DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Paris en toute dèche !




Encore une promesse électorale delanoesque de 2008 qui part en sucette ! Le festival "Paris en toutes lettres", censé traduire un nouvel élan culturel municipal, s'arrêtera cette année après seulement trois éditions, pour cause d'échec d'audience et de crédits en berne. Il faut dire que l'originalité de la chose était proche du néant.

Reste que cette suppression est un signe supplémentaire de la dèche croissante dans laquelle la ville se trouve.

Les achats clientélistes d'immeubles, les travaux de voirie inutiles qui défigurent Paris, les crédits de fonctionnement et de communication non maîtrisés, les subventions associatives et autres arrosage de copains ont en effet mis Paris sur la paille. Pourtant, la dette a triplé, les impôts ont augmenté de 40 % et les droits de mutation perçus par la ville se sont élevés à plus de 7 milliards d'euros en 11 ans.

Mais cela ne suffit plus. Les mandats de Delanoë resteront, par delà les esbroufes médiatiques, ceux d'un immense gaspillage.

Et le réel va le rattraper de plus en plus ...



enfin ... au moins à Paris cher George !
enfin ... au moins à Paris cher George !
Pauvre festival "Paris en toutes lettres". Il y a à peine plus d'un an, Delanoë en faisait encore des tomes et des tomes : « Ville littéraire par excellence, Paris a constitué tout au long de son histoire une terre d'accueil, une source d'inspiration et de création pour les écrivains du monde entier ».

Désormais, le directeur artistique du festival noie le poisson, évoquant un « désir d'aller plus loin et de dépasser la simple approche événementielle ». Une réflexion "va se mettre en place avec la Maison de la poésie en partenaire". Ne soyez pas pressés ...

En juillet 2011, nous apprend le site Actualitté, l'idée d'un arrêt définitif de la manifestation avait été évoqué comme une piste d'économie pour la ville de Paris. Christophe Girard avait nié et démenti, assurant qu'une note interne qui l'évoquait n'avait aucune valeur. «Ce sont les élus et le maire qui décident, et je peux déjà vous dire une chose : on ne reprendra aucune de ces propositions ! Pour Paris en toutes lettres, pas question de l'arrêter, mais peut-être faudra-t-il revoir la formule. »

Allez donc croire Girard !

Courant après les crédits pour tenter de remédier à la situation créée par ses innombrables gaspillages, la cigale delaoesque rabiote tout. On parle même d'employés de Morland obligés de ruser et de faire du chemin pour se procurer le papier pour écrire : voir LA. Décidément, le livre et l'écrit ne sont pas en odeur de sainteté à l'Hôtel-de-Ville !

Enfin ... à défaut de lecture les Parisiens pourront se distraire en faisant du sport. Comment ? Les piscines parisiennes n'arrêtent pas de fermer ?! Pas assez d'argent pour les entretenir ? Bah, dans ce cas, il suffira d'attendre l'inauguration du stade perpétuellement vide Jean Bouin ...

Dimanche 5 Février 2012
Serge Federbusch






1.Posté par Hubert Mery le 06/02/2012 08:37
Quand on fait dans l'Evenementiel, il va de soi que l'on est un pas ami des Arts et des Lettres...
Le festivus festivus préfère la contre culture... celle qui anesthésie... valorisant des valeurs décadentes et mortifères.
Autodafés des bibliothèques mais fiestas en tous genres, privilègiant l'abrutissement généralisé, les cerveaux vides ne pensent plus et il est plus facile de les envoyer faire des châteaux de sable à Paris-plage ou de la ludobarge, ça ne risque pas de réveiller les intelligences ou de susciter des révolutions.
Delanocif a dû lire Juvénal.
Panem et circenses.
Circenses... c'est une constante de son show politique.
Quant au panem... à coup de dépenses pharaoniques et d'emprunts délirants, faudra-t-il demain que les parisiens en ait encore les moyens.
Désormais, nous risquons de vivre panem vel circenses...
Et avec Denlanouba, il y a fort à craindre que ce soit circenses unice !

2.Posté par bouquinistede paris le 14/02/2012 00:19
pour info l evenement n a pas eu lieu l année derniere en 2011 . de toute façon les deux premiere editions ont ete un fiasco complet je crois que c est les jours ou l on a vendu le moins de livres .

pour ce qui est de la culture en temps que bouquiniste j aimerai bien voir des gens venir acheter des livres comme le voudrai la mairie , mais a l heure actuel cette meme mairie est plutot en lutte contre nous parce que nous essayons de survivre , madame cohen solal et tout le service qu elle as créé font tout pour que l on disparaissent ou tout du moins mettre des amis a eux a notre place .
donc pour ceux qui lisent encore des livres a Paris penser a nous .


Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes