DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Comment rétablir la démocratie en France ?





Cette vaste question un brin provocante fut le beau thème d'un débat organisé par le Réseau des Français libres, animé par le journaliste Jean Robin.

Serge Federbusch, élu du 10 ème qui a tendance à devenir un peu encombrant sur notre site, y a doctement développé sa conception du sujet.



Comment rétablir la démocratie en France ?

Intervention de Serge Federbusch au RFL par enquete-debat

Bonne écoute ( après la pub hélas, nous n'y pouvons rien ) !

Lundi 19 Décembre 2011
Serge Federbusch






1.Posté par democradirect le 21/12/2011 07:27
Ce que vous dites est très juste.

A mon avis, le premier pas consiste à introduire une véritable initiative populaire permettant de modifier la Constitution. Ensuite chaque courant démocrate pourra utiliser cet outil pour proposer des réformes visant à faire avancer la démocratie dans le sens qu’il préconise.

Voir :

La clé de la démocratie (http://blogdemocratiedirecte.blogspot.com/2011/12/la-cle-de-la-democratie.html ).

Lettre ouverte aux démocrates influents (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-aux-democrates-106350 ).

A bas la merkozyctature ! (http://blogdemocratiedirecte.blogspot.com/2011/12/bas-la-merkozyctature.html ).

2.Posté par Hipstagazine.com le 21/12/2011 23:05
Remenber !


Camarade
Tu étais mon seul ami, mon camarade
Tous les deux nous avons fait des barricades
Les maquis, les commandos, les embuscades
Mon camarade

Camarade
Un dimanche en défilant à la parade
Je t'ai vu soudain là-bas sur une estrade
Tu étais visiblement monté en grade
Mon camarade

Camarade
Les plus grands venaient te donner l'accolade
Ce n'était que mains serrées et embrassades
Ça donnait une impression de mascarade
Mon camarade

Camarade
Moi ici j'ai pris mon parti des brimades
Nous dormons tout habillés, les nuits sont froides
L'important c'est de ne pas tomber malade
Mon camarade

Camarade
Je ne vois qu'un petit coin de ciel maussade
Et les murs qui défieraient toute escalade
Ce n'est pas une prison d'où l'on s'évade
Mon camarade


Et tu y crois à la démocratie en France ?

Depuis quand ?


Ca existe ce truc ?

Même nos parents ( nés entre 40 et 60) ne nous en avaient jamais parlé !




3.Posté par Hipstagazine.com le 22/12/2011 06:53
"Pour être esclave,
il faut que quelqu'un
désire dominer et...
qu'un autre accepte de servir."

On s'organise comment ?

Grand texte que La servitude volontaire !
Toutefois... n'y aurait-il point, en le citant, un peu de corporatisme ?

La Boëtie n'est pas qu'une rue, ce fut aussi un magistrat...


PS Nous sommes plutôt-pas-contents !
De vous...
Pourtant, nous avions fortement préconisé
de fermer votre veston lors des interwievs.
Et patatras pour votre image !
Seul le premier bouton l'était...
Pas photogénique, cette veste,
couleur improbable, dédiée aux blondinets.



4.Posté par simple citoyen le 22/12/2011 17:03
C'est très bien que des esprits libres se rencontrent et débatent ainsi. On s'est habitué petit à petit à la confiscation de fait de la parole et de la pensée publique par une clique de bien-pensants autoproclamés qui ne tolèrent rien moins que l'ouverture et la liberté.
On entend le mot tolérence à tout bout de champ, mais tolérer c'est bien laisser faire ce que l'on peut interdire. Le choix des mots en dit long mais plus personne n'y prête attention tant ils sont systématiquement dénaturés.
La grande majorité des français n'a aucun problème pour discuter et échanger, y compris quand les points de vue sont diamétralement opposés. Par contre cette même majorité est de plus en plus exédée de voir non pas le débat confisqué, mais escamoté en permanence.
Donc merci à vous tous, tous ceux qui ont le courage de telles initiatives. Quelle régression que d'avoir à écrire de tels mots et quel aveu de délitement de notre société que de reconnaitre qu'il faut aujourd'hui du courage pour simplement faire débat...

5.Posté par Hipstagazine.com le 23/12/2011 20:17


Toujours et encore, plutôt-pas contents, voire mécontents...

Nous vous avons consacré une scéance de délooking,

consécutivement à laquelle, outre la couleur, etc.,
ce qui ne va pas avec cette veste, c'est qu'elle est trop grande pour vous !

Arrétez de piquer les costards du professeur du Dimanche et d'Etchey !

Certes, ils sont très grands, vaguement smarts,
pas vraiment cools, totalement surneuronés,
mais qui vous a dit qu'ils étaient beaux ?

D'abord, il y en a qui n'a pas même pas les Zyeuxbleus !

Avis aux Delanamatrices, nous sommes les bradons !



Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes