DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Reculades


C’est sans tambour ni trompette que la mairie a annoncé qu’elle renonçait à sa réforme du service de la propreté dans les 9ème et 16ème arrondissements. L’embêtant avec les échecs, c’est qu’il est plus difficile d’en faire la com’.



Reculades
En septembre dernier, la mairie avait surpris son monde en revenant sur une des mesures emblématiques de son prétendu ancrage à gauche : la re-municipalisation de l’enlèvement des ordures ménagères dans plusieurs arrondissements ( voir ici).

Elle invoquait alors un souci de pragmatisme face aux défaillances du service en régie, accablé notamment par un absentéisme prononcé des personnels. Mais, la semaine dernière, voilà qu’elle a fait savoir discrètement qu’elle renonçait à sa réforme dans les 9ème et 16ème arrondissements. En cause : la grève des personnels menés par la CGT-Propreté et l’opposition des élus Verts et PC.

Comme il faut bien trouver une justification à cette volte-face, la mairie, interrogée par le « Parisien » en la personne de François Dagnaud, parle de démocratie : « C’est l’aboutissement aujourd’hui d’une procédure démocratique. Nous sommes arrivés à la conclusion que le service public peut être grandement amélioré. » Certains syndicats ne s’y sont pas trompés : il s’agit bien d’une reculade. Ils en tirent une conclusion fort simple : « Maintenant, il faut re-municipaliser partout », a dit un délégué syndical.

Car les signes de faiblesse sont vite interprétés comme tels. Et c’est sans doute de la même manière que les marchands forains ont analysé la décision de la mairie d’appliquer sur trois ans, et non immédiatement, la hausse prévue des droits d’occupation dans les marchés ouverts ( voir ici) . A moins, comme le murmurent certains marchands qui nous lisent et nous envoient leurs commentaires, que le « deal » ait été négocié en amont avec un représentant syndical pour être présenté ensuite comme une concession.

En tout cas, voilà encore deux motifs de dépenses excessives et de recettes insuffisantes qui vont continuer de peser sur les comptes de la municipalité parisienne dans les années qui viennent. Deux bonnes raisons pour ne pas s’en vanter dans les médias.


Dimanche 30 Novembre 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis