, a été modifié unilatéralement par la Mairie de
Paris de façon à expulser la famille de locaux qu'elle veut employer à d'autres
fins. Le poste de gardien a été purement et simplement supprimé ;

4)aAucun nouvel emploi n'a été offert à la famille, si ce n'est, par oral ou par
lettre simple (quand la chose nécessite un arrêté), un autre poste de gardiennage où
la famille perdrait le bénéfice du logement. Ceci causerait une baisse injustifiée
des revenus de cette famille qui, au service de la Mairie depuis 21 ans, perçoit un
salaire de 1250 € par mois ;

5) l'affaire, qui a commencé il y a deux ans, montre que les employés municipaux ont
subi un véritable harcèlement moral de la part de la Mairie de Paris, harcèlement
d'autant plus traumatisant qu'il est verbal, donc difficile à établir.

"

Si vous êtes membres de Facebook, n'hésitez-pas à les contacter et, si leurs difficultés vous touchent, à leur apporter bien évidemment votre soutien.

Jeudi 16 Octobre 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par MUGLIONI le 22/10/2008 10:04
HONTEUX!
CELA DÉMONTRE LA VRAIE NATURE DE CE PETIT MONSIEUR.
FAITES CE QUE JE VOUS DIS,NE FAITES PAS CE QUE JE FAIS.
SI LA DROITE AVAIT OSÉ EN FAIRE LE DIXIÈME,IL SERAIT DÉJÀ EN TRAIN DE CRIER AU FASCISME!!!

2.Posté par andrei le 17/12/2009 14:17
Ah, notre gauche merveilleuse, toujours à défendre les petits et les accidentés de la vie !
Comme on dit en Bretagne : gauche caviar, abjection en Jaguar.

3.Posté par Denis le 02/10/2010 22:00
Honte, que de honte, encore un suicide d’un agent de la Mairie de Paris au mois de juin 2010, suite à des conditions de travail déplorable, que dire après encore une telle tragédie,
Les fonctionnaires de la Mairie de Paris n’ont jamais été aussi mal menés, oui en 2006, j’ai moi aussi voulu attenter à ma vie, c’est un collègue de la CGT, qui avait alerté mon fils, sinon je ne serais plus de ce monde
L’injustice, le harcèlement moral, le prosélytisme, la discrimination, et les suicides existent bien à la Mairie de Paris et peut-être même plus qu’ailleurs...
Le harcèlement devient pour certains petits chefs une véritable méthode de management sans foi ni loi. La situation est également favorisée par le contexte social de la municipalité en place, L’administration et l’élu, savent bien que l’agent fera tout pour garder son emploi. Et que les collègues témoins fermeront les yeux sur les injustices de peur de perdre leur poste ou de passer en conseil de discipline.
A la Mairie de Paris, les agents sont protégés du licenciement. Il reste donc la solution de « faire craquer et détruire » l’indésirable et de faire rentrer dans le rang le responsable syndical qui dénonce ces pratiques lamentables.
Voilà l’image de la Mairie de Paris, des conseils de disciplines staliniens pour celles ou ceux qui tentent de se plaindre des souffrances qu’ils subissent au quotidien, bien sur ces conseils de discipline sont soumis à l’arbitraire des contingences politiques, au profit de certaines CAP.
Voici la chronologie des faits que notre organisation syndicale tien à disposition pour les journalistes.>.
Le trésorier de la fédération ( M. Gérard) en dépression depuis plus d’un an.
Le secrétaire général d’un de nos syndicats M.C, a quitté son poste, pour causes de pressions morales et de sanctions déguisées, celui-ci a même été traité par un syndicat maison de Gestapo et kommandantur.
Un de nos délégués M.P, a été lui aussi dans l’obligation de quitter son poste suite à des pressions qu’ils subissaient de sa hiérarchie..
Notre trésorière (Mme Sophie) en dépression et en très grande souffrance depuis plusieurs mois.
Une de nos adhérentes, Melle P, a vu elle aussi ses conditions de travail se dégrader depuis qu’elle a dénoncé le harcèlement sexuel et le prosélytisme dans sa direction ainsi que le faux en écriture qu’elle a trouvé dans un dossier concernant une grave affaire de prosélytisme sur le lieu et temps de travail dont elle est aussi victime.
Voilà, à ce jour, notre Fédération et notre syndicat affilié ne disposent d’aucun local, contrairement à toutes les autres organisations syndicales. C’est une entrave à l’exercice du droit syndical que la Mairie de Paris nous inflige.
Voilà, pour moi-même je subis " un véritable acharnement administratif " depuis plusieurs années malgré mon manda de Président de syndicat
Pour ma part je suis de tout coeur avec les victimes, il faut et être fort, et malgré tout avoir encore espoir en l’avenir.
Denis

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes