DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Autoflop'




Un article de Serge Federbusch sur Contrepoints résumant le fiasco Autolib'



Tout est permis !
Tout est permis !
Circulation et déplacements sont pour la mairie de Paris des sujets de communication et même de propagande plus que des questions sociales, techniques et économiques à traiter rationnellement. Depuis 2001 c’est un jet quasi continu de pseudos innovations, travaux et systèmes complexes qui envahissent les rues de la capitale : tramway des Maréchaux, Velib’, voies de bus dilatées, places (notamment celle de la République) sens dessus dessous, potelets, bitoniaux et séparateurs omniprésents …

A chaque fois, le paraître et l’affichage l’emportent sur toute autre considération. Ainsi en est-il de l’énorme et inutile terre-plein engazonné et surélevé, au milieu des Maréchaux, sur lequel roule le tramway. Il empêche la circulation de tout autre véhicule 95 % du temps. Mais il se voit, l’herbe est verte, les journalistes sont contents et c’est cela qui compte.

Dans le domaine des systèmes de transport, Vélib’ ou Autolib’, la question du rapport coût-bénéfice pour la ville et les usagers est systématiquement négligée au profit des campagnes de presse et d’animation urbaine. On a ainsi appris que chaque Vélib’ coûte à la ville près de 4000 euros par an : de quoi payer plusieurs engins à ses utilisateurs ! JC Decaux, grâce à la multiplication d’avenants, a réussi à faire supporter à ladite ville la majeure partie de la charge financière du système.

Pourtant, Autolib’ est en passe de ravir à la bicyclette delanoiste la palme du gaspillage et du trou budgétaire. Même la presse de gauche s’en émeut. Il faut dire que Bolloré est mal vu, depuis qu’il a décidé d’équarrir les gauchistes de Canal plus.
On a d’abord appris, ce dont on pouvait se douter, que le bilan énergétique de ce joujou était désastreux car il faut maintenir les batteries au lithium en état de fonctionnement à grand coût d’électricité. On a vu aussi se désespérer les usagers de la chaussée à qui des places de stationnement étaient à nouveau ôtées alors que les stations Autolib’ sont souvent vides.

Puis ce sont les usagers d’Autolib’ eux-mêmes qui se sont plaint : voitures crasseuses, souvent difficiles à réserver. Les kiosques installés à côté de certaines bornes ont été tellement vandalisés que certains ont disparu.

Mais le pire est du ressort du bilan financier. D’après les chiffres communiqués au syndicat « Autolib’ Métropole », le compte d’exploitation prévisionnel pour la durée de la délégation de service public à Bolloré, de 2011 à 2023, est déjà déficitaire de 179 millions d’euros. Naturellement ce trou n’est qu’anticipé et rien n’empêche de le creuser davantage ! Comme Bolloré n’assurera les pertes qu’à hauteur de 60 millions ce sont d’ores et déjà 119 millions de déficit que les communes supporteront, au prorata du nombre de places de stationnement, c’est-à-dire essentiellement au détriment des contribuables parisiens.

Là où le bât blesse encore plus, c’est que ce déficit est dû pour partie à des dépenses troubles et des dérapages curieux dont Bolloré aurait été le bénéficiaire. Ainsi, selon le Canard enchaîné, l’informatique du système a coûté approximativement 60 millions au lieu des 11 prévus et cette somme a été facturée par une filiale de Bolloré. D’une poche à l’autre …

Bref, nous voilà en présence d’un gadget pour bobos financé par le contribuable, mal conçu et géré et qui va se transformer en patate chaude. Et ce d’autant plus que le succès confirmé d’Uber et des VTC tient à un cœur de cible qui est précisément celui qu’ambitionnait Vélib’ : les jeunes urbains.

Comme souvent, les usines à gaz vendues par des capitalistes de connivence roués à des politiciens mus uniquement par la com’ virent au désastre financier.

« Autolib’ ne sera jamais rentable », a même conclu le bureau d’études 6T qui s’est penché sur ce sujet …


Jeudi 5 Janvier 2017
Serge Federbusch






1.Posté par Nitram le 06/01/2017 12:45
Ce qu'il faut savoir aussi:
- Bolloré s'est lancé dans l'aventure Autolib pour lui permettre de faire tourner au début son usine de production de batteries pour voitures électriques qui est en Bretagne. Même si il y a des pertes sur le business Autolib cela lui a permis de tester sa technologie à grande échelle.
- Le maintien électrique de la batterie à l'arrêt était une information connue dès le départ. Mais sans gravité puisque tout cela allait fonctionner avec de l'électricité verte! Je ne vois toujours pas d'éolienne à Paris pour alimenter AutoLib.
- Les voitures électriques sur batteries sont une idée stupide. Le rendement énergétique globale est catastrophique. Pour rappel quand le projet a été lancé les spécialistes expliquaient que si tout le parc de voitures passaient en électrique, il faudrait doubler voir tripler le parc nucléaire français pour fournir suffisamment d'énergie électrique. Tous les projets de piles à combustibles (hydrogène) sont au point mort sur les projets de voitures. Si le principe est bon, le coût et la maitrise technologique insuffisante. Dans 15 à 20 ans peut-être. Tous se retourne vers des batteries en location longue durée, d'où l’intérêt de Bolloré d'avoir financer Autolib pour lancer son usine.
- Autolib était à 8 Euros de l'heure il y a cinq ans. Au 1er février il sera de 14€. Soit +75% en 5 ans.

2.Posté par Phil75 le 06/01/2017 19:08
"tout cela allait fonctionner avec de l'électricité verte! Je ne vois toujours pas d'éolienne à Paris pour alimenter AutoLib."

Le concept "d'électricité verte" est une fumisterie, pour ne pas dire une escroquerie. Sur un point de distribution il est tout simplement physiquement impossible de déterminer d'où vient l'électricité. La seule chose qu'on peut dire c'est qu'on reçoit un "cocktail" de différentes origines, dont la composition peut un peu varier mais toujours avec 75% de nucléaire.

Si Autolib était vraiment alimenté avec de "l'électricité verte", Autolib ne devrait tout simplement pas fonctionner les nuits où il n'y a pas de vent... comme c'est le cas en ce moment.

3.Posté par Maurice le 07/01/2017 11:08
- au détriment des contribuables parisiens – Ne serait-ce pas plutôt à toutes les municipalités accueillant des stations autolib’ ?
Pas d’électricité verte de produit ?
Qu’à cela ne tienne, il va être installé un kit pédalier dans les voitures !
-
Les médias ne parlent pas beaucoup de cette information concernant le déficit d’autolib’, y aurait-il un couvercle de mis dessus pour éviter que des contribuables disent leur mécontentement de devoir payer pour les autobobos.

4.Posté par Poulbot le 08/01/2017 09:31
Tant qu'une réelle démocratie ne dirigera pas Paris et la France, rien ne changera . Le siècle qui viens doit voir le peuple reprendre le pouvoir qui lui a été confisqué par des politiciens corrompus aux idées datant du 19iem siècle .
Il est a espérer que le prochain maire de la capital mettent les pieds dans le caca que les socialistes vont lui laisser. Qu'il revoit voir annule les contrats de dupe que la municipalité actuel a signer ou va signer en toute connaissance de cause ; comme autolib, velib et autres blagues écolo-mafieuses .
Pour ce qui est de l'énergie soit disante verte , c'est plus qu'une fumisterie, c'est une escroquerie a grande échelle.
la fabrication des éoliennes ou des panneaux solaire polluent, le recyclage en fin de vie est soit inexistant soit polluant; quand au rendement de production il est anecdotique . la visite de ce site est instructive http://ethicologique.org/index.php/750-eoliennes-1-reacteur-nucleaire/ et encore il n'est visiblement pas tenue compte de la météo qui est essentiel aux fonctionnement des machines. Ne parlons pas du solaire qui est l'arnaque du siècle tant par le cout de l'installation, sont entretient, sa production réelle ; il ni y a qu'a voir la production des panneaux mis sur la halle pajol pour s'en convaincre, elle est inexistante . Au siècle ou les écolo-socialo-bobo veulent du tout électrique rien n'est dit sur la hausse de la consommation , les moyens réelle de production et sont cout réelle hors subventions.Quand aux chiffres que l'on peux voir sur les sites dédier a ces moyens de production qui essaient de faire croire que c'est l'avenir, il faut lire entre les lignes .
l’écologie oui mais mise en oeuvre par les citoyens , pour les citoyens sans aucunes action de politiques et cela commence par l'éducation.

5.Posté par Parisien le 11/01/2017 16:50
Parlons chiffre: Une batterie d'autolib perd 2% de sa charge à chaque heure, c'est à dire que si elle n'est pas branchée en stationnement, la batterie est vide en à peine plus de 2 jours. Et si elle est branchée à une prise, elle pompe 800W pour rester chargée. Comme il y en a 4000 environ, celà fait 3200000W soit 3.2MW nécessaires pour les maintenir en charge.
Tout celà à cause de la technologie des batteries Bolloré. Si on avait choisi la technologie Tesla, le Lithium ion des batteries de vos smartphones et ordinateurs portables, cet effet d'auto décharge aurait été négligeable. Mais la Mairie a choisi Bolloré et maintenant, c'est à nous de payer. On n'est pas près de fermer Fessenheim! Il y a 10 réacteurs à l'arrêt chez EDF, bientôt il n'y aura plus assez pour assurer le chauffage, l'éclairage et les autolib.

6.Posté par bouquiniste le 19/01/2017 14:36
avez vous regardé ce matin le 18/01/2017 chez J-C BOURDIN madame la non maire de paris declarer que non il n y avait pas de deficite que les partisien ne payeraient pas Bollore ect 30 minutes de mensonges et de dilires hidalguesque cela serait risible si ca ne faisait pas pleurer .enfin pour ceux qui ont rate ce moment voila le lien du replay

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/deficit-d-autolib-la-mairie-de-paris-a-lance-un-audit-pour-verifier-que-bollore-ne-l-a-pas-trompe-904767.html

ou en podcast : http://direct-radio.fr/popup_podcast?nid=2699

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes