DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Un nouveau sport parisien : l'arnaque au Vélib'



Un journaliste de Bakchich Hebdo a eu la bonne idée d'enquêter chez les soutiers de Vélib' : les salariés surexploités par Decaux. Il a entendu ce qui devait faire l'effet d'une bombe : le coût des Vélib' détériorés facturés par Decaux à la ville est supérieur à la réalité ! Si la chose est confirmée, ce serait au mieux une naïveté inadmissible des delanoistes, au pis une véritable escroquerie à l'encontre des contribuables parisiens.



Un nouveau sport parisien : l'arnaque au Vélib'
Après avoir décrit le triste quotidien des employés de Cyclocity, la filiale de Decaux exploitant le Vélib', Bakchich nous apprend que le turn'over y est pire que chez Mac Do et que l'ancienneté moyenne est inférieure à un an. Les syndicats ont dénombré 128 licenciements en 2008 alors que l'entreprise ne compterait que 280 salariés ! Et une vingtaine d'affaires ont été portées devant les prud'hommes.

Cette surexploitation va-t-elle de pair avec celle des contribuables parisiens ?

La question mérite d'être posée car le représentant du syndicat Sud-Solidaires de Cyclocity accuse son employeur de gonfler les chiffres de Vélib' dégradés, lesquels doivent être indemnisés par la ville à raison de 400 euros par unité. Outre cette exagération du nombre de sinistres, les salariés ont fait leurs calculs et considèrent qu'un Vélib' neuf ne revient pas plus de 280 euros à Decaux. On serait donc en présence d'une double arnaque : sur le nombre de vélos détériorés et sur la valeur de chacun d'entre eux.

Rappelons en outre que l'avenant qui a été signé par la ville de Paris et une filiale de Decaux à ce sujet est extrêmement ambigu. Il prévoit ces remboursements à l'occasion de l'extension de Vélib' en banlieue et, dans ces conditions, il n'y a aucune raison que les Vélib' dégradés ou volés à Paris soient concernés par cette fleur faite à Decaux. Mais comment savoir où le Vélib' a été cassé ni où il a réellement disparu ? Tout prend l'eau dans ce contrat ni fait ni à faire.

Ces zones d'ombre devront être éclairées lorsque la ville demandera à ses élus de voter les crédits nécessaires à ces vilains arrangements. En attendant, il serait indispensable qu'une commission d'enquête soit constituée de manière pluraliste pour que les Parisiens soient informés de ce qui se passe réellement avec Vélib' et leur argent.

D'après vous, quand sera-t-elle créée ?

Lundi 2 Novembre 2009


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par parisien le 09/11/2009 10:23
280 € le coût d'un Vélib ? Je crois me souvenir que les Vélib parisiens ont été fabriqués en Chine. Si les vélib de remplacement proviennent encore de Chine, ça m'étonnerait fort que leur coût dépasse les 80 €...

2.Posté par Fouquier le 10/11/2009 17:35
A ce tarif là,combien va couter Autolib'

3.Posté par Gaston-Mathe le 22/11/2009 08:31
Encore ça c'est mineur, à côté de l'invasion de Paris par des motos, velomoteurs, scooters etc
polluants et bruyants !

4.Posté par andrei le 13/01/2010 22:24
... sans parler de la multitude de voitures, utilisées le plus souvent pour des trajets inférieurs à 4 kms !

5.Posté par polo le 08/07/2013 02:38
bonjour un amie travaillant chez jc decaux velib ma montré sa fiche de paie 1025e et les heures sup sont pas payé une honte pour une entreprise de 7 milliars d'euros de chiffres d affaires par an

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes