DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

La farce de l'art


Il y a trois ans, Villepin, désireux de se donner un profil pompidolien de "premier-ministre-technocrate-mais-néanmoins-amateur-d'art-et-donc-apte-à-devenir-président" lançait une exposition destinée à vanter la vigueur de la création artistique en France : "la force de l'art". Son entreprise politique battait déjà de l'aile, puisque la crise du CPE était passée par là. Trois ans plus tard, que reste-t-il de ses ambitions culturelles ? Une mini fête foraine pour les snobs.



La farce de l'art
Alors que l'édition de 2006 occupait toute la nef du Grand Palais, sa ressucée de 2009 peine à investir un bandeau central. Visiblement, il n'y a plus de premier ministre à bord et le public est clairsemé. Mais comme la mode artistique continue d'être aux lourdes machineries, on a l'impression qu'il se passe quand même quelque chose. Nous voilà donc au pied de murs de carton-pâte géants, d'échafaudage tournicotant sur le principe des machines à Döner-Kebab, de caisson de simulation de vol éructant des bruits inquiétants. Il y a une béance entre les deux ou trois phrases qui permettent de résumer ces intentions artistiques et l'énormité des moyens mis en oeuvre. Tout cet attirail est comme du Duchamp à l'envers : là où le père de l'art absurde détournait, avec peu de moyens, les codes de la création, ses besogneux suiveurs s'échinent à donner du gigantisme à leurs microscopiques inspirations.

Dans ce genre, les artistes présentés ne sont ni plus ni moins doués que leurs cousins étrangers. Simplement, comme ils ont moins d'argent que les Allemands ou les Anglo-saxons, leur manufacture est de moins bonne qualité. Il n'y a plus de maître, plus d'école, plus d'élan, juste des explorations ironiques qui tournent à vide. Les artistes français labellisés "Grand Palais" ne suscitent que l'indifférence de l'immense majorité de leurs concitoyens et ils n'ont désormais, pour les stimuler, de pires ennemis qu'eux-mêmes. Ceux qu'ils s'inventent en les provoquant n'existent pas.

Dans cet étalage d'anecdotes émergent à peine les photographies semi-licencieuses de Butz et Fouque ou l'humour des bras articulés de Philippe Mayaux, qui brandissent des sentences cocasses.

La seule confrontation intéressante est involontaire : c'est celle des vigiles qui doivent se tenir postés devant des marches que la peinture blanche rend invisibles. Sans leurs précieuses mises en garde, vous vous casseriez une patte. Ou celle des pauvres "médiateurs culturels", étudiants dont on espère qu'ils sont au moins payés au smic pour expliquer aux badauds comment interpréter toutes ces hermétiques créations.

Prochaine "force de l'art" dans trois ans. On attendra sans impatience.

Samedi 25 Avril 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par ArthuR le 04/05/2009 16:31
... c'est pour ça que le Palais de la Découverte s'est fait supprimer des salles ? Qu'il n'y a plus l'expérience, unique au monde, où on pouvait "voir" la radioactivité naturelle ? Qu'il n'y a plus l'eau, chauffée par des miroirs convergents ? Qu'il n'y a plus de salles de chimie ? Quelle bande de misérables !

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes