DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

La France est déjà sortie de l'Europe mais elle ne le sait pas encore !



Le refus des modalités actuelles de fonctionnement de l'Union européenne par les Français est massif. Au score du FN, du Front de gauche et de quelques petits partis ouvertement hostiles à Bruxelles, qui atteint déjà près de 40 %, il faut ajouter les électeurs des autres listes qui ne sont pas pour autant spécialement europhiles et surtout les innombrables abstentionnistes qui ont voulu signifier leur dégoût pour cette mascarade politique.

Sachant en effet que le Parlement européen est sans moyen d'action réel sur la Banque centrale et son inepte politique, on ne voit pas bien l'intérêt du scrutin d'hier.

Paradoxalement, les pro-européens du PPE/PSE vont tirer profit de ce résultat, à Strasbourg, pour magouiller à qui mieux-mieux dans leur marigot de "troisième force", faussement libérale et sociale-démocrate et vraiment bureaucratique.

L'Europe va donc continuer à fonctionner dans un mépris plus grand encore des volontés des peuples qui n'en tirent plus aucun profit, les Français, Anglais, et Italiens notamment.

Du reste, les résultats d'hier sont bien accueillis par les marchés financiers qui raffolent de cette monnaie surévaluée gérée de manière tellement prévisible par des ronds-de-cuir indifférents aux malheurs du tissu économique profond.

Bref l'impasse est totale et tous les éléments pour une explosion du système se mettent gentiment en place.




Lundi 26 Mai 2014
Serge Federbusch






1.Posté par blum le 26/05/2014 22:44
Aucune utilité immédiate à ce scrutin, en effet, sinon de mettre en lumière l'extraordinaire capacité de mensonge des médias et des instituts de sondages. Hollande " baisse" nous disait-on , tout en le maintenant artificiellement à 20%; dans le moment -même où se révèle au monde entier, qu'il ne représente que moins de 14% de voix (on dirait qu'une partie de ses obligés lui manquent de reconnaissance).
Un "séisme"? "un tsunami"? "Une claque"?
Il en faudrait plus pour faire changer de cap à Vals-Hollande. Leurs allocutions, sur le mode de frères -prêcheurs en mal de conversions de brebis égarées, montrent un inquiétant entêtement.

2.Posté par Jean-Pierre le 28/05/2014 08:06
il faut aussi voir les aspects positifs de ce vote !

Pour nous, français, l'anti-européanisme manifeste de bon nombre de concitoyens va avoir des conséquences positives :

1/ La question de l'euro fort est posée publiquement (autrement que par des sondages, cette fois par les peuples européens), même si le parlement n'a rien ou peu à voir avec l'euro, et cela va forcer un peu plus les exécutifs européens à envisager une modification des missions de la BCE. Madame Merckel ne peut plus ignorer que la politique monétaire actuelle risque de faire imploser l'Europe politiquement.
D'autres questions comme l'immigration / Schengen sont aussi sur la table.
Tant mieux !

2/ François Hollande et sont gouvernement sont officiellement sur la touche des décideurs européens vu leurs résultats électoraux, et vont devoir réaliser quelques réformes, forcés et contraints. A force d'en parler sans rien faire, la France gêne l'Europe et représente un risque "systémique" en cas de déroute. Nos partenaires vont l'y obliger, même discrètement, pour ne pas blesser l'orgueil de 'l'homme malade'...
En clair, abaisser le train de vie de l'état c'est à dire la pléthore de fonctionnaires...
Il est plus que temps !

3/ FH et consorts prennent une nouvelle claque en France qu'ils feignent d'ignorer en prétendant que rien ne changera.
Mais ils seront remis en cause par leur propre majorité (la fronde a débuté à l'assemblée nationale). Les politiciens du PS qui ont peur pour ex-mêmes pensent à leur avenir et ont besoin de résultats !
De plus, vu la faiblesse présidentielle et majoritaire, les grandes envolées sociétales délirantes (réforme Taubirat, ...) vont être plus délicates, la fronde guette, au parlement et pourquoi pas dans la rue.
Ouf !

4/ Le score du FN ne fait pas du FN le premier parti de France, comme le disent bêtement nos journalistes qui agitent le chiffon rouge (ou brun ?), mais le premier parti contestataire anti-politique socio-libérale et européenne.
De fait, je préfère cette situation à une mauvaise surprise en 2017 !
Car cela va obliger l'UMP et le centre à évoluer et se réformer, élaborer un programme (peut être à s'allier ?), communiquer et convaincre.
Pour le PS, je crois que c'est foutu, hélas ils sont trop imbus de leurs certitudes, et le FN est pour eux le meilleur rempart contre l'UMP : historiquement, ils ont toujours favorisé le FN - on ne change pas une équipe qui perd, Hollande l'a encore rappelé hier...

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes