DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Quand certains parcs sont plus égaux que d'autres ...


Avec son érudition coutumière, Jacques Gauthier vous fait aujourd'hui découvrir deux endroits charmants et peu connus de Paris. Ils ont toutefois un point commun : les carences de la mairie.



Quand certains parcs sont plus égaux que d'autres ...
Le parc des Buttes-Chaumont ( 19ème arrondissement ) possède un point commun avec le parc Monsouris ( 14ème arrondissement ) : celui d'être traversé par la tranchée de la petite ceinture qu'un tram-train pourrait parcourir avec la création de deux stations où le style floral serait de mise : style art-déco à Montsouris et anglo-normand aux Buttes.

A Montsouris ( cliquez ici ), la tranchée pourrait être élargie pour aménager deux quais latéraux d'où s'élèveraient les escaliers de correspondance avec la station Cité Universitaire du RER B. Cela éviterait d'amputer le parc par la construction d'un accès séparé à la station du tram-train.

Aux Buttes-Chaumont (voir photo ci-dessus) la tranchée est plus large qu'à Montsouris puisqu'elle accueillait quatre voies, les deux de la petite ceinture et les deux du raccordement Sud de la ligne des abattoirs de la Villette ainsi qu'un poste d'aiguillage dont il ne subsiste que les caniveaux de passage de la tringlerie.

Le quai central du tram-train aurait deux accès : un accès Sud pour les amateurs de jogging et un accès Nord en correspondance avec les trois lignes d'autobus qui traversent le carrefour des rues Manin et de Crimée. L'aménagement de la station implique la démolition-reconstruction du pont routier en V dont l'état est calamiteux puisqu'il a fallu mettre en place des béquilles et des palées de soutien pour éviter son effondrement.

Si la mairie de Paris, contrainte et forcée, a pris en charge 100 % des travaux de reconstruction du pont de l'avenue de Flandre non pour en faire un pont-promenade mais un pont-rail, il en va autrement pour le pont Manin-Crimée où Delanoë campe sur une convention vieille de plus de 140 ans pour ne rien faire. Avec l'espoir secret que l'effondrement du pont lui permettra de mettre la main sur la petite ceinture pour y faire rouler les brouettes de ses jardiniers.

Ce pont à bout de souffle a été construit en 1866 en même temps que l'embranchement ferroviaire de Paris-Bestiaux destiné à la desserte des abattoirs de la Villette inaugurés en octobre 1867. La convention du 5 juillet 1866 signée entre le syndicat d'exploitation de la petite ceinture et la ville de Paris stipulait le partage des dépenses de construction du pont à raison de 68% pour la ville et 32 % pour le syndicat mais comme cette convention ne prévoyait rien question maintenance de l'ouvrage, la ville de Paris refuse de participer aux dépenses d'entretien du pont qui se détériore de plus en plus.

Ce dossier aurait normalement dû trouver une solution dans le cadre du protocole VP/RFF de mai 2006, mais comme le maire de Paris demeure obstinément scotché à son idée de coulée verte, il a mis au placard ce protocole et il faudra attendre soit l'écroulement du pont, soit une mise en demeure du préfet de Paris pour que monsieur Delanoë sorte de son immobilisme.

Il ne faudra en tout cas pas compter sur les Verts, plus enclins à savourer le succès (éphémère?) de leurs listes qu'à se soucier réellement des espaces naturels parisiens, pour défendre la petite ceinture. Par une sorte de sortilège qui s'est emparé de leurs esprits via celui de Baupin, ils ont eux-aussi décidé de se marier avec l'inepte projet du tramway des maréchaux en sacrifiant ce qui est pourtant bien moins coûteux pour l'environnement et les finances de la ville.




Mercredi 10 Juin 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par andrei le 10/12/2009 12:27
Les Maréchaux Est sont surchargés par la circulation automobile et les autobus qui ne font plus face ; la rue des Pyrénées est un vrai cauchemard pour les voitures comme pour les voyageurs du bus 26.

Conclusion logique : il nous faut un axe lourd de transport en commun entre le cours de la Nation, les Buttes Chaumont, et au-delà. Avec le tram sur les Maréchaux, la situation devrait s'améliorer, mais ça ne changera pas grand'chose pour les habitants du coeur des 20e et 19e arrdts.

Solution : utiliser l'emprise de l'ancienne ceinture ferroviaire, qui évolue entre les Maréchaux et la Rue des Pyrénées. Un tramway ou train-tram irait à merveille. Gros travaux de réhabilitation de l'infrastructure, gros investissement, d'accord ; mais, à la fin, un transport en site propre, rapide, sûr, écologique, et jamais gêné par la circulation automobile et pietonne.

Pourquoi est-ce que la ville s'entête à vouloir faire une coulée verte ?

2.Posté par Adrien ader le 02/10/2014 16:59
la mairie de Paris ne s'entête pas faire une coulée verte dans l'est de Paris car en se renseignant vous vous rendrez compte que cette portion entre Gare d'Austerlitz et le rer c est toujours classé dans le rfn .de plus si vous aviez lu l'étude apur vous pourrez constater que le pont de la rue manin devrait être repris et non détruits car c'est un pont très intéressant par sa constitution.Je vous rappelle que la mairie de Paris n'est pas propriétaire des emprise de la petite ceinture cet RFF qui en est propriétaire et donc la mairie de Paris n'a aucun droit dessus,de même que la RATP n'est pas dirigée par la mairie de Paris!!!!!!

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes