DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

La suite au prochain attentat ...



Votre Pot aux Roses de la semaine !



La suite au prochain attentat ...

1 – Orlando Furioso

Tout d’abord, un petit rappel : les homos sont des Homos (sapiens) comme les autres. En tuant des homosexuels, les islamistes s’en prennent à une parmi les nombreuses catégories d’hommes et de femmes qui leur déplaisent et dont ils veulent l’élimination : porteuses de jupettes, juifs, croisés, athées, mangeurs de cochonnailles et autres blasphémateurs et caricaturistes qui tirent la barbiche du «prophète». Les musulmans fanatiques ne leur font pas un sort spécial, ils les mettent dans le même sac à abominations.

Au contraire, insister sur l’homophobie des meurtriers d’Orlando c’est passer à côté du caractère universel de leur haine. Elle a en réalité une cible unique : la liberté individuelle et de comportement qui contrarie la charia.

Avant-hier étaient visés les youpins, hier les kouffars et aujourd’hui les pédés, pour reprendre le vocabulaire d’un rappeur apprécié de Mou-Président et qui a failli empocher des dizaines de milliers d’euros d’argent public pour beugler des onomatopées à Verdun.

Le plus étonnant dans cette aventure sanglante d’Orlando, comme dans le meurtre d’un couple de policiers à Magnanville, est l’accumulation grotesque des périphrases pour éviter de parler d’islam. Qui a tué en Floride ou en France ? Au choix : les armes à feu - elles se déclenchent probablement toutes seules - ; la terreur et la haine - dixit Obama - et pourquoi pas l’influence du gros méchant Trump ? Loups solitaires, déséquilibrés, daechistes franchisés, radicalisés déracinés, on ne compte plus les circonlocutions. Poussée dans ses retranchements, Hillary Clinton s’est écorché la bouche en prononçant furtivement le mot «islam», aussitôt noyé dans le concept de «jihadisme». Plus les termes sont abscons, mieux ils servent de bâillons.

Après tout, il ne faudrait pas froisser certains électeurs ... Voilà pourquoi, en France, notre chef d’opérette s’est de nouveau borné à stigmatiser une «tuerie» et la mairesse de Paris un «crime abject». De son auteur, il n’était pas question. Après la marche des lemmings du 11 janvier 2015 et l’accumulation de chandelles brûlant sur les autels bobos de la place de la République, le déni reste entier, l’incapacité à nommer l’ennemi pathologique pour les uns et démagogique pour les autres.

Naturellement, derrière ce réflexe de dhimmi, vaquant sur le boulevard de la soumission, il y a la peur. Celle de devoir s’avouer que nos adversaires sont de plus en plus nombreux, qu’ils attendent leur heure et que nous ne savons pas par quel bout prendre le problème.

La digue entre islam et islamisme se fissure de partout. N’en déplaise aux autruches à la tête ensablées, porter le voile est déjà adhérer à une conception réactionnaire de cette religion. Or, des voiles, on en croise désormais dans toutes les rues françaises en grand nombre. Il n’y a guère de différence entre cette tenue, obstacle au regard de l’homme et le refus de serrer la main des femmes lorsqu’on est un homme.

L’islam rétrograde contemporain est une forme d’alter-mondialisme, une haine - ou du moins un malaise - dans la civilisation libérale mondialisée. Voilà pourquoi il fait bon ménage avec le gauchisme qu’il finira du reste par absorber.

L’affaire est ancienne. La propension hégémonique et expansionniste de l’islam fait qu’il n’est tolérant que lorsqu’il est minoritaire. Dans l’Inde moghole ou l’Andalousie médiévale, il n’y eut d’âge d’or que lorsque des Etats hostiles alentours et la diversité ethnique de sa population le contraignaient à un peu de modération et au respect des autochtones. Aussitôt dominant, il allait au conflit et finissait emporté par ses adversaires.

Cela fera beaucoup de chagrin aux belles âmes amoureuses de paix, de tolérance et de concorde civiles. Mais la cohabitation avec une religion sans cesse débordée par ses propres extrémistes puisqu’elle ne peut supporter dissidents, schismatiques et apostats va fatalement à de grandes confrontations. C’est pour avoir dit cela sur une tribune Béziers que j’eus droit récemment aux injures de Canal +.

Est-il encore possible d’éviter le pire ?

Espérer, comme Alain Juppé, que le coran soit réécrit à la demande de la France est une pure illusion, presque cocasse. Soyons pragmatiques. La menace la plus grande tient en France à la conjonction d’un communautarisme qui se durcit, d’une natalité stimulée par les aides sociales et d’une affirmation culturelle bravache. Arrivées en France clandestinement ou par le regroupement familial, des femmes de plus en plus nombreuses vivent voilées et ne travaillent pas, parlent à leurs enfants en arabe, ce qu’elles pourront d’ailleurs faire d’autant plus facilement que Najat Vallaud-Belkacem veut faire prendre en charge par l’Etat son apprentissage dans le primaire. Le séparatisme est en marche accélérée.

Aussi faudrait-il rapidement adopter une série de mesures dont l’effet conjugué pourrait stopper ce processus délétère : interdiction des signes religieux ostentatoires là où les gens entrent forcément en contact les uns avec les autres (université, service public hospitalier et activités para-scolaires, transports publics) ; remplacement des allocations familiales par des chèques utilisables dans les services publics et privés qui respectent les principes de laïcité ; limitation du regroupement familial à la famille des étrangers résidant en France depuis au moins dix ans et titulaires d’une carte de résident ainsi qu’établissement d’une période probatoire de cinq ans avant que les membres de cette famille puisse bénéficier de prestations d’aides sociales ; possibilité légale pour les entreprises d’inscrire le respect de la laïcité dans leur règlement intérieur ; suppression de toutes les aides (CMU, AME) qui peuvent être attribuées à l’immigration clandestine ; fermeture des mosquées salafistes, expulsion de tous les prêcheurs étrangers et interdiction du mouvement des Frères musulmans et de ses pseudopodes, primes données aux informateurs qui permettent l’arrestation des terroristes, etc.

Telles devraient être désormais les seules questions posées aux candidats à la présidentielle sur le sujet pour observer de près comment ils y répondent.
La suite au prochain attentat ...


2 - L’Euro de la contestation

Mou-Président comptait sur la diversion du ballon rond pour faire oublier son désastreux bilan. Las ! Entre grèves, meurtres, tas d’immondices et caillasses, on en finit presque par oublier la baballe. Loin de la propagande officielle, la CGT parvient à mobiliser assez massivement. Les stades ne sont pas pleins et les spectateurs se méfient. Au contraire, la surveillance policière de la compétition et des supporters ainsi que les nuisances produites par ces derniers préjudicient au tourisme et aux autres activités. On compte déjà plusieurs concerts annulés pour la fête de la musique. La France est bien partie pour remporter l’Euro de la contestation. Cela renforcera son dossier de candidature à l’organisation des Jeux olympiques du chaos.


3 - Bac Philo Série E(lysée)

Sujet au choix :
- Doit-on mentir pour gouverner ?
- Peut-on changer tout le temps ?
- Commenter un texte de François Mitterrand sur l’argent qui corrompt


Mercredi 15 Juin 2016
Serge Federbusch






1.Posté par Maurice le 16/06/2016 07:31
Se faire sodomiser ou sodomiser est-il être homo ?
Un imam aurait dit que la sodomie entre combattants lorsque l'on est loin de sa femme n'est pas pécher.
-
Est-ce pour ça que des jeunes de banlieues vont faire le djihad ? (se faire agrandir la turbine à chocolat)
C'est toujours mieux que de se marier avec une gamine de 10 ans voir moins. (l'une d'entre elles est retournée chez ses parents en leur disant : mon mari me fait mal)

2.Posté par Der Garnement le 16/06/2016 19:36 (depuis mobile)
Arrêter la pompe à tout va de l' état providence et renflouer l état régalien !

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes