DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

La constitution et le planqué

Virage tactique de Delanoë à l'occasion du dernier épisode de la crise intestine au PS.



La constitution et le planqué
Alors qu’il avait été muet comme une carpe lors du débat sur la révision constitutionnelle, Delanoë s’est soudain réveillé pour contrer sa rivale du Poitou. Juste après le Congrès de Versailles, Ségolène Royal avait en effet dénoncé la « trahison » de Jack Lang, seul parlementaire socialiste à avoir voté la réforme institutionnelle. Le lendemain, Delanoë prenait son contrepied. Par voie de communiqué, il appellait les socialistes à ne « pas céder au piège que leur tend Nicolas Sarkozy : celui de l'autodénigrement, de la division et de l'individualisme. J'appelle donc chacun à la responsabilité, à la solidarité et à la sérénité ».

Telle est désormais la nouvelle tactique. Plus question de clivage idéologique, d’audace et autres fantaisies sociales-libérales. Se placer au-dessus de la mêlée, casser du sucre sur le dos de Sarkozy et espérer que les sondages et les médias amis feront le reste : voilà toute la recette.

On retrouve ici ce qui a toujours fait le succès de Delanoë : tirer parti des échecs et des abandons des autres. Ayant fait son chemin au PS parisien grâce au départ des chevènementistes du Ceres vers le MRC, ayant conquis la mairie grâce aux luttes fratricides de la droite et aux défections de DSK et Lang, il espère désormais en faire autant avec le PS et l’Elysée, bien décidé à ne plus prendre le moindre risque inutile.

Hélas pour lui, un autre silence assourdissant s’est fait entendre durant cet épisode. Celui de Martine Aubry, décidément installée sur le même créneau, un poil plus à gauche toutefois, avec une expérience gouvernementale sans commune mesure mais un appui moins marqué dans les médias.

Un combat de titans se profile …

Lundi 28 Juillet 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par Fortjuste le 29/07/2008 07:31
Fort juste comme analyse, on sent que vous connaissez bien le PS et leurs petites tactiques. Et pendant que Delanoe et Aubry jouent à leurs petits jeux, Sarkozy prospère. Il n'y a bien que Royal au final pour sortir du lot.

2.Posté par DBL8 le 29/07/2008 08:04
"...tirer parti des échecs et des abandons des autres..."
Pour le tram, ce n'est pas le cas !
Il a poursuivit les idées de la municipalité précedente et en faire UN de ses grand travaux !
Le tram ne devait-il pas passer par la petite ceinture ? Du moins c'était en discution.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes