DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Ségo Bashing 11 by BéDé

Journal quasi imaginaire



« Je la réduirai à un tas de poussière rose » Bédé, le 17 mars 2008


Lundi

Et voilà, la grande castagne a commencé ! Moi, j’ai trouvé une combine géniale avec mon sink tank, comme on dit de nos jours. Je fais signer des textes de soutien à des gugusses qui m’ont déjà rejoint depuis belle lurette mais qui font mine de débarquer pour la première fois. La presse est bonne fille, elle se rend compte de rien. Un miracle : la multiplication des clampins. Comme personne ou presque ne les connaît, ça facilite les choses. Enfin, ça ne rapporte pas grand-chose non plus …

Mardi

Fafa la brocante, il ferait mieux de vendre ses bronzailles ou sa médaille du mérite que de taper comme ça sur les libéraux dans sa contribution. Bon sang, je me tue à dire que c’était pour rire cette histoire de libéralisme ! C’est dur de se libérer du libéralisme…

Mercredi

Si je parviens à dégager la Ch’ti des griffes du broc’, les Washingtoniens des pattes de la Ch’ti, les granzélus des filets de Boule de Frometon et les rénoformateurs de l’influence de tous les autres et que j’arrive ensuite à les réconcilier autour de moi, c’est le triomphe assuré. Bon … je commence par où ?

Jeudi

Bloche s’est surpassé avec une nouvelle idée fulgurante. On va refiler le marché des déchets privatisés à une entreprise de Charente à la condition qu’elle les expédie là-bas. Au bout d’une semaine, ça va tellement chlinguer chez miss poitiche que quand elle débarquera à Paris, elle va faire le vide autour d’elle. Et il nous restera encore des détritus à envoyer à Lille et même à Washington.

Vendredi

Y a plus un rond en caisse à Paris d’après ce qu’on me dit. Pas grave, on privatise la rue de Solfé et tout ce qu’elle contient, Arnaud L. la rachète et y installe une arène pour son Racing. Et moi, j’amène les lions qui s’emmerdent au zoo de Vincennes.

Samedi

Je cavale à droite et à gauche et y a toujours aussi peu de monde dans mes métingues. La gougnafière demi-sel en profite pour faire circuler une rumeur comme quoi je me déballonne. Tu vas voir toi, quand je mords, j’accroche même le beurre !

Dimanche

Il est temps que ça cesse, cette campagne. Comment ? Encore quatre ans !

Lundi 30 Juin 2008


Serge Federbusch
Serge Federbusch


1.Posté par estelle92 le 06/07/2008 12:17
Géniale cette rubrique !
Encore, encore...

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes