DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Il n'y a pas de plan B !






Christiane Chavane, prudente navigatrice, ne veut plus voir à bord l'eau ...



... car c'est toujours le contribuable qui écope !

À côté de la cinquantaine de petits milliards qu’il va falloir éponger pour que la SNCF continue de dérailler, ajoutons maintenant quarante-huit autres milliards pour que Borloo, anciennement ministre de la ville, échoue encore une fois à rendre habitables des « banlieues » dont beaucoup d'habitants font tout pour rester en marge de la société française, mais n'hésitent pas à se victimiser quand ça peut leur servir.

À force d’essayer d’acheter une relative paix sociale en injectant des sommes colossales à fonds perdus, la seule chose que nous ayons obtenue est de passer pour des poires, dans le meilleur des cas. Mais nous n’avons toujours pas compris.

Etait-il bien nécessaire de ressortir cet énergumène de la naphtaline ?

Même SOS-Racisme demande d’arrêter cette politique stupide et de commencer par rétablir la loi et l’ordre dans les quartiers à haut risque, faute de quoi tout plan est voué à l’échec. Rétablir l’ordre, c’est chasser les dealers et les prêcheurs de haine, les désarmer, cesser de subventionner des associations factices, ne plus verser d’allocations et aides diverses à des gens qui ne respectent pas nos règles.

Si les bâtiments ne sont pas entretenus, voire dégradés, c’est d’abord parce qu’une partie des habitants casse, salit, dégrade en toute impunité. Si l’on n’y trouve plus de commerces, de médecins, c’est bien parce que l’insécurité permanente fait fuir tous ceux qui pourraient y avoir une activité utile.

Si les transports en commun ne s’y arrêtent plus, c’est que les chauffeurs de bus et autres agents des services publics n’ont pas vocation à se faire agresser. La police n’y met pas les pieds, les agents risquent leur peau, et les fois où ils parviennent à arrêter quelqu’un, c’est l’émeute. Si par malheur une petite fripouille se tord le petit doigt, on hurle à la violence policière. A un moment donné il faut savoir dire stop.

Ceux qui dégradent les locaux, ça ne leur ferait pas de mal de se trouver obliger de rembourser les frais. Pas solvables ? Qu’à cela ne tienne, qu’ils nettoient leurs salissures, qu’ils repeignent, qu’ils réparent eux-mêmes à leurs frais ce qu’ils ont cassé. Au moins apprendront-ils à faire quelque chose de positif.

Au lieu de ça Monsieur Blanquer ferme des classes rurales pour ouvrir des classes à effectif réduit en ZEP. Mais ce n’est pas d’effectif réduit dont ils ont besoin : c’est d’apprendre le Français avant de passer au reste, et pour ça de responsabiliser les parents, fermement.

J’entendais hier vanter une association du Mirail (Toulouse) qui formait des « jeunes » pour être animateurs et ensuite aller éduquer leurs copains. Mais ce n’est pas de tant d’animateurs que ces zones ont besoin. Ce n’est même pas un métier valorisable. Ce dont ils ont besoin c’est d’apprendre un VRAI métier. Borloo a trouvé le bon plan : OBLIGER les entrepreneurs à prendre des apprentis des ZEP. Il oublie que les entrepreneurs n’ont aucune envie de s’embarrasser de petits caïds ingérables. Ils veulent des apprentis sérieux. Quant aux petits caïds ingérables ils ne vont pas être nombreux à postuler : le deal rapporte plus. Voilà pourquoi il faut prendre le problème à l’endroit.

Le Plan Borloo ne se contente pas d’injecter des sommes dans des services qui seront rapidement pourris, il veut aussi créer un ENA de banlieues pour ouvrir à ses protégés les postes de la haute fonction publique. Comme si le véritable ENA ne faisait pas assez de dégâts. Comme si nous n’avions pas assez de parasitisme dans l’administration française.

Je ne crois pas que ce plan ruineux obtienne le moindre résultat, mais une autre invention de notre Président par coup d’état risque, lui, d’obtenir un résultat explosif : au lieu de passer pour des poires, nous passerons carrément pour du gibier à tirer à vue.

Il est également question d’ouvrir une agence à côté de laquelle la Halde est une douce rigolade : le but serait la repentance de l’esclavage. Jupitoyable, qui n’est pas du tout socialiste, en a déjà choisi le directeur : ce serait Jean Marc Ayrault. Peut-être pour le consoler de ne pas avoir son Z’auraultport ..?

Dimanche 29 Avril 2018
Serge Federbusch






1.Posté par blum le 01/05/2018 21:58
Bonsoir, Serge, et à vous aussi, Christiane.
Ce n'est pas le bon sens, ni le patriotisme qui ont amené au pouvoir Hidalgo
et son pendant , à la tête du pays: Macron.
Ce que vous suggérez, concernant les dégâts causés par les brutes ou les
solutions à apporter aux jeunes, c'est également ce que j'ai fait, à différents
bistros politiques, pendant la présidentielle.
Mais lorsque vous parlez de TRAVAIL, vous vous rendez compte que ce
concept n'entre pas dans l'entendement socialiste.
Que dire du futur "centre de repentance de l'esclavage"? sinon qu'il est digne
de ses inventeurs: on y fouettera les Blancs ?

2.Posté par phidias le 11/05/2018 18:07
P'tit-Cron fait penser au personnage décrit par un humoriste (qui avait fait Science Po), et qui décrivait dans sa "conférence sur l'or" son arrivée dans la vénérable Institution de Sciences politiques de l'époque, (pas le bordel gauchiste postmoderne actuel) en disant qu'il avait d'abord vu un personnage qui lui avait paru l'air "immeuble par destination, sorte de débris du Grand Empire, posé là, par hasard, ...triturant nerveusement entre le pouce et l'indexe de la main gauche un bouton en forme d’entraxe, du apparemment à une virginité persistante et quelque peu rancie, et un poil de barbe qui avait repris racine. Son personnage se posait des questions, se demandant si pour réussir dans la vie il valait mieux vivre sa vie ou lire la vie des autres. Comme il était longiligne à pieds plats, du type dépressif ,légèrement concave à l'avant main, il s'était enfilé un faux poitrail amidonné, rayé en travers, style Saint Laurent du Maroni, ou Sing-Sing, sans doute pour s'habiter au costume qu'il porterait plus tard. C'était un échantillon de nos grandes écoles qui poussait alors gaillardement entre le lait Guigose, les piqures de calcium, et le manuel du parfait petit louveteau"...

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes